Extension Factory Builder
31/10/2011 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Jours de grand convent à Brazzaville, en cette fin d’octobre. Les « frères de lumière» d’Afrique centrale sont réunis autour des présidents Sassou Nguesso et Bozizé pour une parenthèse enchantée dans ce monde de brutes. Mines graves de rigueur, cérémonies nocturnes jusqu’à l’aube, rituels secrets: nul n’est plus heureux qu’un maçon entre Congo, Ogooué et Oubangui, nouvelle terre d’élection de tout ce qui porte tablier, triangle et compas. Ironie interdite, cependant, sauf à passer à côté de l’essentiel.

La franc-maçonnerie en Afrique n’est en effet que la partie émergée, et somme toute rationnelle, dicible, d’un iceberg tabou d’occultisme et de pratiques traditionnelles dont la reconnaissance est indispensable pour qui veut comprendre les ressorts profonds de la politique africaine. Journalistes occidentaux, experts de la Banque mondiale, diplomates en poste, analystes, ONG, tous ou presque négligent, faute de détenir les clés nécessaires pour accéder à ce monde opaque, cette dimension fondamentale. Au risque évident de voir leurs articles, rapports ou télégrammes n’aborder que la réalité pelliculaire, politiquement correcte et compatible des choses.

Il est vrai que leurs interlocuteurs ne leur facilitent guère la compréhension. Pour tout chef d’État, ministre, haut fonctionnaire, prélat ou intellectuel africain, cela fait partie du jeu, qui a ses règles et son omerta,que de nier cette réalité-là. Qu’un Européen de passage ose la question et il obtiendra toujours la même réponse: «Les féticheurs, les marabouts, la sorcellerie, connais pas. Mon voisin peut-être. Mais moi, je ne mange pas de ce pain. » Et pourtant… Même si aucun d’entre eux, à l’époque de la bonne gouvernance, n’a le culot d’un Mobutu ou d’un Eyadéma, qui tâtait du spiritisme à visage quasi découvert, tous les responsables politiques et économiques, tous les chefs d’État d’Afrique du Centre, de l’Ouest et de l’Est, les plus jeunes comme les dinosaures, les plus occidentalisés comme les plus traditionnels, les civils profilés FMI comme les militaires issus des écoles d’enfants de troupe, ont leur part, souvent envahissante, d’occultisme.

Bien sûr, tous prétendront le contraire, mais si vous aviez accès à leur chambre, à leurs toilettes, à leurs valises, aux petits sacs que portent leurs aides de camp, vous y feriez bien des découvertes étranges. Combien de décisions, de nominations, de révocations, de déplacements annulés, de cérémonies ajournées, toutes choses que les observateurs étrangers s’acharnent à expliquer rationnellement, relèvent du simple conseil de ces manipulateurs inconnus et essentiels de la politique africaine, le plus souvent analphabètes mais incroyablement doués pour la suggestion, que sont les marabouts et féticheurs ! Et que de temps perdu par chacun à se « blinder », se défendre et se soigner contre le mauvais sort qu’il s’agit de retourner prestement à l’envoyeur, lequel a passé des nuits entières à le concocter pour mieux vous terrasser !

Alors qu’en période électorale le côté agressif de ces pratiques redouble d’intensité et de férocité, avec l’entrée en jeu des sorciers et des envoûteurs, des boeufs enterrés vivants et des albinos sacrifiés, la facilité serait de dire avec Axelle Kabou,dont c’est le titre d’un livre célèbre : « Et si l’Afrique refusait le développement ? » ou plutôt : cette Afrique-là est-elle anti développement ? Oui, car c’est autant de temps pris sur le progrès et de retardsur la mondialisation. Non, car la croyance en un monde parallèle transcende cultures, races et continents. François Mitterrand avait Elizabeth Teissier, et Jacques Chirac, le mage de Tozeur…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Le "malaise" islamiste


Editorial précédent :
RDC : nous n’irons pas 
à Kinshasa


Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Rap camerounais : 'Mboko God', de Jovi, album incontournable !

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

Burundi : la galaxie Nkurunziza, ces hommes qui ont fait échec au coup d'État

Alors qu'il séjournait à Dar es-Salaam, Pierre Nkurunziza a été "destitué", le 13 mai, par une frange de l'armée burundaise, avant de reprendre le contrôle de la situation[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Burkina : quel avenir pour le RSP ?

Au lendemain du coup de sang du régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre Isaac Zida, le Premier ministre de transition, le 4 février, Michel Kafando avait annoncé la[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Burundi : le patron d'un média privé convoqué par le parquet

La convocation du patron de Radio-Télé Renaissance vendredi au parquet de Bujumbura est liée au coup d'État manqué des 13 et 14 mai.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers