Extension Factory Builder

Tunisie : Rafik Abdessalem, à la recherche de la diplomatie perdue

23/12/2011 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rafik Abdessalem est le nouveau ministre des Affaires étrangères tunisien. Rafik Abdessalem est le nouveau ministre des Affaires étrangères tunisien. © Hichem

Peu connu du grand public, le nouveau ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, est décidé à rompre avec certaines pratiques passées.

Depuis quelques semaines, l’homme multipliait les interventions sur des sujets de politique étrangère. Ancien chef du département des recherches au centre d’études d’Al-Jazira, à Doha, Rafik Abdessalem, 43 ans, a hérité du portefeuille des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement tunisien. Docteur en sciences politiques de l’Université de Westminster, à Londres, proche de la direction ­d’Ennahdha, l’élégant Abdessalem est originaire d’El-Hamma, comme Rached Ghannouchi, dont il a épousé l’une des filles, Intissar, qu’il a rencontrée à Londres et avec laquelle il a eu deux enfants.

Défendre les intérêts de la Tunisie

Militant au sein de l’UGTE, le syndicat islamiste étudiant, il avait dû quitter la Tunisie pour le Maroc, avant de se réfugier, en 1993, à Londres. Au passage, il a troqué son patronyme, Bouchleka (« celui qui porte la savate », en tunisien), contre celui d’Abdessalem, prénom de son père. Aujourd’hui, il porte le projet de relations internationales d’Ennahdha, quitte parfois à contredire le nouveau Premier ministre. En effet, alors que Hamadi Jebali soutient que « les relations avec l’Arabie saoudite sont plus importantes que l’extradition de Ben Ali », Abdessalem déclare vouloir « mettre en œuvre tous les recours pour l’extradition de Ben Ali et de sa famille ». Sa vision de la diplomatie tunisienne donne la priorité au partenariat avec l’Union européenne et aux relations avec l’Algérie et la Libye.

Conformément à la ligne directrice imprimée par les nouvelles autorités – le président, Moncef Marzouki, a qualifié les chancelleries tunisiennes sous l’ère Ben Ali de « ministères de l’Intérieur à l’étranger » –, Rafik Abdessalem a réaffirmé que la politique étrangère n’est pas la promotion d’un parti mais la défense des intérêts de la Tunisie, qui a des traditions assez anciennes en la matière : « On ne peut se soustraire à notre environnement géopolitique immédiat, mais nous devons nous attacher à renforcer nos liens avec les pays arabes et effectuer une ouverture sur l’Afrique et sur des pays émergents comme le Brésil et l’Inde. […] Aujourd’hui, nous voulons aller de l’avant, rattraper le temps perdu et mettre la diplomatie tunisienne au service des ambitions nées de la révolution. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Libye : 172 Tunisiens pris en otages par une milice islamiste du groupe Fajr Libya

Les autorités tunisiennes ont annoncé lundi l’existence de négociations en vue de la libération de 172 ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices islamistes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers