Extension Factory Builder
21/11/2011 à 12:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Politiciens et journalistes : les deux espèces n’ont jamais fait bon ménage. Surtout quand les premiers ont de la liberté de la presse une conception tout droit surgie du temps des machettes. Qui n’est pas avec nous est contre nous. Soit on lèche, soit on lynche. Parce qu’il refuse de se plier à ce chantage, parce qu’il n’est pas domptable, Jeune Afrique vient donc de se voir signifier par les autorités de la République démocratique (?) du Congo l’interdiction de fait de venir couvrir sur place les élections générales du 28 novembre. L’histoire, subtile, est la suivante.

Début octobre, J.A. désigne un envoyé spécial, en l’occurrence Philippe Perdrix, qui connaît la RD Congo, où il s’est déjà rendu à plusieurs reprises, pour rendre compte de la campagne électorale jusqu’au jour J inclus. Il lui faut pour cela un visa, lequel est conditionné à une lettre, mi-invitation, mi-accréditation, délivrée par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, lettre elle-même soumise à une requête écrite de notre part. La procédure n’est pas spécialement agréable, mais c’est la règle, et nos confrères qui s’y sont pliés ont obtenu leur sésame sans encombre. Pas nous. Les deux e-mails que nous avons adressés en ce sens au directeur de cabinet du ministre puis le courrier officiel adressé à Lambert Mende lui-même le 20 octobre sont à ce jour restés sans réponse. Ce n’est pas faute d’avoir relancé, ni même, histoire d’en avoir le cœur net, frappé à la porte du cabinet présidentiel. Jamais, bien sûr, on ne nous a notifié une interdiction formelle – les censeurs ne sont plus si primaires –, mais des « c’est à l’étude », des « c’est sur le bureau du ministre », lequel « est en déplacement », et même un « c’est en bonne voie » totalement fictif.

Suivre le voleur jusque dans la chambre… L’adage est éprouvé car, à force d’insister, ce que nous soupçonnions a fini par apparaître. Si le pouvoir congolais ne veut pas de notre envoyé spécial, c’est pour nous punir d’avoir osé publier, en janvier dernier, une « Cover story » intitulée « Kabila : Mobutu light », assimilée à l’époque par le même Lambert Mende à une tentative de déstabilisation du chef de l’État. En vertu de la loi très mobutuesque selon laquelle le mal provient non pas de celui qui commet des erreurs mais de celui qui les rapporte, J.A. doit donc expier. Pour ce faire, dans leur grande magnanimité, la présidence et le ministre nous ont suggéré la voie à suivre. Qu’un membre de la direction de notre groupe se rende à Canossa (pardon : à Kinshasa), si possible en robe de bure, pour y faire amende honorable, et le précieux visa sera accordé à notre collaborateur. Hélas, si certains goûtent de ce pain, ce n’est pas notre cas. J.A., qui en a vu bien d’autres, continuera donc de couvrir à distance et avec ses correspondants sur place cette élection de tous les dangers, en espérant que pour le futur vainqueur, quel qu’il soit, demain soit un autre jour.

Piqûre de rappel en guise de conclusion : le dernier pouvoir à avoir interdit à nos journalistes l’entrée sur son territoire était celui de… Kadhafi. Disons que cela ne lui a pas porté chance.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Totems et tabous

Editorial précédent :
Le gâteau ivoirien


Réagir à cet article

RD Congo

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

La RD Congo vend son énergie et son potentiel agricole à Londres

 Le premier Global Africa Investment Summit à Londres a été nettement dominé par la présence des pays anglophones. Rare exception, la RD Congo a présenté plusieurs projets[...]

RDC : opération "villes mortes" dans les grandes agglomérations du Nord-Kivu

Une opération "villes mortes" a été organisée mardi dans la plupart des grandes agglomérations du Nord-Kivu (est de la RDC) pour protester contre l'insécurité[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers