Extension Factory Builder

Le monde de Jobs


10/10/2011 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La mort précoce fait beaucoup, souvent trop, pour la naissance d’un mythe. Combien de personnalités trop vite parties se sont vues parées de toutes les vertus sitôt leur glas sonné et leur destin brisé ? Combien d’hommages hypocrites et grandiloquents prononcés, de requiem surannés joués, d’épitaphes réductrices posées ? Les « stars », quel que soit leur art, deviennent de plus en plus facilement légendes. Qu’importe leur œuvre…

Steve Jobs, l’emblématique fondateur d’Apple, est mort le 5 octobre, à seulement 56 ans. La faute à un cancer rare contre lequel il luttait depuis 2004. Un décès qui a provoqué un véritable maelström de réactions parmi les grands de ce monde comme chez les anonymes, mais aussi de nombreuses scènes surréalistes quand les magasins de la marque à la pomme, ces fameux Apple Stores, se sont mués en chapelles ardentes dédiées à la disparition d’un véritable gourou, noyées sous les fleurs et les bougies. Sans parler d’internet, canal suprême d’expression d’une affliction sans borne de disciples qui ont perdu leur prophète. Les comparaisons les plus osées font florès : Moïse, Mandela (rassurez-vous, lui n’est pas mort !), John Lennon, Kennedy, Gutenberg, de Vinci ou Einstein…

Jobs était une icône déjà bien avant sa mort. Un businessman rare, pour ne pas dire unique. Pas un « simple » visionnaire ni même un fabuleux money maker, comme disent les Américains. Il ne créait pas seulement des objets technologiquement performants, il inventait des univers qu’il parvenait à imposer à tous, révolutionnait la vie quotidienne de millions de personnes, se débarrassait des dogmes, imaginait des produits qui engendraient eux-mêmes de nouveaux besoins (et donc de nouveaux produits…), a métamorphosé l’informatique mais aussi la communication, le transfert de données, la musique, le cinéma d’animation, le management, le marketing. Toujours avec plusieurs coups d’avance sur une concurrence éreintée par les courses poursuites qu’il lui a imposées. Mieux, ou pis selon les points de vue, il a toujours su conserver pour son empire l’image d’une entreprise jeune, moderne, ouverte, rebelle, alors qu’elle est rien de moins qu’une hydre ultracapitaliste à plusieurs têtes, hégémonique, opaque et verrouillée, transformant clients comme prestataires en captifs soumis d’un univers des plus clos. Chapeau l’artiste ! Steve Jobs était un véritable magicien des temps modernes. Un mythe, un vrai.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Indignés

Editorial précédent :
1 Israélien = 1027 Palestiniens

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Turquie : Erdogan et son ombre

Turquie : Erdogan et son ombre

Face à un président turc qui ne cesse d'accroître son pouvoir et d'étendre ses prérogatives, quel rôle pour Ahmet Davutoglu, son nouveau Premier ministre ?[...]

Niger : le Pentagone va ouvrir une deuxième base pour ses drones à Agadez

Après plusieurs mois de négociations, les autorités américaines et nigériennes ont trouvé un accord pour la création d'une base à Agadez d'où pourront désormais[...]

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex