Extension Factory Builder
01/12/2011 à 08:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lu Shaye a été ambassadeur à Dakar de 2005 à 2009. Lu Shaye a été ambassadeur à Dakar de 2005 à 2009. © DR

Rien ne destinait ce haut fonctionnaire à une carrière de diplomate. C’est sa francophilie qui l’a conduit sur le continent.

Directeur général Afrique du ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, Lu Shaye est né en 1964 dans la ville de Nankin, connue tant pour sa montagne pourpre, où repose Sun Yat-sen, et son passé de capitale de la dynastie Ming que pour le terrible massacre qui y fut perpétré par les Japonais en 1937. La Révolution culturelle est lancée un an après sa naissance, événement tragique dont il dit avoir été relativement épargné : « Quand je suis entré au collège, la Révolution culturelle était finie, je n’en ai donc pas vraiment souffert. »

Il échappe en effet, à quelques années près, au séjour en camp de rééducation pour jeunes instruits. Ses parents, médecins au sein de la compagnie du chemin de fer de Nankin, sont cependant touchés par les événements. Le père séjourne même en prison. Le jeune Lu Shaye n’en conçoit pas d’animosité pour le Parti et entre dans la Ligue de la jeunesse communiste, comme « tous les jeunes Chinois motivés en ce temps-là ». Les études propulsent cet enfant de la classe moyenne – la Chine a inventé la méritocratie avec les concours mandarinaux – dans les hautes sphères de la diplomatie chinoise.

Tout commence par hasard, dit-il, avec l’apprentissage du français au collège des langues étrangères de Nankin, où il est envoyé par ses instituteurs. Les langues européennes constituent une première lucarne vers le monde extérieur. Il a quinze ans, en 1979, lorsque Deng Xiaoping lance les réformes d’ouverture qui bouleverseront l’histoire du pays. La politique ne l’intéresse cependant pas encore : ce qui l’intéresse, c’est la littérature.

Aussi tente-t-il, à l’issue de son baccalauréat, d’intégrer le département de littérature européenne de la prestigieuse Université de Pékin. Il échoue, mais est admis à l’Institut de diplomatie, un autre établissement de prestige : encore un hasard, responsable selon lui de son destin africain.

De l’Afrique, il ne sait rien ou presque à l’époque, mais il est marqué par un cours sur l’histoire de la colonisation et des indépendances. À l’issue de ses études, il est envoyé en Guinée-Conakry par le ministère des Affaires étrangères, en raison de sa maîtrise du français. Sa carrière de diplomate est lancée. Elle le conduira à visiter une trentaine de pays, à occuper des fonctions à Pékin et à Paris, avant de devenir en 2006 ambassadeur de Chine à Dakar, à la suite du renouvellement des relations diplomatiques entre les deux pays.

De retour à Pékin, c’est la consécration : il prend ses fonctions de directeur du département Afrique du ministère des Affaires étrangères.

Lu Shaye incarne une diplomatie en plein renouvellement, de style et de ton. Il a bien compris la nécessité de communiquer, de rompre avec l’hermétisme qui caractérisait les hommes d’État chinois. Il s’exprime avec verve, sourit avec économie et, soucieux de rassurer, fait face avec aplomb aux questions les plus gênantes. Offensif mais pas agressif, il use volontiers de la critique de l’Occident, colonisateur et moralisateur, pour dédouaner la Chine de ses erreurs. On sent chez lui la détermination et l’ambition qui, selon les Chinois, caractérisent les individus nés sous le signe du Dragon – ce qui est son cas –, et une farouche volonté de convaincre plus que de plaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique de l'Ouest

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à gré ne sont pas fon[...]

Ebola : l'OMS dénonce le marché noir du "sang de survivants"

Dans la lutte contre le virus Ebola, qui a déjà fait 2 630 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la recherche d'un sérum a provoqué des effets pervers.[...]

Pékin va financer le chemin de fer Bamako-Conakry

Parmi les accords négociés entre la Chine et le Mali figurent la construction de la très attendue ligne de chemin de fer entre Bamako et Conakry (8 milliards de dollars), ainsi que la renovation de la ligne[...]

L'anniversaire de la BAD à Abidjan reporté ?

Prévu pour début novembre dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire, le 50e anniversaire de la Banque africaine de développement pourrait être reporté. En cause :[...]

Crise : comment le Ghana en est-il arrivé là ?

Grisé par son nouveau statut de producteur de pétrole, le pays a laissé filer les déficits. Gare au recadrage ![...]

Côte d'Ivoire : le japonais Mitsubishi investit dans un champ pétrolier offshore

La maison de commerce japonaise Mitsubishi Corporation a racheté plus d'un tiers (20 % du total) des parts détenues par l'américain Anadarko dans le champ pétrolifère offshore CI-103 au large des[...]

Côte d'Ivoire : Thierry Tanoh nommé secrétaire général adjoint de la présidence

 Six mois après son départ du poste de directeur général du groupe bancaire panafricain Ecobank, l'Ivoirien Thierry Tanoh a été nommé le 12 septembre aux côtés de[...]

Ebola : le cri d'alarme de onze grands patrons africains

Onze dirigeants d'entreprises internationales installées en Afrique de l'Ouest en appellent à la communauté internationale, souhaitant un effort global plus important et mieux coordonné et une[...]

Frank Timis, l'empereur contesté

Il a fait ses premières armes dans les gisements d'or de sa Roumanie natale avant de débarquer, il y a dix ans, en Afrique de l'Ouest. Son appétit pour les richesses du sous-sol semble insatiable. Mais[...]

Atlas Mara rachète 20 % d'Union Bank of Nigeria pour 270 millions de dollars

 Atlas Mara a porté sa participation dans Union Bank of Nigeria à 29,9 % en rachetant 20,9 % du capital détenus par la structure de défaisance Amcon. C'est la troisième opération[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex