Extension Factory Builder

Italie : Andrea Riccardi, le fondateur de Sant'Egidio devient ministre de la Coopération

28/11/2011 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Andrea Riccardi, historien des religions et nouveau ministre de la Coopération. Andrea Riccardi, historien des religions et nouveau ministre de la Coopération. © Reuters

Célèbre pour ses médiations internationales et son action en faveur des plus déshérités, Andrea Riccardi, le fondateur de la communauté de Sant’Egidio, a rejoint le gouvernement italien en tant que ministre de la Coopération.

« Cette fois, il faut y aller… » C’est par cette formule laconique qu’Andrea Riccardi a justifié auprès de ses amis de la communauté de Sant’Egidio son choix d’accepter le poste de ministre de la Coopération internationale et de l’Intégration. Sollicité à plusieurs reprises dans le passé par le centre droit et la gauche, l’historien des religions à la barbe poivre et sel avait toujours décliné l’offre. Mais cette fois, l’ampleur de la crise italienne l’a conduit à s’engager « dans l’espoir d’œuvrer au redressement national ».

Surpris d’avoir été appelé par le nouveau président du Conseil, Mario Monti, ce passionné d’Afrique a négocié le titre de son ministère, auquel il aurait bien aimé accoler une référence continentale. « Pour la première fois, notre pays se dote d’un ministère à part entière pour mener les actions de développement », se félicite Mario Giro, le « Monsieur Afrique » de Sant’Egidio. Mais, dans un contexte de restrictions budgétaires – l’enveloppe allouée à l’Afrique subsaharienne est en forte baisse depuis la crise financière (908 millions d’euros en 2010) –, le nouveau ministre devra faire preuve d’imagination. Le continent sera au centre de ses préoccupations, notamment les programmes d’état civil, d’éducation, de santé publique, de réconciliation nationale, pour lesquels la communauté a développé un réel « savoir-faire ». Son autre grand défi sera de réconcilier les Italiens avec eux-mêmes et avec leurs immigrés, que Berlusconi et ses alliés de la Ligue du Nord avaient voués aux gémonies. Adepte du dialogue interreligieux, intercommunautaire et intergénérationnel, il devrait mener des actions concrètes en matière de cohésion sociale, d’intégration et d’aide à la jeunesse.

La grande aventure de Riccardi a débuté en février 1968, quand ce fils de banquier réunit des ex-camarades de lycée pour mener une réflexion sur le thème de la solitude. Imprégnée des Évangiles et des ouvrages des grands philosophes, mais jugeant l’Église trop lointaine, la troupe va aider les habitants des borgate, les quartiers populaires de la banlieue romaine. C’est ainsi que naît Sant’Egidio. Encouragés par leur ami Jean-Paul II, Riccardi et ses « frères » engagent des combats planétaires pour l’abolition de la peine de mort, l’aide aux enfants des rues, aux drogués, aux malades du sida, aux immigrés. Dans les années 1990, ils se font connaître en désamorçant des crises en Europe de l’Est, en Amérique latine et en Afrique. On leur doit notamment l’accord de paix au Mozambique, arraché en 1992 après plus de deux ans de négociations. Au cours de sa vie, Riccardi a serré les mains des pires chefs de guerre comme des plus grands de ce monde, qu’il a cherché à sensibiliser aux règlements des conflits. Il a notamment rencontré George W. Bush, Madeleine Albright, Mikhaïl Gorbatchev, Hubert Védrine et bien d’autres Occidentaux. Le Rwandais Paul Kagamé, le Congolais Denis Sassou Nguesso et son ancien voisin Laurent-Désiré Kabila, les Ivoiriens Guillaume Soro et Simone Gbagbo sont passés par le couvent de Trastevere le temps d’une messe pour la paix ou d’un repas.

Réseau

À 61 ans, Andrea Riccardi n’est peut-être pas aussi connu que le Saint-Père, mais certains lui attribuent l’influence d’un chef d’État. Président d’honneur de la communauté Sant’Egidio, il peut compter sur un réseau de 60 000 membres (religieux, universitaires, cadres et employés) dans plus de 70 nations, dont 20 000 en Afrique. Il pourra s’appuyer sur eux pour mener à bien sa nouvelle mission. Depuis le 15 novembre, les messages de félicitations ont afflué au siège de Trastevere, dont ceux de Nicolas Sarkozy, Alassane Ouattara, Alpha Condé, Faure Gnassingbé, Armando Guebuza et Mahamadou Issoufou.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Christopher Fomunyoh : 'Les Africains aspirent à une gouvernance moderne'

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers