Extension Factory Builder

Myriam El Khomri, surveiller et prévenir

21/10/2011 à 14:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Myriam El Khomri est chargée de la sécurité à la mairie de Paris. Myriam El Khomri est chargée de la sécurité à la mairie de Paris. © Camille Millerand pour J.A.

Chargée de la sécurité à la mairie de Paris, la franco-marocaine Myriam El Khomri privilégie la prévention face à la répression.

C’était au Maroc, où Myriam El Khomri a vécu entre 1978 et 1988. Sa mère l’avait inscrite à des cours de danse. Pas trop son truc. Elle préféra vite se mettre au karaté avec son grand frère. Si l’on ajoute à cela qu’elle apprit très tôt à jouer aux échecs et se passionna plus tard pour le théâtre, la conclusion s’impose d’elle-même. Cette fille née de la rencontre entre un père marocain et une mère bretonne était faite pour la politique, ce savant mélange d’anticipation (les échecs), de violence (le karaté) et de séduction (le théâtre). Mais dans le cas de la jeune adjointe au maire de Paris chargée de la prévention et de la sécurité, il serait bien réducteur de poser sur l’action politique un regard si cynique. Myriam El Khomri ne passe pas ses vacances sur le yacht d’un grand manitou du CAC 40 et ne mange pas de pâtes aux truffes, du moins à notre connaissance. Pour être franc, elle semble plutôt appartenir à cette génération qui pourrait redonner ses lettres de noblesse à un métier usé par les mauvaises manies des aînés. Inutile de faire un dessin : Myriam El Khomri n’est pas de droite. Elle a étudié le droit public parce que le droit privé, c’est celui « des sous » ; elle a choisi la Sorbonne parce qu’Assas « c’était le GUD [Groupe Union Défense, une organisation d’extrême droite, NDLR] » ; elle a pris sa carte au Parti socialiste quand le Front national s’est retrouvé au second tour de la présidentielle, en 2002, et, question sécurité, elle dit : « Le discours de la droite est animé par un esprit de discorde. Cela lui évite de réfléchir aux problèmes. Le diagnostic, tout le monde l’a, et la réponse, ce n’est pas le couvre-feu. C’est l’éducation. Une société qui a peur de sa jeunesse va dans le mur. »

Née à Rabat, Myriam El Khomri a été façonnée par Tanger : la bienveillance des gens, la plage en sortant de l’école, le double salaire de la maman « prof expatriée », le soleil, les cousins, l’enfance « fabuleuse ». Mal à l’aise dans la petite ville de Thouars (Deux-Sèvres), où elle arrive à l’âge de 9 ans et demi, elle se révèle plus tard à Bordeaux, où, déléguée de classe, elle représente ses camarades au Conseil général des jeunes de Gironde. Bonne élève, elle passe son bac à l’âge de 17 ans et choisit la fac de droit, à Paris. « Ma mère m’a appris à ne compter que sur moi. » Elle sacrifie donc le théâtre, pour des études sérieuses et autofinancées. Téléprospectrice, baby-sitter, hôtesse d’accueil, vendeuse de maillots, travailleuse agricole, la boursière paie de sa poche jusqu’à son DESS d’administration du politique. Pour obtenir un stage, elle écrit à trois hommes politiques, dont Claude Bartolone, alors ministre délégué à la Ville. C’est ainsi qu’elle plonge tête la première dans un fief du jospinisme, le 18e arrondissement de Paris. Elle y sera embauchée, en 2001, après avoir suivi de près la campagne de Bertrand Delanoë. Elle devient chargée de mission pour les affaires scolaires, la prévention, la sécurité et la toxicomanie.

« Grenouiller, c’est pas mon truc », affirme-t-elle. Crédible. Surtout quand elle évoque son travail. « Tous les jours, on va recevoir quinze coups de fil. On est dans la réponse de proximité. Je suis tenace et je porte les revendications des gens : ensuite, il y a une vraie reconnaissance des élus et des habitants. » Celle des élus débouche sur une place de numéro deux, entre Daniel Vaillant et Bertrand Delanoë, aux élections de 2008. À la demande de ce dernier, elle devient son adjointe chargée de la protection de l’enfance et de la prévention spécialisée. « C’était beaucoup de poids sur mes épaules et une vraie exigence vis-à-vis des habitants », dit-elle. Elle s’implique pendant trois ans, jusqu’à ce que Delanoë lui demande de prendre en charge « la prévention et la sécurité ». Si elle n’ignore pas que son sexe, sa jeunesse et sa double culture jouent en sa faveur, elle répond avant même que l’on ose la question : « J’ai été nommée sur des sujets que je connais. En matière de diversité, l’UMP procède par nominations, nous préférons l’élection. » Derrière le sourire charmeur, les crocs. « Après dix années d’UMP, on va récupérer des services publics détruits. Ça va être très compliqué… », dit-elle. Pour elle, le pouvoir n’est pas une fin en soi. « J’ai vécu mon évolution comme une reconnaissance. Je ne suis pas dans l’idée d’une carrière politique. » Son frère, Karim : « Je la vois assez bien en ministre, mais à la télé, ça va être dur pour les autres. Elle n’aura pas peur de les moucher ! »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

L'Australie en guerre contre l'immigration clandestine

L'Australie en guerre contre l'immigration clandestine

L'Australie ne veut plus accueillir aucun migrant clandestin. Les malheureux interceptés dans l'océan Pacifique seront donc à l'avenir immédiatement transférés au... Cambodge ![...]

France : Nicolas Sarkozy dérape sur les origines de Rachida Dati

Alors qu'il s'apprête à être réélu à la présidence de l'UMP ce week-end, Nicolas Sarkozy n'a semble-t-il rien perdu de sa capacité à créer la polémique. [...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

Indice "Happy Planet" : souriez, vous êtes classés !

À l’"indice de développement humain" du Programme des Nations-unies (Pnud), la New Economics Foundation oppose l’"indice de la planète heureuse". L’Afrique est-elle[...]

Robert Johnson en BD : black, blanc, blues...

Une bande dessinée retraçant la vie du bluesman Robert Johnson, un manifeste d'époque sur l'affaire des Scottsboro Boys et un disque venu tout droit du Mississippi restituent l'atmosphère de[...]

François Fillon, ou la vengeance du "collaborateur"

On ne saura sans doute jamais si l'ancien Premier ministre a vraiment demandé au secrétaire général de l'Élysée de faire "taper" Nicolas Sarkozy par les magistrats. Mais[...]

Exclusif : libération d'un prêtre polonais enlevé en octobre dans l'ouest de la Centrafrique

Le père Mateusz Dziedzic, un prêtre polonais enlevé mi-octobre dans l'ouest de la Centrafrique, a été libéré mercredi.[...]

Espagne : scandales de corruption à tous les étages

Les affaires de corruption éclaboussent toute la classe politique, droite et gauche confondues. Elles expliquent en partie le succès foudroyant de Podemos, un nouveau parti d'extrême gauche.[...]

Affaire Michael Brown : pas de poursuites contre le policier, scènes de violence à Ferguson

Darren Wilson, le policier américain qui a abattu de six balles Michael Brown, un jeune Noir, à Ferguson début août, ne sera pas poursuivi, a annoncé lundi le procureur. Une décision qui[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers