Extension Factory Builder

Afrique du Sud : la fulgurante ascension de Lindiwe Mazibuko

28/11/2011 à 19:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lindiwe Mazibuko, désormais numéro deux de son parti, l'Alliance Démocratique. Lindiwe Mazibuko, désormais numéro deux de son parti, l'Alliance Démocratique. © AFP

Élue le 27 octobre à la tête du groupe parlementaire d’opposition sud-africain, Lindiwe Mazibuko pourrait aider sa formation à séduire l’électorat noir, traditionnellement fidèle au parti présidentiel.

C’est une ascension fulgurante. « Météorique », même, si l’on en croit la presse sud-africaine. En 2009, encore inconnue du grand public, Lindiwe Mazibuko devenait députée de l’Alliance démocratique (DA) à Durban, la plus grande ville zouloue d’Afrique du Sud. Le 27 octobre, elle a pris la tête de son groupe parlementaire, devenant à 31 ans la numéro deux du plus grand parti d’opposition.

Le sortant, Athol Trollip, un ancien agriculteur blanc parlant couramment le xhosa, ne pouvait s’imaginer perdre son élection de mi-mandat il y a encore quelques mois. Défait mais pas rancunier, il décrit sa successeur comme « très compétente, sûre d’elle et très bonne oratrice ». « Maintenant, j’ajouterais qu’elle est ambitieuse », souffle-t-il.

Dans ce parti à l’électorat très majoritairement composé de minorités, cette élection est une révolution culturelle : le poste avait toujours été occupé par un Blanc. « Nous avons franchi le Rubicon », s’est félicitée la chef (blanche) de la DA, Helen Zille. Sa vivacité d’esprit, son sens de la formule et ses qualités de meneuse ont permis à Lindiwe Mazibuko, jusqu’à présent porte-parole du parti, de faire oublier son manque d’expérience. Mais son profil avait également l’avantage décisif de coller à la nouvelle stratégie de son camp : partir à la conquête de l’électorat noir (80 % de la population).

Noix de coco

Car depuis les dernières élections municipales, le parti a l’espoir de détrôner un jour l’African National Congress (ANC), qui règne sur le pays depuis 1994. En mai dernier, il a remporté 24,1 % des suffrages – le meilleur score de son histoire – en faisant le plein de voix chez les Blancs, les métis et les « Indiens », mais surtout en grignotant le vote noir, traditionnellement acquis à l’ANC et qui représenterait désormais le quart de son électorat.

Issue de la classe moyenne, diplômée et dotée d’un accent typiquement britannique qui lui vaut d’être traitée de « noix de coco » (noire à l’extérieur, blanche à l’intérieur) par certains ministres, Lindiwe Mazibuko incarne la synthèse entre représentativité et compétence. Helen Zille l’a bien compris : en interne, elle s’est prononcée sans ambiguïté pour sa protégée. Dans une formation opposée à la discrimination positive telle que mise en œuvre par l’ANC, cela n’a pas manqué de provoquer des remous. Le député Masizole Mnqasela a comparé la candidature de Mazibuko à une « décoration de vitrine ». « Du fait de l’histoire de ce pays, les questions raciales vont jouer un rôle important pour plusieurs années encore », déplore Athol Trollip avec plus de retenue.

Espoirs d’alternance

Le président Jacob Zuma, adversaire politique de Lindiwe Mazibuko mais Zoulou comme elle, a salué une élection « de bon augure » pour la démocratie et l’émancipation des femmes. Il pourrait perdre son sourire si elle atteignait ses objectifs. Lors des prochaines élections générales, en 2014, la DA compte encore améliorer son score, notamment grâce à l’arrivée de la première génération d’électeurs born free (nés après la fin de l’apartheid). Mais c’est pour celles de 2019 que le parti nourrit de véritables espoirs d’alternance. Si elle ne trébuche pas en route, Lindiwe Mazibuko aura alors 39 ans et une solide expérience derrière elle. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été confirm&ea[...]

Lesotho : élections législatives anticipées sous haute tension

Les habitants du Lesotho sont appelés aux urnes samedi pour des législatives anticipées censées rebattre les cartes après une tentative de coup d'État militaire en août 2014.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Afrique du Sud : au moins sept "non-Blancs" dans la sélection du Mondial de rugby

La fédération sud-africaine de rugby a annoncé un plan de transformation stratégique. Objectif : intégrer davantage les Noirs dans les équipes du sport national. Lors du Mondial 2015, les[...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

André Brink, conscience éclairée

De Cherchell (Algérie) à Vrede (Afrique du Sud), les lettres du continent sont en deuil. À quelques heures d'intervalle, en ce début février, deux des plus grands auteurs africains sont[...]

Grande-Bretagne : plus de 5 000 plaintes contre une publicité mettant en scène Oscar Pistorius

L'agence britannique de régulation de la publicité (ASA) a annonce vendredi avoir reçu 5 525 plaintes pour une affiche publicitaire mettant en scène l’athlète sud-africain Oscar Pistorus[...]

Jacob Zuma aux Blancs sud-africains : "Je n'ai jamais été raciste"

"L'Afrique du Sud appartient à tous ceux qui y habitent, Noirs comme Blancs", a lancé jeudi devant le Parlement le président Jacob Zuma.[...]

RDC : la justice sud-africaine relaxe Étienne Kabila

Arrêté depuis février 2013 pour une supposée tentative de renversement du pouvoir en place à Kinshasa, Étienne Kabila, qui se présente comme le fils aîné de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces