Extension Factory Builder

Christophe Fayout : "L'Algérie est notre premier marché sur le continent"

28/12/2011 à 18:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Christophe Fayout, responsable développement africain, Siemens Energy. Christophe Fayout, responsable développement africain, Siemens Energy. © DR

Deux ans après s’être lancé dans le solaire en Afrique, le conglomérat allemand, Siemens Energy, dégagera ses premiers revenus significatifs en 2012. Son objectif pour 2016 : un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros.

Malgré le Printemps arabe, le groupe reste très actif sur le continent, et notamment en Afrique du Nord. Ce sont surtout ses filiales françaises qui y sont à la manœuvre, dans les transports urbains (métro d’Alger) comme dans l’énergie. Dans ce secteur, où elles bénéficient de l’ancien réseau africain de Merlin Gerin (récupéré en 2006), elles s’appuient sur 500 salariés basés en Afrique. Le siège allemand se réserve la vente des grandes centrales électriques. Mais c’est Siemens Energy France qui pilote les secteurs des transmissions électriques et des énergies renouvelables, sous la houlette de Christophe Fayout. Quadragénaire énergique, il a placé le solaire en tête de ses priorités. En 2010, la filiale a réalisé 200 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le continent.

Jeune Afrique : Votre présence semble plus affirmée au nord qu’au sud du continent. Qu’en est-il ?

Christophe Fayout : L’Algérie est notre premier marché africain, avec 70 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010, suivie de l’Afrique du Sud, puis de la Tunisie. Avant la chute du régime Kadhafi, la Libye était notre second marché maghrébin avec 50 millions d’euros. Nos équipes sont là-bas et se remettent en marche pour redécoller. Quant à l’Afrique subsaharienne francophone, nous y avons vendu environ 35 millions d’euros de matériels et prestations en 2010 et nous prévoyons 45 millions d’euros en 2011.

N’êtes-vous pas déçu par le marché du solaire sur le continent, qui tarde à décoller ?

Le photovoltaïque en Afrique en est seulement à ses débuts, même si les gouvernements en parlent beaucoup. Les deux seules centrales solaires existantes sont installées au Mali [200 kW de capacité] et au Cap-Vert [3,5 MW]. Et encore, cette dernière connaît des difficultés d’exploitation. Ce n’est rien par rapport à la capacité de 500 MW installée en Afrique dans l’éolien [dont 150 MW par Siemens].

Quels sont vos projets sur ce marché naissant du solaire ?

Nous travaillons la question depuis deux ans, c’est le temps que met un projet dans le photovoltaïque pour éclore. Nous dégagerons un premier chiffre d’affaires significatif en 2012 : nous installerons une centrale solaire d’une dizaine de mégawatts au nord du Bénin et une autre au Burkina Faso, en sous-traitance pour le groupe minier canadien Semafo. Pour la suite, nous avons déjà identifié des projets pour une capacité totale de 200 MW. Nous estimons que nous pouvons réaliser d’ici à cinq ans un chiffre d’affaires d’environ 50 millions d’euros dans le solaire.

Quel modèle économique est le plus adapté en Afrique pour lancer des centrales de ce type ?

Le système en BOT [build, operate and transfer, NDLR], qui permet un investissement privé soutenu par une institution financière internationale, puis un transfert à l’opérateur public, me semble le meilleur. Cela étant, le photovoltaïque ne vaut pas pour tous les pays : il n’est « bankable » que pour ceux situés sur la « ceinture du soleil », qui parcourt l’Afrique d’est en ouest, entre le Sahel et la Méditerranée. Dans des pays comme la Côte d’Ivoire, la Guinée ou le Cameroun, l’énergie hydraulique donne un prix par kilowattheure bien plus intéressant.

__

Propos recueillis par Christophe Le Bec

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar se déroulera en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en janvi[...]

Technologies : la drague 3.0 débarque en Afrique

Internet a largement modifié les comportements sociaux dans le monde. Et l’Afrique n’est pas épargnée par ce vent technologique venu du Nord. Ainsi, après l'euphorie des rencontres 2.0[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Braconnage : l'éléphant d'Afrique menacé de disparaître d'ici vingt ans

L'éléphant d'Afrique est menacé de disparition à l'état sauvage d'ici vingt ans, ont prévenu des experts réunis dans le cadre d'un sommet depuis lundi au Botswana afin de sauver[...]

Tendances : un PIB pour les coiffures

Selon de récentes estimations, les Africaines dépenseraient, chaque année, 7 milliards de dollars pour l’entretien de leur identité capillaire. Un budget qui pourrait davantage participer au[...]

En Afrique, Pernod Ricard mise sur l'alcool local

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux Pernod Ricard veut produire localement sur le continent africain. Selon nos informations, des tests ont déjà été lancés dans plusieurs pays.[...]

CAN 2015 des moins de 20 ans : le Nigeria l'emporte face au Sénégal avec un but magique

L’équipe nigériane de football des moins de 20 ans a battu dimanche, à Dakar, le Sénégal en finale du 19e Championnat d’Afrique des nations junior. Une victoire obtenue grâce[...]

Africa CEO Forum 2015 : des deals et des débats au sommet du business africain

Coorganisé par le Groupe Jeune Afrique, le Africa CEO Forum a rassemblé plus de 800 décideurs économiques les 16 et 17 mars. L'occasion de se pencher sur l'avenir du continent, mais[...]

Que cherche Jean-Louis Borloo en Afrique ?

Retiré de la politique active, l'ancien ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy lance un "plan Marshall" censé aboutir à l'électrification de tout le continent. Mais il se montre fort[...]

Météo : mieux vaut prévenir que guérir

Bien sûr, cela suppose de penser sur le long terme, mais les pays du continent auraient tout à gagner à investir dans la recherche sur les aléas climatiques. L'enjeu, économique notamment,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers