Extension Factory Builder

Sylvestre Amoussou : "La meilleure arme, c'est l'humour"

23/11/2011 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sylvestre Amoussou a réussi à rassembler un budget de 2 millions d'euros pour son dernier film. Sylvestre Amoussou a réussi à rassembler un budget de 2 millions d'euros pour son dernier film. © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Après Africa Paradis, le réalisateur béninois Sylvestre Amoussou propose une nouvelle parodie, "Un pas en avant, les dessous de la corruption". Dans la ligne de mire d’un film au casting remarquable : la corruption.

Le Béninois Sylvestre Amoussou, comédien devenu réalisateur, s’était fait remarquer en 2007 avec Africa Paradis, son premier long-métrage, qui imaginait une Afrique envahie par des immigrés européens chassés par une grave crise économique… Il récidive aujourd’hui avec Un pas en avant, les dessous de la corruption, un sujet fort sérieux abordé sous l’angle de la parodie.

Avec un budget convenable de 2 millions d’euros, il a pu réunir un beau casting – Firmine Richard, Sidiki Bakaba, Fatou N’Diaye – et tourner au Bénin dans de bonnes conditions. Le film, qui a ouvert le dernier Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) avant de sortir le 9 novembre en France, pèche sans doute par une approche un peu caricaturale du problème. Mais il a le mérite de l’affronter dans son ensemble.

 Il faut instaurer le fédéralisme sur l’ensemble du continent, Maghreb inclus.

Jeune Afrique : Pourquoi un spécialiste de la comédie s’est-il décidé à aborder un sujet aussi sérieux que la corruption ?

Sylvestre Amoussou : Tout simplement parce que l’humour est la meilleure arme pour parler des questions de société. Or quoi de plus grave que la corruption ? Elle mine le développement et touche tous les pays. Regardez les frégates de Taiwan ou ces affaires de valises qui agitent la France !

Vous considérez-vous comme un réalisateur engagé ?

Non, je ne suis pas un réalisateur engagé, le mot est galvaudé. Je suis un homme intéressé par ce qui se passe dans le monde, en particulier en Afrique. Et je crois qu’il faut sensibiliser les peuples aux sujets importants. La corruption est l’affaire de tous, du plus petit citoyen au plus haut dirigeant. Et elle est partout, car s’il y a des corrompus, c’est qu’il y a des corrupteurs.

Votre scénario est centré sur une affaire de détournement d’aide humanitaire. Est-ce un choix délibéré ?

Il n’est pas bon que le continent se développe grâce aux aides et à l’appui des ONG. On a vu des organismes de ce type impliqués dans des affaires de corruption et de trafic d’armes. Le mot « corruption » n’existe pas dans les dialectes africains. C’est l’Europe qui nous a appris cela ! Serait-ce pour maintenir son pouvoir en Afrique ? A-t-elle intérêt à développer des pratiques qui créent une certaine anarchie sur le continent, potentiellement riche, qui connaît la plus grande misère ?

Des raisons d’espérer ?

Le monde est en train de changer, les pays émergents peuvent devenir dominants face aux grandes puissances d’hier. On a pu dire que le scénario d’Africa Paradis était caricatural, alors qu’il décrit ce qui commence à se passer aujourd’hui du fait de la crise, avec ces Européens qui émigrent vers l’Afrique pour vivre mieux.

Mais quelle est la solution d’un développement sain ?

Il faut s’unir. Je suis à 100 % panafricaniste. Il faut instaurer le fédéralisme sur l’ensemble du continent, Maghreb inclus bien sûr.

Le cinéma peut-il sensibiliser les peuples alors que les salles ferment, au Bénin comme ailleurs ?

L’image, c’est le plus efficace. Et mon film sera vu. Il n’y a plus de salles, ou presque, mais il y a la télévision, les DVD… Et des initiatives encourageantes. Regardez au Tchad ou au Mali : on rouvre des salles. C’était même arrivé il y a quelques années au Bénin pour Africa Paradis.

Un pas en avant est financé en partie par le gouvernement béninois, n’est-ce pas étonnant ?

La participation du pouvoir est très faible. Il s’agissait de soutenir la culture, pas ce film précis, dont le contenu lui était inconnu. La très grande majorité des fonds est venue du privé et surtout d’Afrique, cas exceptionnel sur le continent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers