Extension Factory Builder
07/11/2011 à 12:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Voici donc Paul Biya réélu. Hors de question ici de remettre en cause sa victoire : compte tenu des divisions congénitales de l’opposition, des erreurs tactiques de ses chefs et de la disproportion des moyens mis en œuvre, la répétition du scénario de 1992 qui vit Biya l’emporter de justesse et dans des conditions controversées face à John Fru Ndi était tout simplement impensable. Ce qui pose problème, au vu des résultats rendus publics par la commission électorale, n’est donc pas le classement de cette élection à tour unique, ni même les pourcentages obtenus par les différents candidats, mais bien le taux de participation. Il s’agissait là du seul véritable enjeu de ce scrutin joué d’avance et le test non pas de la validité des résultats, mais de la légitimité populaire dont allait bénéficier le vainqueur sorti des urnes. Or, disons-le sans ambages : les 65,8 % de participation officiellement annoncés ne sont pas crédibles et même tout à fait incongrus pour une consultation aussi peu mobilisatrice et compétitive, aussi dénuée de suspense que celle-là.

Tous les observateurs, y compris les mieux disposés à l’égard du pouvoir, l’ont constaté : si l’élection du 9 octobre s’est déroulée dans des conditions acceptables d’ordre public et de respect des règles formelles de la démocratie, on ne s’est guère pressé dans les bureaux de vote de la République. Au point que l’ONG Transparency International, qui avait dépêché des centaines de scrutateurs sur le terrain, avance, elle, un chiffre de participation voisin de 30 %. À l’évidence, Elections Cameroon, dont les membres ont été nommés par le palais d’Etoudi, a de ce côté péché par excès de zèle et réflexe pavlovien : un chef dont la reconduction ne repose pas sur la majorité des électeurs – a fortiori de votants – est un chef mis en équation.

Victoire ambiguë donc, trop belle sans doute, mais élection tout de même. Si l’opposition a retrouvé pour en exiger l’invalidation une unité dont elle aurait été mieux inspirée de faire preuve avant le 9 octobre, la communauté internationale s’en accommode vaille que vaille. Critiques, Américains et (tardivement) Français ne demandent pas la reprise du scrutin, ce qui réduit considérablement la portée de leur jugement. De la modification de la Constitution à sa propre réélection, Paul Biya a donc réussi son pari, en l’espace de trois ans et sans susciter de troubles internes : belle performance pour cet animal politique hors pair.

Restent le Cameroun et les Camerounais. Pour eux, le septennat qui s’ouvre et qui s’achèvera en 2018 (Biya aura alors 85 ans) s’apparente à la fois à un éternel recommencement et à un saut dans l’inconnu. Paul Biya ira-t-il jusqu’au bout de son mandat et, dans le cas contraire, quel dauphin ce président qui en a épuisé tant, et n’en a au fond jamais toléré, sortira-t-il de sa manche ? Que se passerait-il si demain l’homme qui les dirige depuis près de trois décennies venait à disparaître ? Ces questions hier taboues, tous les Camerounais se les posent désormais légitimement. L’intéressé, lui, est muet sur ce point, au risque d’alimenter les angoisses et les fantasmes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
PJD : un Front national marocain

Forum-Tribunes Article précédent :
Rwanda : "L'homme qui dit que Kagamé lui a dit..."

Réagir à cet article

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers