Extension Factory Builder

Rock Gnassingbé : "Le Togo risque son exclusion de la Fifa"

06/08/2009 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le monde du football togolais réclame le départ de Rock Gnassingbé de la FTF Le monde du football togolais réclame le départ de Rock Gnassingbé de la FTF © DR

Dans un entretien accordé à Jeuneafrique.com, le président de la Fédération Togolaise de Football (FTF), Rock Balakiyèm Gnassingbé, n’exclut pas une possible radiation de la Fifa si la crise perdure au sein de la fédération nationale.

Quelle est votre réaction à la pétition signée la semaine dernière par 36 clubs et ligues réclamant votre départ?

Elle est tout à fait inopportune car elle intervient à la veille d’un match crucial contre le Maroc, qui doit nous qualifier pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAF). Ceux qui ambitionnent de prendre ma place attendront leur tour. Ils pourront tenter leur chance à la fin de mon mandat pour diriger la maison. La présidence n’est d’ailleurs pas une fin en soi, c’est le football qui compte. Lorsque je n’étais plus président de la FTF (de 2007 à janvier dernier, ndlr), je n’ai empêché personne de travailler. Donc rendez-vous dans trois ans.

Etes-vous surpris par cette action ?

Oui, d’autant que j’ai été réélu en janvier dernier. Où allons-nous chaque fois qu’un mécontent exige la tenue d’un congrès électif ? La Fédération Internationale de Football (Fifa) compte 208 fédérations. Pensez-vous réellement qu’elle a du temps à consacrer au Togo ? Il faut chercher le chemin de la raison et du consensus pour éviter ces crises à répétition.

Reliez-vous cette fronde à votre récente rétrogradation de l’armée nationale ?

Je n’ai pas été rétrogradé mais affecté à un autre poste. Je suis aujourd’hui à l’Etat-major. Mais cela n’a strictement rien à voir avec la crise du football togolais.

Des intérêts politiques se cachent-ils derrière cette crise ?

Tout ceci est cousu de fil blanc, ce n’est pas un hasard. Cela intervient à la veille d’un match que le Togo ne peut se permettre de perdre. Ce n’est donc pas la bonne période pour faire des pétitions. Nous avons tout le temps de discuter. Des problèmes, il y en a sûrement au sein de la FTF comme dans toutes les fédérations mais nous pouvons les résoudre à l’intérieur du bureau.

Vous sentez-vous inquiété ?

Non, sauf par des éléments mal attentionnés qui chercheraient à exploiter cette situation. En réalité, cela ne m’affecte pas. Mon moral est intact. Je mettrai tout en œuvre pour gagner notre prochain rendez-vous. Mais il faut bien savoir qu’à force de durer, cette crise peut provoquer la suspension du Togo au sein de la Fifa. Ses émissaires avaient été très clairs sur ce point lors d’une précédente mission.

Quel conseil a prodigué la Fédération internationale?

La mission de la Fédération Internationale dépêchée hier à Lomé nous a essentiellement conseillé de travailler en collégialité. Je vais donc mettre de l’eau dans mon vin et continuer à tendre la main à ceux qui m’accusent d’autoritarisme. Nous verrons bien s’ils sont prêts à ce que nous retravaillions ensemble. Mais, contrairement à ce que souhaitent les pétitionnaires, il n’y aura pas de nouvelle élection du bureau exécutif car le quorum n’a pas été atteint. Je suis toujours en majorité au sein du bureau de la Fédération qui compte douze membres.

Cette intervention de l'instance internationale du football va-t-elle calmer les esprits ?

Il est de mon devoir, comme un père de famille, de faire en sorte que les enfants viennent à moi et que nous réglions cette crise en famille. Le président Houphouët avait pour habitude de dire que « tant qu’on misera sur la tête des hommes, il y aura toujours des problèmes ». L’essentiel est de savoir comment les régler.

Quel est l’état d’esprit des joueurs de l’équipe nationale ?

Je suis en contact avec la plupart d’entre eux. Certains m’ont apporté leur soutien et m’ont renouvelé leur confiance. Beaucoup se souviennent des mes résultats lorsque je dirigeais la FTF de 1998 à 2007. Ils ont eu le temps de les comparer.

Avez-vous le soutien des autorités togolaises ?

Les pétitionnaires ont tenté de faire croire que le ministère chargé du Sport appuyait plus ou moins leur démarche mais c’est complètement faux. Je m’entends parfaitement avec le ministre. Tout le monde se rend compte qu’il n’est pas partant pour un nouveau congrès.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Togo

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

Le Togolais Kofi Yamgnane, accusé de trafic d'influence, veut "s'expliquer" devant la justice française

Le rêve présidentiel du Togolais Kofi Yamgnane est-il d'ores et déjà en péril ? Selon le quotidien français "Le Monde", l'ancien ministre risque une mise en examen pour trafic[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Bolloré à Lomé, "l'ami des bons et des mauvais jours"

 L'inauguration du 3e quai du Port autonome de Lomé a eu lieu le 14 octobre, en présence de Vincent Bolloré. L'homme d'affaires français, dont le groupe détient la concession du terminal[...]

Togo : le chef de l'opposition candidat à la présidentielle de 2015

Le chef de l'opposition togolaise, Jean Pierre Fabre, a été investi samedi soir par les militants de son parti pour la présidentielle de 2015, à l'issue d'un congrès à Lomé, a[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers