Extension Factory Builder

Afrique du Sud : la fulgurante ascension de Lindiwe Mazibuko

28/11/2011 à 19:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lindiwe Mazibuko, désormais numéro deux de son parti, l'Alliance Démocratique. Lindiwe Mazibuko, désormais numéro deux de son parti, l'Alliance Démocratique. © AFP

Élue le 27 octobre à la tête du groupe parlementaire d’opposition sud-africain, Lindiwe Mazibuko pourrait aider sa formation à séduire l’électorat noir, traditionnellement fidèle au parti présidentiel.

C’est une ascension fulgurante. « Météorique », même, si l’on en croit la presse sud-africaine. En 2009, encore inconnue du grand public, Lindiwe Mazibuko devenait députée de l’Alliance démocratique (DA) à Durban, la plus grande ville zouloue d’Afrique du Sud. Le 27 octobre, elle a pris la tête de son groupe parlementaire, devenant à 31 ans la numéro deux du plus grand parti d’opposition.

Le sortant, Athol Trollip, un ancien agriculteur blanc parlant couramment le xhosa, ne pouvait s’imaginer perdre son élection de mi-mandat il y a encore quelques mois. Défait mais pas rancunier, il décrit sa successeur comme « très compétente, sûre d’elle et très bonne oratrice ». « Maintenant, j’ajouterais qu’elle est ambitieuse », souffle-t-il.

Dans ce parti à l’électorat très majoritairement composé de minorités, cette élection est une révolution culturelle : le poste avait toujours été occupé par un Blanc. « Nous avons franchi le Rubicon », s’est félicitée la chef (blanche) de la DA, Helen Zille. Sa vivacité d’esprit, son sens de la formule et ses qualités de meneuse ont permis à Lindiwe Mazibuko, jusqu’à présent porte-parole du parti, de faire oublier son manque d’expérience. Mais son profil avait également l’avantage décisif de coller à la nouvelle stratégie de son camp : partir à la conquête de l’électorat noir (80 % de la population).

Noix de coco

Car depuis les dernières élections municipales, le parti a l’espoir de détrôner un jour l’African National Congress (ANC), qui règne sur le pays depuis 1994. En mai dernier, il a remporté 24,1 % des suffrages – le meilleur score de son histoire – en faisant le plein de voix chez les Blancs, les métis et les « Indiens », mais surtout en grignotant le vote noir, traditionnellement acquis à l’ANC et qui représenterait désormais le quart de son électorat.

Issue de la classe moyenne, diplômée et dotée d’un accent typiquement britannique qui lui vaut d’être traitée de « noix de coco » (noire à l’extérieur, blanche à l’intérieur) par certains ministres, Lindiwe Mazibuko incarne la synthèse entre représentativité et compétence. Helen Zille l’a bien compris : en interne, elle s’est prononcée sans ambiguïté pour sa protégée. Dans une formation opposée à la discrimination positive telle que mise en œuvre par l’ANC, cela n’a pas manqué de provoquer des remous. Le député Masizole Mnqasela a comparé la candidature de Mazibuko à une « décoration de vitrine ». « Du fait de l’histoire de ce pays, les questions raciales vont jouer un rôle important pour plusieurs années encore », déplore Athol Trollip avec plus de retenue.

Espoirs d’alternance

Le président Jacob Zuma, adversaire politique de Lindiwe Mazibuko mais Zoulou comme elle, a salué une élection « de bon augure » pour la démocratie et l’émancipation des femmes. Il pourrait perdre son sourire si elle atteignait ses objectifs. Lors des prochaines élections générales, en 2014, la DA compte encore améliorer son score, notamment grâce à l’arrivée de la première génération d’électeurs born free (nés après la fin de l’apartheid). Mais c’est pour celles de 2019 que le parti nourrit de véritables espoirs d’alternance. Si elle ne trébuche pas en route, Lindiwe Mazibuko aura alors 39 ans et une solide expérience derrière elle. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui on[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

État islamique : combien de vierges pour une ado sud-africaine ?

Comme Boko Haram, l’État islamique est friand de jeunes Africaines. Mais contrairement à l’organisation terroriste basée au Nigeria, Daesh essaie d'en attirer des consentantes. Une Sud-Africaine[...]

L'Afrique du Sud teste une nouvelle molécule contre la tuberculose multirésistante

Depuis 2013, quelques 217 Sud-Africains, sur 500 patients-test dans le monde, ont été mis sous traitement à la bedaquiline contre la tuberculose multirésistante. Près de 3000 personnes[...]

Afrique du Sud : faut-il détruire les statues de l'apartheid ?

Les actes de vandalisme contre des statues d'anciens dirigeants blancs se multiplient en Afrique du Sud. Un phénomène qui vise le passé colonial et raciste du pays, mais qui remet aussi en question[...]

Afrique du Sud : les propos xénophobes du fils de Jacob Zuma font scandale

Après les propos racistes du roi zoulou Goodwill Zwelithini, c'est au tour du fils du président sud-africain, Edward Zuma, de demander aux étrangers de plier bagages. Des déclarations qui suscitent la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers