Extension Factory Builder

Baghdadi Mahmoudi : "La révolution libyenne est en train de tourner à la guerre civile"

27/12/2011 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le sort de Baghdadi Mahmoudi est désormais entre les mains de Moncef Marzouki. Le sort de Baghdadi Mahmoudi est désormais entre les mains de Moncef Marzouki. © D.R

Sous le coup d’une mesure d’extradition vers la Libye, suspendue par l’ex-président tunisien par intérim Fouad Mebazaa, l’ancien Premier ministre de Kadhafi plaide sa cause depuis sa cellule, à Tunis.

Arrêté à Djerba en août pour franchissement illégal des frontières, Baghdadi Mahmoudi est sous le coup d’une extradition prononcée par la cour d’appel de Tunis et suspendue par l’ex-président tunisien par intérim Fouad Mebazaa. L’ancien Premier ministre de Kadhafi bénéficie du soutien d’Amnesty International, qui estime qu’il pourrait être victime de violences et de torture s’il était remis aux autorités libyennes. Aujourd’hui, le sort de ce médecin de 66 ans est entre les mains d’un confrère du même âge, Moncef Marzouki, nouveau président de la République tunisienne.

Jeune Afrique : Vous avez quitté la Libye clandestinement le 20 août. Pourquoi ? Quel était votre projet ?

Baghdadi Mahmoudi : Il s’agissait de mettre à l’abri ma famille ; la maison de mon frère, où nous étions réfugiés, a été attaquée par une cinquantaine de personnes. Ma fille et ma petite-fille ont été agressées. Il ne nous restait plus qu’à fuir. Nous pensions aller à Alger via Tunis.

Vous attendiez-vous à être arrêté ?

Je suis originaire d’une tribu frontalière. Même si je n’avais pas prévenu les autorités de mon entrée sur le sol tunisien, celle-ci était tout à fait légale, d’autant qu’à ce moment-là les deux gouvernements entretenaient encore des relations.

Kadhafi était-il informé de votre départ ?

Kadhafi n’a rien su de mon départ car nous n’étions plus en contact depuis des mois. Malgré l’absence de commandement, j’ai veillé, pendant les six premiers mois de la révolution, à ce que le peuple soit approvisionné en produits de première nécessité. Nous aurions pu mourir de faim.

Quelle était votre marge de manœuvre en tant que Premier ministre ?

Je me suis attaché à mettre en place des réformes telles que les nouvelles lois fiscales, l’indemnisation des spoliés des années 1970 et le lancement de grands projets sociaux et d’infrastructures. Il faut rappeler que j’ai signé la première augmentation des salaires que le peuple ait connue en trente ans ! C’était dans ces domaines que je pouvais être efficace.

Vous attendiez-vous à une telle résistance de la part de Kadhafi ?

Kadhafi faisait ce que bon lui semblait. Il n’écoutait jamais aucun conseil.

Quel était le rôle de Seif el-Islam ?

Seif el-Islam était convaincu que le pays avait besoin de réformes et en discutait avec les Occidentaux, mais à partir du 17 février il a rejeté en bloc l’ingérence étrangère et est devenu un autre homme, décidé à aller jusqu’au bout.

Avez-vous collaboré avec le Conseil national de transition (CNT) ? Dans quelles conditions ?

Je suis entré en contact avec le CNT pour demander un cessez-le-feu et des pourparlers pour la construction d’une Libye nouvelle, libre et démocratique, mais aucune suite n’a été donnée.

Vous êtes sous le coup d’une extradition dont vous affirmez qu’elle signerait votre arrêt de mort. Pourquoi ?

Toujours pour des questions de sécurité, mais aussi à cause des médias, qui ont monté en épingle ma situation et qui ne cessent d’alimenter les rumeurs les plus folles. J’ai la conscience tranquille. Ceux qui se sont soulevés contre l’ancien régime sont aussi mes frères, nous nous connaissons tous. Mais je suis préoccupé par la situation actuelle. Au contraire de la révolution tunisienne, qui a su opérer une transition pacifique, la révolution libyenne tourne à la guerre civile.

__

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dialogue interlibyen au Maroc : les camps rivaux et l'ONU confiants

Les représentants des deux Parlements rivaux, qui tiennent des discussions indirectes au Maroc, ainsi que le médiateur de l'ONU ont affiché leur confiance vendredi quant à la possibilité d'un[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers