Extension Factory Builder

Arabie Saoudite : Nayef Ibn Abdelaziz, un prince pas très charmant

02/11/2011 à 15:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nayef Ibn Abdelaziz, un Monsieur sécurité hostile au Printemps arabe. Nayef Ibn Abdelaziz, un Monsieur sécurité hostile au Printemps arabe. © Fahad Shadeed/Reuters

Ultraconservateur et partisan de la manière forte, Nayef Ibn Abdelaziz, le ministre saoudien de l’Intérieur est désormais l’héritier du trône.

Si Abdelaziz Ibn Saoud, fondateur du royaume saoudien, avait choisi son fils aîné pour lui succéder, c’est la règle dynastique prévoyant la transmission du pouvoir aux frères du souverain disparu par rang d’âge qui a prévalu par la suite. Cinquième fils d’Ibn Saoud à régner, Abdallah Ibn Abdelaziz, 88 ans, vient de se faire opérer une troisième fois du dos, et le décès, le 22 octobre, de son demi-frère et héritier, Sultan, 83 ans, des suites d’un cancer a fait de son autre demi-frère, Nayef, 78 ans, atteint de diabète et d’ostéoporose, son successeur à la tête du royaume. Le 27 octobre, le Conseil d’allégeance, institué en 2006 pour clarifier la procédure de désignation et l’ouvrir aux jeunes générations, a confirmé le choix déjà exprimé par le roi en 2009, lorsqu’il a nommé Nayef second vice-Premier ministre.

Issu du puissant clan des Soudayri (les fils de l’épouse favorite d’Ibn Saoud), Nayef occupe, depuis 1975, le poste clé de ministre de l’Intérieur. Face à la politique plutôt progressiste du roi Abdallah, Nayef, proche des religieux et hostile aux tentatives de modernisation menées par le souverain depuis son accession au trône en 2005, fait figure de conservateur, voire de réactionnaire. Affichant avec fierté son attachement aux traditions ancestrales et à la pureté religieuse du wahhabisme – doctrine rigoriste des Saoud depuis le XVIIIe siècle –, il ne dissimule pas son mépris pour les États arabes, selon lui occidentalisés, du Proche-Orient et du Maghreb. Il aurait ainsi été l’instigateur, en 2009, de l’interdiction du seul festival de cinéma du pays et, en avril 2011, d’une loi sur la presse punissant sévèrement les atteintes à la sécurité nationale et aux préceptes de l’islam.

La carotte et le bâton

Ayant d’abord ouvertement dénoncé un complot sioniste derrière les attentats du 11 septembre 2001, il s’était fortement discrédité aux yeux de Washington et aurait pu tomber en disgrâce s’il n’avait combattu avec succès le terrorisme qui a frappé l’Arabie saoudite entre 2003 et 2006. Parvenant, avec son fils Mohamed, vice-ministre de l’Intérieur, à bouter Al-Qaïda hors du royaume, il s’est retrouvé en position de force pour succéder à son demi-frère.

Responsable des forces de sécurité et de la police religieuse, Nayef voit d’un très mauvais œil le Printemps arabe, qui menace de faire fleurir la contestation dans le royaume, plus particulièrement dans la province orientale, où vit une forte communauté chiite discriminée. Quand le souverain Abdallah cherchait à prévenir la contestation en déversant 130 milliards de dollars (92 milliards d’euros) de primes et d’aides, Nayef, lui, déployait ses forces de sécurité à Riyad et dans les provinces séditieuses. Certains commentateurs voient d’ailleurs dans le couple formé par Abdallah le réformiste et Nayef le conservateur la complémentarité de la carotte et du bâton, indispensable à la survie du système saoudien.

Quand la révolution a commencé à poindre chez le voisin bahreïni, Nayef a appuyé l’envoi de milliers de soldats saoudiens, au nom du Conseil de coopération du Golfe (CCG), pour aider le roi contesté à réprimer le soulèvement. Son animosité à l’égard de l’Iran, dont il dénonce les agissements subversifs auprès des chiites des provinces orientales et de Bahreïn, le porterait à vouloir brûler tout le nid de vipères plutôt qu’à simplement « couper la tête du serpent », comme l’a suggéré le roi Abdallah à ses interlocuteurs américains en 2008. De quoi nourrir quelques craintes pour l’avenir d’une région qui pourrait être prise en tenaille entre une république islamique chiite dotée de l’arme nucléaire et un royaume wahhabite dirigé par le faucon Nayef Ibn Abdelaziz.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne[...]

Algérie bashing

En Occident, et en France en particulier, où la rengaine "quand on voit ce qu’on leur a laissé et ce qu’ils en ont fait" a la vie dure, l’Algérie génère, par[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces