Extension Factory Builder

Niger : le Premier ministre Brigi Rafini, en toute discrétion

07/11/2011 à 08:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le discret Brigi Rafini, le 7 avril 2011 à Niamey. Le discret Brigi Rafini, le 7 avril 2011 à Niamey. © AFP

Nommé en avril à la tête du gouvernement, Brigi Rafini ne faisait pas partie des proches du président Issoufou. Touareg, peu connu du grand public, il se revendique comme technocrate civil. Rencontre.

Kadhafi, il l’avait rencontré à deux reprises. La dernière fois, se souvient Brigi Rafini, c’était en 2008, alors que le « Guide » libyen venait de se faire couronner « roi des rois d’Afrique ». De cette époque, le Premier ministre nigérien ne parle qu’à contrecœur. Il ne tient pas à s’étendre sur le malaise éprouvé alors et préfère raconter cette autre rencontre, fin 2007, à Tripoli. Rafini avait fait le voyage en tant que député-maire d’Iferouane (Nord). Kadhafi, lui, jouait les médiateurs entre le président Tandja et les rebelles touaregs nigériens. « Kadhafi, conclut Rafini, [était] un homme aux multiples visages. »

Depuis, Mahamadou Issoufou est arrivé à la tête de l’État et il a fait de Rafini son Premier ministre. C’était le 7 avril dernier. Les journaux ont eu tôt fait de présenter cet homme discret, ancien président du Conseil national de développement, comme le premier Touareg jamais nommé à la tête du gouvernement nigérien. Mais lui rappelle que Hamid Algabid l’y avait précédé sous Kountché, de 1983 à 1988. On insiste. Tout de même, sa nomination n’est-elle pas symbolique ? « Moi, un symbole ? Vraiment, je ne sais pas… » Pour quelle autre raison cet homme peu connu du grand public aurait-il été nommé à ce poste ? « Ce n’est pas à moi de répondre. »

Rafini est ainsi. Prudent, précis, méticuleux même lorsqu’il retrace sa longue carrière au sein de l’administration nigérienne. Rien pourtant ne prédestinait ce gamin d’Iferouane, « né vers 1953, un 1er janvier, si l’on en croit l’état civil », envoyé à l’école par le chef du village contre la volonté de ses parents, à occuper un jour l’une des plus hautes fonctions de l’État.

À dos de chameau

Il en a fait du chemin, mais il se souvient encore des sept jours de voyage à dos de chameau pour rejoindre le collège d’Agadez, à 350 km de là. De son tout premier stage au Commis­sariat français à l’énergie atomique, dans la région d’Arlit, de son passage à l’École nationale d’administration (ENA) de Niamey et de ces années passées à parfaire sa formation en Belgique puis en France. En 1987, il est sous-préfet de Keita quand, au beau milieu des dunes dont il est venu surveiller l’avancée, un émissaire du préfet de Tahoua (qui n’est autre que… Mamadou Tandja) l’informe que Kountché vient de le nommer secrétaire d’État à l’Intérieur. « Je n’avais pas été consulté, mais je ne pouvais pas refuser. C’était comme ça. »

Ainsi commence sa carrière en politique. Suivront d’autres ministères (« Moi-même parfois je m’y perds »), d’autres régimes autoritaires (« Kountché, Maïnassara… À chaque fois, j’ai servi mon pays, pas un individu ») et d’autres partis politiques. Le Rassemblement pour la démocratie et le progrès (RDP) d’Ibrahim Baré Maïnassara d’abord, puis, quand le RDP décide de soutenir Mamadou Tandja, qui veut se maintenir au pouvoir, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) d’Issoufou. En 2009, il condamne publiquement le tazartché (« continuité », en haoussa). « Je savais que Tandja en était capable, mais je ne pensais pas qu’il oserait. » Depuis, il a rendu visite à l’ancien président, libéré en mai, « par respect pour son âge et son deuil [Tandja a perdu sa mère lorsqu’il était en prison, NDLR]. Il n’a pas exprimé de regret pour ce qu’il a fait, mais je pense qu’il prend tout ça avec philosophie ».

Aujourd’hui, Rafini « sert » Issoufou. Les deux hommes s’étaient côtoyés sur les bancs de l’Assemblée nationale puis dans l’opposition mais se connaissaient finalement assez peu. Brigi Rafini n’appartient pas au premier cercle, mais, comme son président, il a peu de goût pour la chose militaire. « Je suis, répète-t-il, un technocrate civil, pas un homme du maquis. D’ailleurs, je n’aime pas le maquis. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
pmabeche - 07/11/2011 à 08h:11

si c'est vrai, c'est le début de la naissance du Niger.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Niger

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Niger : les dirigeants d'ONG interpellés avant la venue de Hollande ont été libérés

Les dix dirigeants d'un collectif d'ONG interpellés vendredi matin à Niamey avant l'arrivée au Niger du président français François Hollande, qui a depuis lors quitté le pays, ont[...]

Niger : des figures de la société civile arrêtées en marge de la visite de François Hollande

Des manifestants et des figures de la société civiles, dont Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, ont été arrêtés à l'occasion de la visite de François Hollande au Niger,[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

France - Niger : petits cadeaux entre amis

Dans le cadre de sa minitournée africaine, François Hollande se rend au Niger vendredi. Et il ne vient pas les mains vides.[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Niger : Mamadou Tandja, un ancien président un peu trop bavard ?

Sans doute Mamadou Tandja aurait-il mieux fait de se taire. Le 28 juin, la justice a levé son immunité pour l'entendre sur les accusations de vol qu'il a portées contre ses successeurs.[...]

Du Sénégal à la Tunisie, ramadan et grande bouffe !

De l'assiette à la télévision, impossible d'échapper au ramadan, qui impose son rythme à l'ensemble de la communauté musulmane. Paradoxalement, au Sénégal, la[...]

France : une mini tournée africaine pour François Hollande en juillet

Le mois de juillet sera africain pour le président français, François Hollande. Attendu en Côte d'Ivoire, il pourrait faire un saut au Niger avant de partir pour les Comores et Mayotte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers