Extension Factory Builder

Allô Sarko ? Ici Khokho !

27/09/2011 à 14:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les parents ont-ils le droit de donner n’importe quel prénom à leurs enfants ? Pour les Jean, Ilham ou Boris, OK, on ne va pas créer des problèmes là où il n’y en a pas. (Encore qu’il peut sembler bizarre que le président de l’Azerbaïdjan s’appelle Ilham, malgré sa moustache virile, alors que, pour les Arabes, « Ilham » évoque une jeune fille rougissante au minois avenant…) Mais on apprend que plusieurs bébés libyens ont récemment été prénommés « Sarkozy » par leurs parents éperdus de reconnaissance envers le président de la République française. On comprend le geste, on peut même en apprécier l’audace, mais un doute nous étreint : qu’adviendra-t-il de tous ces petits Sarkozy quand l’ex-Président ne sera plus qu’une silhouette sirotant un soda sur le yacht de Bolloré ? On imagine sans peine les brimades dans la cour de récré, surtout qu’il y a une façon de prononcer « Sarkozy » qui signifie en arabe « ils ont volé le zi ». Tout un programme, mais difficile à assumer quand on est un moutard de 6 ans entouré de « grands » ricaneurs…

De l’autre côté du monde, on apprend avec une émotion à peine feinte que des parents mexicains ont baptisé leur nouveau-né Yahoo. Malgré leur insistance, ils n’ont pu obtenir de l’officier de l’état civil qu’il ajoute le point d’exclamation qui fait partie intégrante de la raison sociale de la firme de Sunnyvale. Qu’à cela ne tienne, le petit Yahoo existe et brait (en mexicain) dans ses langes. Souhaitons-lui de rencontrer un jour Miss Google ou la señorita Facebook (prononcer « Fassébouque ») pour compléter le tableau. Mais pourquoi ce prénom zarbi, demandez-vous ? Eh bien, il se trouve que les parents s’étaient rencontrés par l’intermédiaire d’un site géré par Yahoo!. Heureusement qu’ils ne se sont pas rencontrés via Hot hot hot ou Guiliguiliguili…

Tout cela me rappelle qu’en 1979, dans la bonne ville marocaine d’El-Jadida, où j’habitais alors, des parents s’étaient présentés à l’état civil en clamant que leur bébé se prénommait Khomeiny, du nom d’un certain ayatollah dont on parlait à la radio. Après une période de flottement, les autorités avaient mis le holà à cette lubie en décrétant que ce nom n’était pas sur « la liste » – une liste d’autant plus contraignante que personne ne l’avait jamais vue. Et c’est ainsi qu’il n’y a jamais eu de petit Khokho gambadant sur la plage d’El-Jadida. Enfin, et pour compléter le tableau, rappelons l’histoire de Périf’ Nord, cette charmante enfant née par hasard (et dans l’urgence) au bord du boulevard périphérique du nord de Paris. L’administration refusa « Nord » au prétexte que les prénoms ne pouvaient contenir une indication géographique. Dont acte. Saluez Périf’ de ma part si vous la croisez un jour…

Revenons donc à notre question de départ. Les parents ont-ils le droit de donner n’importe quel prénom à leurs enfants ? Oui, mais à condition qu’il ne soit que provisoire et qu’à sa majorité chacun de nous choisisse celui qui sera le sien pour le reste de sa vie. Gageons qu’il restera peu de Sarkozy, de Khomeiny ou de Périf’ Nord dans la vie active… 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Congo : Ordre militaire

POST-Sriptum Article précédent :
Des copistes et des démarqueurs

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar (suite)

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce troisième billet de blog, Laurent[...]

Attaque du consulat américain de Benghazi : Ahmed Abou Khattala encourt la peine de mort

Un jury américain a prononcé mardi une nouvelle série d'inculpations à l'encontre d'Ahmed Abou Khattala, le cerveau présumé de l'attaque du consulat américain de Benghazi, en [...]

En Libye, à quoi joue le Soudan ?

À Tobrouk, les autorités libyennes regardent toujours Karthoum de travers...[...]

En Libye, Ban Ki-moon appelle à un cessez le feu et incite au dialogue

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi à la fin des hostilités en Libye, au cours d'une visite éclair destinée à donner un coup de pouce au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers