Extension Factory Builder
19/12/2011 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Directeur de publication de la revue "Présence africaine", il signe une biographie de Senghor qui paraîtra en février 2012 (éditions Perrin, 23 euros)

Dix ans après la mort du poète-­président sénégalais, un grand paradoxe senghorien persiste toujours dans la littérature africaine. Celui qui est reconnu par tous, même par ses adversaires, comme le fondateur d’une démocratie en Afrique, respecté comme le premier académicien noir, est aussi celui dont la pensée restera la plus controversée aux yeux de ceux qui s’attachent plus aux épiphénomènes de l’Histoire qu’à la profondeur des thèses. C’est pourtant précisément le paradoxe qui rend sa pensée féconde et attachante.

Écrivain de la négritude, Senghor envisage de réhabiliter l’image du Négro-Africain en contredisant les discours européens sur le nègre et s’appuie pour ce faire sur le caractère essentiellement artistique du nègre. Il postule un renversement de perspective. Depuis l’esclavage et la colonisation, le regard de l’Europe sur le Négro-Africain et ses cultures a conduit à un violent déni : contraint par l’assimilation au renoncement de son être, il a été perçu comme sans histoire et donc sans culture. Paradoxalement, les cultures noires sont à l’origine d’un art qui enchantera les peintres du début du XXe siècle, à l’instar de Picasso. Chez les primitifs, les créateurs combinent dans leur manière artistique un acte quotidien du faire et un acte de croire ; le profane et le sacré ; le paganisme et toutes les formes de religiosité ou de cosmogonies. La prise en compte de cette dimension essentiellement artistique du Négro-Africain devrait inciter à une attitude plus compréhensive. 

C'est par la pratique artistique que le Négro-Africain accède à l'identité de soi.

Cette attitude compréhensive procède de l’approfondissement de l’une des premières intuitions de Senghor : « l’émotion nègre ». Très tôt apparue sous sa plume, la formule présente toutes les qualités d’un bon mot de khâgneux : « L’émotion est nègre comme la raison hellène. » C’est en la réinterrogeant sans cesse qu’il va en faire un élément fondamental de sa réflexion, dénonçant « l’erreur » qui s’est logée au cœur de la pensée occidentale. Nourrie de savoirs anciens et classiques, grecs et latins, cette dernière a évolué vers la rationalité, tournant le dos à ce qui la fécondait jusque-là. La critique du fameux cogito (« je pense donc je suis ») est de ce point de vue révélatrice. Senghor reproche au philosophe français Descartes d’avoir littéralement détourné la pensée grecque ancienne en plaçant la raison au-dessus de toute manière de penser, là où l’émotion devrait être première.

Grâce à sa lecture de Bergson, Senghor va montrer qu’il y a dans l’émotion une donnée « immédiate de la conscience » : parce qu’il y a dans la culture négro-africaine une pratique artistique constante, c’est bien par celle-ci que le nègre accède à l’espace comme à la durée ; à l’identité de soi comme à la connaissance de son être. De même que chez le Grec la raison contenait l’émotion, de même chez le Négro-Africain, l’émotion contient la raison. Il n’y a pas de coupure entre les deux.

En considérant l’art comme manière nègre de saisie du monde, Senghor légitime la pratique de la poésie en langue française. Dans son Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française (1948), il soutient que le chant est le caractère essentiel de cette poésie. On y trouve, poursuivra-t-il dans la postface d’Éthiopiques, symphonie, rythme, ordre et désordre dignes d’une partition de jazz, musique et texte mêlés. Ceci rapproche le poète contemporain des poétesses africaines et l’éloigne du griot. Ce dernier a trahi l’esprit de l’art en se faisant poète de cour dans la société nouvelle qui s’édifie en Afrique avec l’arrivée des villes européennes et l’ère des indépendances. En écrivant en français, au contraire, le poète espère mieux toucher, au-delà des Africains francophones, « par-delà mers et frontières, les autres hommes ». Les poètes nègres sont « comme des lamantins qui vont boire à la source » et rapportent de cette soif étanchée le savoir qui leur permet de vivre, sans se renier, leur existence au monde et de dire, sans fard, leur réel au monde.

On ne sera donc pas surpris que, parmi les nombreuses tâches accomplies par le poète – et que l’Histoire portera à son crédit –, celles relevant du domaine de la culture resteront les plus marquantes. Il n’a pas été seulement un mécène pour les artistes, un préfacier pour les jeunes créateurs : il reste celui qui a compris que le devenir de l’Afrique et sa place passaient par la défense de cette culture que le continent noir devait apporter au fameux « rendez-vous du donner et du recevoir des civilisations » dont parlait Césaire

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Tunisie : de la Kasbah au Bardo

Forum-Tribunes Article précédent :
Bénin : le développement de la culture, une culture du développement

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Assane Dioma Ndiaye : 'La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense'

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime [...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex