Extension Factory Builder
31/10/2011 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Jours de grand convent à Brazzaville, en cette fin d’octobre. Les « frères de lumière» d’Afrique centrale sont réunis autour des présidents Sassou Nguesso et Bozizé pour une parenthèse enchantée dans ce monde de brutes. Mines graves de rigueur, cérémonies nocturnes jusqu’à l’aube, rituels secrets: nul n’est plus heureux qu’un maçon entre Congo, Ogooué et Oubangui, nouvelle terre d’élection de tout ce qui porte tablier, triangle et compas. Ironie interdite, cependant, sauf à passer à côté de l’essentiel.

La franc-maçonnerie en Afrique n’est en effet que la partie émergée, et somme toute rationnelle, dicible, d’un iceberg tabou d’occultisme et de pratiques traditionnelles dont la reconnaissance est indispensable pour qui veut comprendre les ressorts profonds de la politique africaine. Journalistes occidentaux, experts de la Banque mondiale, diplomates en poste, analystes, ONG, tous ou presque négligent, faute de détenir les clés nécessaires pour accéder à ce monde opaque, cette dimension fondamentale. Au risque évident de voir leurs articles, rapports ou télégrammes n’aborder que la réalité pelliculaire, politiquement correcte et compatible des choses.

Il est vrai que leurs interlocuteurs ne leur facilitent guère la compréhension. Pour tout chef d’État, ministre, haut fonctionnaire, prélat ou intellectuel africain, cela fait partie du jeu, qui a ses règles et son omerta,que de nier cette réalité-là. Qu’un Européen de passage ose la question et il obtiendra toujours la même réponse: «Les féticheurs, les marabouts, la sorcellerie, connais pas. Mon voisin peut-être. Mais moi, je ne mange pas de ce pain. » Et pourtant… Même si aucun d’entre eux, à l’époque de la bonne gouvernance, n’a le culot d’un Mobutu ou d’un Eyadéma, qui tâtait du spiritisme à visage quasi découvert, tous les responsables politiques et économiques, tous les chefs d’État d’Afrique du Centre, de l’Ouest et de l’Est, les plus jeunes comme les dinosaures, les plus occidentalisés comme les plus traditionnels, les civils profilés FMI comme les militaires issus des écoles d’enfants de troupe, ont leur part, souvent envahissante, d’occultisme.

Bien sûr, tous prétendront le contraire, mais si vous aviez accès à leur chambre, à leurs toilettes, à leurs valises, aux petits sacs que portent leurs aides de camp, vous y feriez bien des découvertes étranges. Combien de décisions, de nominations, de révocations, de déplacements annulés, de cérémonies ajournées, toutes choses que les observateurs étrangers s’acharnent à expliquer rationnellement, relèvent du simple conseil de ces manipulateurs inconnus et essentiels de la politique africaine, le plus souvent analphabètes mais incroyablement doués pour la suggestion, que sont les marabouts et féticheurs ! Et que de temps perdu par chacun à se « blinder », se défendre et se soigner contre le mauvais sort qu’il s’agit de retourner prestement à l’envoyeur, lequel a passé des nuits entières à le concocter pour mieux vous terrasser !

Alors qu’en période électorale le côté agressif de ces pratiques redouble d’intensité et de férocité, avec l’entrée en jeu des sorciers et des envoûteurs, des boeufs enterrés vivants et des albinos sacrifiés, la facilité serait de dire avec Axelle Kabou,dont c’est le titre d’un livre célèbre : « Et si l’Afrique refusait le développement ? » ou plutôt : cette Afrique-là est-elle anti développement ? Oui, car c’est autant de temps pris sur le progrès et de retardsur la mondialisation. Non, car la croyance en un monde parallèle transcende cultures, races et continents. François Mitterrand avait Elizabeth Teissier, et Jacques Chirac, le mage de Tozeur…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Le "malaise" islamiste


Editorial précédent :
RDC : nous n’irons pas 
à Kinshasa


Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : 'Je crains pour ma vie'

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : "Je crains pour ma vie"

Les tensions politiques au Burkina Faso se traduisent par une insécurité de plus en plus grande pour les journalistes. Newton Ahmed Barry, le rédacteur en chef du bimensuel "L’Évenement"[...]

Gabon : Jean Ping et Ali Bongo Ondimba, duel de phrases assassines

À deux ans de l'élection présidentielle, la guerre des mots est déclarée entre le président gabonais Ali Bongo Ondimba et celui qui se voit déjà comme son principal[...]

Centrafrique : Mahamat Kamoun a formé son gouvernement

Quelques heures après le discours à la nation de la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, au cours duquel elle a confirmé Mahamat Kamoun au poste de Premier ministre,[...]

RDC : Jean-Claude Kifwa, le général "action, réaction" à Kisangani

Alors que Kisangani, dans le nord-est de la RDC, s’apprête à accueillir temporairement des ex-rebelles FDLR, le climat est tendu entre société civile et autorités militaires. Sur place, le[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Afrique du Sud : Joburg Art Fair, la création en toute liberté

La foire d'art contemporain de Johannesburg, la Joburg Art Fair, s'est ouverte jeudi pour trois journées d'expositions. L'occasion pour les artistes africains de révéler aux collectionneurs le potentiel de la[...]

Ebola : le Sénégal ferme sa frontière avec la Guinée, 13 décès suspects en RDC

Alors que commence la tournée du coordinateur de l'ONU contre le virus Ebola dans les pays les plus touchés par l'épidémie, le Sénégal a décidé jeudi de fermer ses[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare d'une troisième ville dans le Nord

Boko Haram s'est emparé jeudi d'une troisième ville dans le nord-est du Nigeria et poursuit pillages et exécutions sommaires. Selon des analystes, le stratégie du groupe jihadiste est désormais[...]

Gaza : ce que le Sud-Africain Desmond Tutu a dit à Israël

L'archevêque sud-africain Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix en 1984, appuie sa plume là où ça fait mal. Pourfendeur de la guerre à Gaza, il a signé une tribune dans le quotidien[...]

Ebola : le Tchad ferme sa frontière avec le Nigeria

Le gouvernement tchadien a annoncé jeudi la fermeture de sa frontière avec le Nigeria pour "pour nécessité impérieuse de santé publique". Cette décision concerne la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers