Extension Factory Builder

Mehdi Hadj-Abed

16/12/2008 à 15:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Installé depuis trois ans à Monaco, cet ingénieur franco-algérien de 34 ans est l’inventeur d’une machine solaire à dessaler l’eau de mer.

Mehdi Hadj-Abed n’a pas décroché le gros lot au casino de Monte-Carlo, mais son rêve n’en est pas moins devenu réalité. Jeune ingénieur de 34 ans installé à Monaco, il a imaginé, dessiné et mis au point la première machine à dessaler l’eau de mer fonctionnant uniquement à l’énergie solaire.

Installé dans un local qui ne paie pas de mine sur la digue du port Hercule, dans la principauté, le prototype produit depuis sa mise en route, en février dernier, 60 litres d’eau potable par heure, grâce à onze panneaux photovoltaïques qui alimentent une pompe immergée dans la mer, une batterie et le mécanisme de distillation de l’eau de mer.

Simple à utiliser, le dispositif est en outre d’un coût modique : entre 20 000 et 50 000 euros. Il représente un fantastique espoir pour tous les pays en développement. Permettra-t-il un jour de traiter l’eau insalubre des rivières d’Afrique et d’Asie ? Dans l’immédiat, la Coopération monégasque, qui finance la construction d’un dispensaire dans le parc national du banc d’Arguin, à 200 kilomètres au nord de Nouakchott, en Mauritanie, va s’en servir pour approvisionner en eau potable le bâtiment. Un moyen beaucoup plus pratique que les habituels camions-citernes, lesquels ont fâcheusement tendance à s’enliser dans les dunes…

La mise au point du prototype est le fruit de plusieurs années de recherche. Si les procédés du dessalement et de la récupération de l’énergie solaire sont désormais bien connus, jamais les ingénieurs n’avaient réussi à combiner les deux technologies avec une telle efficacité. Mehdi Hadj-Abed y est parvenu grâce aux progrès de la miniaturisation et à sa bonne maîtrise de la mécanique des fluides. Il est vrai que, dans ce domaine, il a de qui tenir…

 

Né en 1974 à Oran, en Algérie, il a en effet grandi entre une mère professeure de français et un père ingénieur en hydraulique. À Kristel, petite cité balnéaire proche du grand complexe pétrochimique d’Arzew, où la famille s’est installée, ce dernier travaille sur des barrages et différents réseaux d’alimentation en eau.

En 1986, changement de vie et de décor. La famille Hadj-Abed, qui compte désormais trois enfants, s’installe dans un appartement de 100 m², à Puteaux, dans la proche banlieue parisienne. « C’était la belle vie », se souvient Mehdi, qui avait 12 ans à cette époque. Ses affaires marchant plutôt bien, le papa ne tarde pas à offrir à sa petite famille une maison avec jardin à Bezons, un peu plus au nord…

Enfant sage, Mehdi se conforme aux souhaits de son père et s’inscrit en BTS de conception de produits industriels, à Argenteuil. « J’étais fait pour le monde de la technique. Je voulais être designer automobile », raconte-t-il. Il passe ensuite avec succès le concours d’entrée à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art (Ensaama), plus connue sous le nom d’École Olivier-de-Serre, dans le 15e arrondissement de Paris, dont il sort diplômé en 1997.

Il décroche son premier job à Raison Pure, une agence de design, où il est payé au smic, le salaire minimum. Il dessine des bouteilles de bière et des flacons de parfum… Son père, toujours aussi présent, apprécie modérément. L’esthétique, ce n’est pas vraiment son truc. Pas très sérieux, tout ça… Il préférerait voir son fils occuper « un vrai travail dans le milieu industriel ». « Arrête de te prendre pour Picasso ! » lui lance-t-il un jour…
Sous la pression, Mehdi intègre fin 1997 un bureau d’études spécialisé dans la construction de papeteries, où son père lui a trouvé un boulot. Le jeune homme s’y familiarise avec le métier de dessinateur-projeteur en tuyauterie. L’élaboration des systèmes de circulation de l’eau est primordiale dans cette branche industrielle…

Fort de cette nouvelle compétence, Mehdi intègre ensuite plusieurs sociétés, dont Weir Entropie, un constructeur d’usines de dessalement d’eau de mer (2001-2003), et surtout Single Buoy Moorings Inc (SBM), une entreprise de location de compétences spécialisée dans les installations pétrolières offshore (2005). Dans ce cadre, il réalise des missions très différentes, travaillant tout à tour sur le barrage de Béni-Mellal, au Maroc, dans une usine de peinture en Slovaquie, une papeterie dans le nord de la France, puis des unités de dessalement d’eau de mer en Égypte et dans les Émirats arabes unis. Des équipements lourds qui produisent 25 000 litres d’eau par heure. C’est en travaillant sur ces mastodontes que Mehdi commence à imaginer de petits modules de production d’eau potable destinés aux propriétaires de bateaux, aux ports de pêche, aux petites entreprises, voire aux organisations humanitaires. « On m’a traité de fou quand j’ai dit que j’arriverais un jour à dessaler l’eau de mer avec le soleil ! » s’amuse-t-il.

 

Tout s’accélère quand il est muté à Monaco. Mehdi s’y retrouve seul. Au départ, il ne pense pas s’éloigner très longtemps de sa femme, enceinte de leur premier enfant : sa mission est censée ne durer que trois mois. Mais elle va être plusieurs fois prolongée. À défaut de pouvoir profiter pleinement de son fils, Dorian, né en juillet 2005, Mehdi occupe son temps libre comme il peut. Le soir, il dessine et redessine les plans de sa machine solaire à dessaler l’eau de mer.
 Le projet prend forme. En novembre 2006, il remporte le prix du gouvernement monégasque pour l’innovation, doté de 40 000 euros. Mehdi exulte. Mais le meilleur reste à venir. Le lendemain, Frédéric Platini, directeur de la Coopération internationale de la Principauté, lui téléphone pour lui proposer de créer une société – ultérieurement baptisée EauNergie – en association avec la fondation Prince Albert II. Laquelle est disposée à prendre 15 % du capital. Il accepte, bien sûr. L’année suivante, la société est créée. Et c’est à travers elle qu’il compte aujourd’hui commercialiser sa machine dans le monde entier.

Devant la tournure prise par les événements, Mehdi finit par convaincre sa femme de le rejoindre sur le Rocher. Désormais, ce fan de jazz et de plongée sous-marine, sport qu’il pratique assidûment, est un homme comblé. Son deuxième enfant – une fille – est né au mois de mai. Le dépôt de ses brevets est en cours. Quant aux équipements destinés au dispensaire mauritanien, ils sont fin prêts, et Mehdi Hadj-Abed ne rêve plus que d’une chose : décoller pour le banc d’Arguin. Il s’y rendra le mois prochain pour procéder au démarrage de sa machine…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Amine Bahnini

Parcours précédent :
Medina

Algérie

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé samed[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex