Extension Factory Builder
24/10/2011 à 10:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En Tunisie, Ennahda est donné grand vainqueur de la Constituante. En Tunisie, Ennahda est donné grand vainqueur de la Constituante. © Zohra Bensemra/Reuters

À Tunis, au Caire, à Tripoli, mais aussi à Paris, Bruxelles ou Washington, on ne parle que d’eux : les islamistes, grands vainqueurs annoncés des premières élections démocratiques, en cours ou à venir. Pour beaucoup, le péril vert est au bout du chemin des révoltes arabes. Les clichés, les amalgames et les procès d’intention se succèdent, dans un contexte propice à l’embrasement, où chaque écart de langage ou de comportement peut aboutir à d’inquiétants dérapages. Derniers avatars de cette crispation inédite en Tunisie, l’« affaire Persepolis » et les rodomontades de Rached Ghannouchi, président du parti Ennahdha, qui menace de « faire tomber dix gouvernements s’il le faut » en cas de manipulation des résultats du scrutin du 23 octobre…

On peut s’interroger indéfiniment sur la sincérité des mouvements islamistes qui disent avoir choisi la voie de la modération, douter de leur adaptation au progrès ou à la modernité, nourrir une certaine inquiétude et vouloir les affronter sur le terrain politique. On peut aussi remettre en question le bien-fondé de leurs promesses de campagne et jeter un regard critique sur leur programme. Comme on le ferait avec n’importe quelle formation politique. Mais tout ce qui consiste, selon les théories développées par les « éradicateurs » de tout bord, à leur barrer la route par la force – quitte parfois à freiner volontairement la marche vers la démocratie au prétexte qu’elle pourrait leur profiter – serait une faute politique. Les ostraciser ne fait que les renforcer et revient, au fond, à considérer que les citoyens des pays arabes sont incapables de faire les bons choix et de lutter contre une dictature, qu’elle soit politique ou religieuse.

La laïcité, seul remède valable ? Chimère… En tout cas à court terme. La Tunisie, pays a priori le plus proche des modèles turc ou indonésien vantés pour leur capacité à concilier islam et démocratie, n’est pas un pays laïc ou en passe de le devenir, n’en déplaise à certains. La vérité, c’est que la Tunisie est plurielle : conservatrice mais aussi moderniste, religieuse mais aussi laïque. Elle a le regard tourné vers l’Europe comme vers le Moyen-Orient. Il y a deux Tunisie, pour simplifier au risque de caricaturer, mais personne pour faire la jonction entre ses deux visages. Écarter l’une ou l’autre de ces composantes serait suicidaire.

Que faire, alors ? Accepter la victoire des islamistes, si elle est régulière, lutter, défendre ses idées, s’organiser, nouer des alliances, travailler, dialoguer avec eux… Mais aussi, c’est une tâche complexe et de longue haleine, se pencher sérieusement sur le fond du problème. La lecture littérale du Coran est un argument commode pour tous ceux qui veulent préserver l’obscurantisme et les archaïsmes. L’ijtihad, l’effort d’interprétation moderne des textes religieux, tel que l’ont conduit des réformistes comme Méhémet Ali ou Jamal al-Din al-Afghani au cours de la Nahda (« renaissance »), en Égypte, au XIXe siècle, n’en est que plus impératif. Faute de quoi le monde arabe se heurtera toujours aux mêmes murs. Tolérants, démocrates et justes, consacrant l’égalité des sexes et la liberté religieuse, les islamistes feraient-ils alors toujours aussi peur ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
1 Israélien = 1027 Palestiniens

Editorial précédent :
Totems et tabous

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination de son équipe, samedi soir, en demi-finale de la Ligue des[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers