Extension Factory Builder

Le monde de Jobs


10/10/2011 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La mort précoce fait beaucoup, souvent trop, pour la naissance d’un mythe. Combien de personnalités trop vite parties se sont vues parées de toutes les vertus sitôt leur glas sonné et leur destin brisé ? Combien d’hommages hypocrites et grandiloquents prononcés, de requiem surannés joués, d’épitaphes réductrices posées ? Les « stars », quel que soit leur art, deviennent de plus en plus facilement légendes. Qu’importe leur œuvre…

Steve Jobs, l’emblématique fondateur d’Apple, est mort le 5 octobre, à seulement 56 ans. La faute à un cancer rare contre lequel il luttait depuis 2004. Un décès qui a provoqué un véritable maelström de réactions parmi les grands de ce monde comme chez les anonymes, mais aussi de nombreuses scènes surréalistes quand les magasins de la marque à la pomme, ces fameux Apple Stores, se sont mués en chapelles ardentes dédiées à la disparition d’un véritable gourou, noyées sous les fleurs et les bougies. Sans parler d’internet, canal suprême d’expression d’une affliction sans borne de disciples qui ont perdu leur prophète. Les comparaisons les plus osées font florès : Moïse, Mandela (rassurez-vous, lui n’est pas mort !), John Lennon, Kennedy, Gutenberg, de Vinci ou Einstein…

Jobs était une icône déjà bien avant sa mort. Un businessman rare, pour ne pas dire unique. Pas un « simple » visionnaire ni même un fabuleux money maker, comme disent les Américains. Il ne créait pas seulement des objets technologiquement performants, il inventait des univers qu’il parvenait à imposer à tous, révolutionnait la vie quotidienne de millions de personnes, se débarrassait des dogmes, imaginait des produits qui engendraient eux-mêmes de nouveaux besoins (et donc de nouveaux produits…), a métamorphosé l’informatique mais aussi la communication, le transfert de données, la musique, le cinéma d’animation, le management, le marketing. Toujours avec plusieurs coups d’avance sur une concurrence éreintée par les courses poursuites qu’il lui a imposées. Mieux, ou pis selon les points de vue, il a toujours su conserver pour son empire l’image d’une entreprise jeune, moderne, ouverte, rebelle, alors qu’elle est rien de moins qu’une hydre ultracapitaliste à plusieurs têtes, hégémonique, opaque et verrouillée, transformant clients comme prestataires en captifs soumis d’un univers des plus clos. Chapeau l’artiste ! Steve Jobs était un véritable magicien des temps modernes. Un mythe, un vrai.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Indignés

Editorial précédent :
1 Israélien = 1027 Palestiniens

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces