Extension Factory Builder

L'Afrique a besoin de présidents normaux

19/12/2011 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L’élection passablement calamiteuse (« une mascarade », résume le Financial Times) qui vient de se dérouler en RDC, au terme de laquelle une minorité de citoyens a mal élu un président dont la reconduction doit un peu aux démons scissipares qui dévorent ses opposants, beaucoup aux tripatouillages d’apprentis sorciers de la fraude et rien ou presque à ses propres capacités de gouvernance, est le baobab qui cache la forêt. Car 2011 aura été somme toute une année plutôt encourageante en matière de transparence électorale sur le continent. Présidentielles certes contestées au Bénin et au Liberia, présidentielles sans enjeux au Cameroun, au Tchad, à Djibouti et en Gambie, mais présidentielles exemplaires au Niger, en Zambie, à São Tomé et au Cap-Vert, sans oublier les législatives les plus libres qu’aient jamais connues la Tunisie, l’Égypte et le Maroc : le bilan, on le voit, est loin d’être régressif. À défaut de se répandre au-delà du Sahara, le vent des révolutions arabes aura soufflé en brise jusque dans les urnes.

Le cru électoral 2012 confirmera-t-il ces progrès ? On le verra vite. Dès la fin février, le Sénégal saura s’il continue ou non sa route avec son timonier octogénaire, à l’issue d’un processus dont la validité sera examinée à la loupe. Deux mois plus tard, le Mali poursuivra la sienne sans son capitaine ATT, parti à reculons certes, mais parti tout de même, Constitution oblige. Au Kenya, au Ghana, à Madagascar, les électeurs se rendront dans les isoloirs, un privilège démocratique auquel les Libyens devraient goûter pour la première fois de leur histoire. Il n’est pas exclu enfin que ce vestige ossifié de la guerre froide qu’est l’Angola connaisse en 2012 une amorce de glasnost. Des élections pourraient y avoir lieu afin de mettre un terme à une sidérante anomalie que personne ne relève. Vice-doyen des chefs d’État du continent (avec cinq mois de retard sur Teodoro Obiang Nguema, trente-deux ans au compteur), José Eduardo dos Santos n’a en effet jamais été élu directement par son peuple – ni bien ni mal élu, jamais élu ! –, l’unique consultation, en 1992, ayant été interrompue entre les deux tours…

Il est un pays enfin où l’on suivra avec attention, précaution, sympathie et un zeste d’inquiétude une échéance législative attendue depuis plusieurs mois et que l’on espère proche : la Guinée. Démocratiquement élu il y a un an – là aussi, une première –, Alpha Condé était porteur d’un message d’espoir. Les réalités guinéennes l’ont depuis rattrapé, sans pour autant tuer le rêve dont il se veut porteur : il n’y a pas, en Afrique, de fatalité du malheur. On aimerait seulement qu’en 2012 le camarade Alpha prenne de la hauteur, de la distance, qu’il délègue plus, accorde sa confiance, coupe la sonnerie de ses cinq ou six portables et cesse de vouloir être, avec la meilleure volonté du monde, le président de tout et de partout. À Conakry comme ailleurs, c’est de présidents normaux que le continent a désormais besoin. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Afrique du sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Côte d'Ivoire : retour sur l'affaire Youssoufou Bamba

Retour sur le limogeage de l'ambassadeur de Côte d'Ivoire auprès des Nations unies à la suite d'un couac diplomatique entre Abidjan et Rabat.[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir repris Gwoza, le fief de Boko Haram

L'armée nigériane a annoncé vendredi avoir repris aux islamistes de Boko Haram la localité hautement symbolique de Gwoza dans le Nord-Est.[...]

Présidentielle nigériane : fin de partie

Le premier tour de l’élection présidentielle au Nigeria se tiendra demain. Parmi les 14 candidats, deux seulement ont des chances d’emporter la mise. L’actuel président, Goodluck Jonathan, [...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Sierra Leone : le confinement de la population a commencé

Six millions de Sierra-Léonais devront rester chez eux jusqu'à dimanche soir pour endiguer la propagation de l'épidémie d'Ebola.[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

Côte d'Ivoire : Bernard Kieffer, à la recherche du frère perdu

Dans le "Frère perdu", le frère de Guy-André Kieffer, disparu en Côte d'Ivoire en 2004, relate sa quête de vérité au coeur de la Françafrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers