Extension Factory Builder
28/10/2011 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Peut-on gouverner avec le Parti de la justice et du développement (PJD) ? La question se pose aujourd’hui à tous les démocrates marocains à six semaines d’élections législatives que les islamistes dits modérés du parti d’Abdelilah Benkirane se disent déterminés à remporter. Un peu comme si en France l’éventualité d’une cohabitation au pouvoir avec le Front national (FN) devenait une possibilité. D’un côté, le verdict des urnes, que le roi s’est engagé à respecter, de l’autre, la réalité d’une formation qui a fait beaucoup d’efforts de communication pour apparaître soluble dans la démocratie et compatible avec la monarchie, mais que l’on soupçonne en permanence de double jeu. Le parallèle avec le parti de Marine Le Pen est d’ailleurs tentant.

Comme le FN, le PJD est une force ascendante qui recrute sur le terreau de la désespérance sociale, des inégalités et du discrédit des partis politiques classiques en prenant grand soin de ne pas remettre en cause les principes établis. Mais, à l’instar du FN « new look » vis-à-vis de l’extrême droite, le PJD est loin d’avoir coupé avec sa matrice originelle : l’intégrisme radical.

À l'instar du FN "new look" vis à vis de l'extrême droite, le PJD est loin d'avoir rompu avec sa matrice : l'intégrisme radical.

Le PJD, on l’a un peu oublié, est le produit direct de l’OPA lancée il y a une quinzaine d’années sur une petite formation peu connue par une poignée d’islamistes militants issus pour beaucoup de la Jemaa Islamiya. Regroupés au sein du Mouvement pour l’unification et la réforme (MUR), ces derniers, parmi lesquels figuraient Benkirane mais aussi Mustapha Ramid et Saadeddine El Othmani, étaient en quête d’une adresse et d’une façade légales, dans la plus pure tradition entriste. Ils jetèrent leur dévolu sur le parti de l’ancien résistant Abdelkrim Khatib et le phagocytèrent avant de lui donner l’appellation de PJD. En moins de deux ans, le tour était joué et le « parti de la lampe » (son emblème) pouvait faire son entrée sur la scène avec le succès que l’on connaît, passant de 9 députés en 1997 à 46 aujourd’hui.

Le problème est que les liens consubstantiels entre le MUR et un PJD qui se veut la vitrine présentable et respectable de l’islamisme marocain n’ont jamais été rompus. Contrairement à l’AKP turc et même au mouvement tunisien Ennahdha, le PJD n’a pas fait son aggiornamento idéologique, faute d’un leadership de qualité suffisante pour impulser une telle rupture. Le MUR, dont les divergences avec Al Adl wal Ihsane du cheikh Yassine sont essentiellement formelles et qui n’est pas sans passerelles avec les salafistes, continue de jouer le rôle de noyau dur au sein du PJD. C’est la main de fer sous un gant de velours. L’autre visage d’un parti qui, comme celui des Le Pen en France, n’est pas tout à fait comme les autres.

Si le PJD parvient à rassembler au sein du futur Parlement une majorité suffisante pour former un gouvernement, qu’adviendra-t-il des lois organiques d’application de la nouvelle Constitution ? La question se pose, d’autant que sur certains points cruciaux, qui touchent aux conduites sociales, à la parité hommes-femmes et à l’égalité des sexes, l’adhésion de ce parti ultraconservateur aux avancées réformatrices voulues par Mohammed VI apparaît fragile, réversible et pour tout dire tactique. Une chose est sûre : pour tous ceux qui pensent que l’avenir du Maroc est dans la modernité, ce serait là un scénario à hauts risques.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Les cavaliers de l'Apocalypse

Forum-Tribunes Article précédent :
Cameroun : Paul Biya, une victoire ambiguë

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex