Extension Factory Builder

Tunisie : Rafik Abdessalem, à la recherche de la diplomatie perdue

23/12/2011 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rafik Abdessalem est le nouveau ministre des Affaires étrangères tunisien. Rafik Abdessalem est le nouveau ministre des Affaires étrangères tunisien. © Hichem

Peu connu du grand public, le nouveau ministre tunisien des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, est décidé à rompre avec certaines pratiques passées.

Depuis quelques semaines, l’homme multipliait les interventions sur des sujets de politique étrangère. Ancien chef du département des recherches au centre d’études d’Al-Jazira, à Doha, Rafik Abdessalem, 43 ans, a hérité du portefeuille des Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement tunisien. Docteur en sciences politiques de l’Université de Westminster, à Londres, proche de la direction ­d’Ennahdha, l’élégant Abdessalem est originaire d’El-Hamma, comme Rached Ghannouchi, dont il a épousé l’une des filles, Intissar, qu’il a rencontrée à Londres et avec laquelle il a eu deux enfants.

Défendre les intérêts de la Tunisie

Militant au sein de l’UGTE, le syndicat islamiste étudiant, il avait dû quitter la Tunisie pour le Maroc, avant de se réfugier, en 1993, à Londres. Au passage, il a troqué son patronyme, Bouchleka (« celui qui porte la savate », en tunisien), contre celui d’Abdessalem, prénom de son père. Aujourd’hui, il porte le projet de relations internationales d’Ennahdha, quitte parfois à contredire le nouveau Premier ministre. En effet, alors que Hamadi Jebali soutient que « les relations avec l’Arabie saoudite sont plus importantes que l’extradition de Ben Ali », Abdessalem déclare vouloir « mettre en œuvre tous les recours pour l’extradition de Ben Ali et de sa famille ». Sa vision de la diplomatie tunisienne donne la priorité au partenariat avec l’Union européenne et aux relations avec l’Algérie et la Libye.

Conformément à la ligne directrice imprimée par les nouvelles autorités – le président, Moncef Marzouki, a qualifié les chancelleries tunisiennes sous l’ère Ben Ali de « ministères de l’Intérieur à l’étranger » –, Rafik Abdessalem a réaffirmé que la politique étrangère n’est pas la promotion d’un parti mais la défense des intérêts de la Tunisie, qui a des traditions assez anciennes en la matière : « On ne peut se soustraire à notre environnement géopolitique immédiat, mais nous devons nous attacher à renforcer nos liens avec les pays arabes et effectuer une ouverture sur l’Afrique et sur des pays émergents comme le Brésil et l’Inde. […] Aujourd’hui, nous voulons aller de l’avant, rattraper le temps perdu et mettre la diplomatie tunisienne au service des ambitions nées de la révolution. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers