Extension Factory Builder

Sandra Nkaké, ça décoiffe !

08/12/2008 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après dix années passées à écumer la scène soul parisienne, la Franco-Camerounaise sort enfin Mansaadi. Un premier album explosif pour une chanteuse totalement décomplexée.

Question coiffure, la nouvelle coupe de la comète Sandra Nkaké arrive tout droit des années 1980. Une choucroute improbable, à mi-chemin entre le look de Grace Jones et celui d’un punk zazou égaré sur le plateau d’une sitcom brésilienne. L’étoile montante de la scène soul française surprend. Et c’est bien ce qui la réjouit. Se moquer des modes et des humeurs ambiantes avec un redoutable naturel et une joie de vivre explosive. « Stay true. Only believe in you, you, youuuuuu. »

Question chant justement, laissez-la prononcer deux mots et vous êtes fixé. Sa voix d’un rauque étincelant vous emporte dans un tourbillon. Elle ne chante pas le blues ou le R’n’B, elle les vit intensément. Est-ce parce qu’elle a refusé un jour l’ablation de kystes sur les cordes vocales que vous voilà scotché à votre banquette dès qu’elle force un peu la voix ? « Life is a gift, enjoy it ! » Sans hésitation.

Mansaadi (littéralement « petite mère », en langue abo, de l’ouest du Cameroun), est son premier album. Mais cette Franco-Camerounaise est loin d’être une ­novice dans le métier. Comptez douze ans d’expérience à arpenter les clubs et les festivals. Non contente d’être habitée par tous les ­styles afro-américains, cette prêcheuse de gospel aux accents hip-hop, véritable bête de scène, est aussi actrice.

Elle s’est notamment produite aux côtés de Romane Bohringer dans la comédie musicale Fantômas revient et a adapté au théâtre Un aller pas si simple, un conte musical coécrit avec Praline Gay-Para, qui aborde le thème de l’esclavage. Une expérience qui a façonné sa personnalité, aujourd’hui totalement décomplexée.

Pourtant rien n’était joué. La vie de cette enfant bègue née à Yaoundé, en 1973, balance jusqu’à ses 12 ans entre la France et le Cameroun, avant que sa mère ne s’installe dans l’Hexagone. Sandra souhaite être journaliste et s’inscrit en anglais à la Sorbonne. « Je voulais être sur un chemin qui me mette en communication avec les autres. » Mais, raide dingue de Prince, elle passe une audition en 1996 pour chanter dans un groupe afrogroove, THT. Bien qu’autodidacte, elle est retenue.

Viennent les tournées et les rencontres, notamment avec le producteur-arrangeur Juan Rozoff, pape parisien du funk, à qui elle offre des arrangements de chœur. Les années 1990 s’écoulent et les collaborations s’enchaînent. Prestigieuses. Tony Allen, Julien Lourau, ou encore Cheick Tidiane Seck.

Sur cet album-hommage à sa mère décédée en 2006 ? Quatorze chansons interprétées en anglais et en français, imprégnées des choses de la vie, une osmose évidente avec les musiciens qui l’accompagnent depuis plusieurs années, dont le guitariste Didier Combrouze et le bassiste au feeling redoutable Guillaume Farley, des chœurs d’une sensualité à fleur de peau, des arrangements clairs et nets. Question soul, la France n’a plus à rougir. Elle a désormais Sandra Nkaké.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Cameroun

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par A[...]

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

L'attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par le groupe islamiste nigérian Boko Haram sur le village de Bia, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, a fait 19 morts dont une[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces