Extension Factory Builder

France : Karima Delli, un fruit encore vert

29/11/2011 à 16:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Karima Delli l'affirme : elle n'a pas changé. Karima Delli l'affirme : elle n'a pas changé. © Miguel Medina/AFP

La députée écologiste européenne Karima Delli est entrée en politique par la petite porte. D’origine algérienne, elle soutient Eva Joly pour la présidentielle de 2012. Et continue de s'investir dans le mouvement social. Rencontre.

Droite dans ses sandalettes de cuir, la militante altermondialiste d'origine algérienne et devenue eurodéputée écologiste l’affirme : elle n’a pas changé. En 2009, lorsqu’avec ses colistiers Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly et Pascal Canfin elle prend ses quartiers à Bruxelles, Karima Delli le promet joliment : « J’aurai une jambe dans les institutions, une dans le mouvement social, et je marcherai plus vite pour faire bouger les choses. » C’est par cette même formule qu’elle débute l’entretien aujourd’hui.

Si le mantra d’hier a pris avec le temps des allures de slogan de campagne, que le discours est désormais celui d’une femme politique pleine d’assurance, au moins n’a-t-elle pas menti. En janvier dernier, elle apparaissait, guitare en bandoulière, dans un clip du collectif Jeudi noir défendant les mal-logés. Parodiant une chanson de Carla Bruni, la députée reprenait en cœur : « Il est Apparu [secrétaire d’État chargé du Logement, NDLR] qu’il fait pas son boulot, le nombre de sans-abri est loin d’être à zéro. Pourtant quelqu’un m’a dit que tu promets encore. » Les images étaient tournées dans un immeuble squatté, avec vue sur l’Élysée.

"Changer le monde avec un sourire"

Bien sûr, lorsqu’elle revêt son costume d’eurodéputée – qu’elle veut décontracté, veste et châle colorés –, elle distille les éléments de langage choisis par les communicants d’Europe Écologie-Les Verts, évite de parler d’elle et préfère aborder la campagne de 2012. Mais elle le fait avec un sourire communicatif. « Je suis persuadée qu’on peut changer le monde avec un sourire », explique cette brune dynamique qui répète à l’envi qu’elle est « dé-ter-mi-née ».

À 32 ans, Karima Delli est l’un des plus jeunes députés français du Parlement européen. Convaincue qu’on peut faire de la politique « autrement », elle imprime à sa fonction la marque subversive des « joyeux activistes », comme elle qualifie ses comparses de Jeudi noir et de Génération précaire. C’est Manuel Domergue qui l’a introduite dans le milieu. « Elle a un caractère joyeux, de la bonne humeur. C’est la seule à chanter à peu près bien, donc elle est devenue la coqueluche de collectifs », plaisante ce militant d’Europe Écologie-Les Verts. Ils se sont connus en 2005, dans les couloirs du Sénat, chacun était l’assistant parlementaire d’un sénateur Vert. Karima Delli venait d’intégrer l’équipe de Marie-Christine Blandin, son mentor en politique, rencontrée lors de recherches menées par l’étudiante à Sciences-Po Lille qu’elle était. « Je voulais passer des concours, devenir prof, mais son discours m’a séduite. Je lui ai écrit une lettre pour qu’elle m’engage. »

En 2007, Delli prend la tête des Jeunes Verts et veut croire aux promesses d’une écologie « sociale et populaire ». « L’écologie est pour tout le monde, et surtout pour les précaires. J’ai toujours vécu ainsi. Dans une famille de treize enfants, il faut récupérer les vêtements des frères et sœurs, faire attention à tout. Dans le Nord, on dit “faut pas gâcher”. Ça rejoint le message écolo : “Stop au gaspillage.” »

Sauvons les riches

Pendant la campagne pour les européennes de 2009, elle fonde avec ses amis le collectif Sauvons les riches. Ils remettent à Jean Sarkozy un diplôme de « fils à papa » et réclament l’instauration d’un revenu maximal. À son arrivée au Parlement quelques mois plus tard, la voilà qui proteste contre la reconduction du président de la Commission, avec un tee-shirt « Stop Barroso »…

« Elle apporte sa légitimité, mais n’est pas juste une caution morale à nos combats », explique Manuel Domergue. « Être à l’intérieur des institutions permet de faire bouger l’appareil », confirme l’intéressée. Pas du genre à mettre de l’eau dans son vin, elle ne souhaite pas entrer à tout prix dans le moule bruxellois. « Je siège en jean-baskets, je n’ai pas de carrière derrière moi, mais je suis respectée car j’ai beaucoup bossé. » Une discipline qui lui vient de parents « très attentifs » à son éducation. « En dépit de leur analphabétisme, ils ont su nous donner goût à l’école, à la lecture. » Fille d’immigrés algériens, Karima Delli a grandi à Tourcoing (Nord) et se dit fière de son accent (imperceptible), mais surtout de son père, ouvrier dans le textile, et de sa mère, femme au foyer. Et même si elle regrette de ne pas mieux connaître l’Algérie, où elle n’est pas retournée depuis quatre ans, elle assure avoir ses racines chevillées au cœur. « J’ai toujours avec moi un petit foulard kabyle ! » Si elle soutient Eva Joly pour la présidentielle de 2012, c’est parce qu’elle incarne l’ouverture. « Eva n’est pas du sérail, elle symbolise la réconciliation entre citoyens et politiques. » Et d’ajouter, en réponse aux attaques contre l’ex-juge franco-norvégienne : « Avoir une candidate binationale est une richesse, soyons fiers de nos origines ! » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces