Extension Factory Builder

Pour un agenda mondial du cacao

07/10/2011 à 15:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Directeur exécutif de l’Organisation internationale du cacao (OIC)

Au cours des dernières décennies, l’économie cacaoyère mondiale a alterné déficits d’offre et excédents d’approvisionnement. Même si le secrétariat de l’Organisation internationale du cacao (OIC) prévoit un excédent de près de 190 000 tonnes, voire plus, pour cette année, la plupart des observateurs, en particulier dans l’industrie du chocolat, croient que nous sommes dans une période de déficit structurel de l’offre de cacao, qui pourrait durer des années.

Notre perspective est légèrement différente, et nous aimerions inciter à la prudence. En réalité, nous sommes très alarmés par le fait que, en réponse à des prix relativement élevés (autour de 3 000 dollars la tonne), l’industrie du chocolat dans les pays consommateurs ainsi que les gouvernements et les agriculteurs dans les pays producteurs aient tous entrepris de grands programmes pour accroître la production de cacao.

Rappelons que le prix des fèves ne représente qu’environ 10 % du coût total de la barre de chocolat. Par conséquent, même si les tarifs venaient à doubler dans les prochaines années et atteindre 6 000 dollars la tonne, nous croyons que cela aurait un impact limité sur la consommation finale. Une hausse des prix serait une bonne nouvelle pour les producteurs, et une nouvelle pas si dramatique que cela pour le consommateur en bout de chaîne.

Le Ghana a augmenté sa production d’environ 632 000 t l’année dernière, pour un chiffre projeté de 960 000 t cette année ; le pays a pour objectif 1,2 million de tonnes en 2012-2013. En Indonésie, l’objectif officiel est d’élever la production de 510 000 t à 1,3 million de tonnes en 2013-2014. La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial avec environ 1,3 million de tonnes, est déterminée à ne pas se laisser distancer ; nous attendons d’elle qu’elle essaie d’augmenter sa production, probablement à environ 1,5 million de tonnes, en visant 2 millions à moyen terme. D’autres acteurs tels que le Nigeria, le Cameroun, l’Équateur et la Papouasie-Nouvelle-Guinée renforcent leurs programmes.

En parallèle des initiatives publiques, les fabricants de chocolat du monde entier sont en compétition pour les fèves et parrainent des projets visant à augmenter la productivité des pays producteurs. Jusqu’ici, nous avons identifié environ 70 initiatives concernant le cacao (dont 45 en Afrique), mises en œuvre par environ 60 organismes publics et privés dans les pays producteurs. Et la liste n’est pas exhaustive. Ces initiatives ne sont pas coordonnées et aucune tentative n’est faite pour éviter leur possible impact négatif sur les prix du cacao dans un avenir proche.

En supposant que ces initiatives commencent à porter leurs fruits d’ici quelques années, on peut s’attendre à une production mondiale de 5 millions ou même 6 millions de tonnes. Si nous ne traitons pas, de l’autre côté, l’équation de la consommation, nous allons inévitablement faire face à un effondrement des prix, car le marché sera inondé de fèves. Or nous devons garder un œil vigilant sur le prix, du fait de son impact sur les revenus des cultivateurs de cacao et sur les recettes fiscales de leurs gouvernements.

Notre vrai problème dans les prochaines années n’est pas la menace sur l’approvisionnement en cacao, mais plutôt le manque de vision stratégique et de coordination entre l’offre et la demande, qui alimente la volatilité des prix et l’incertitude, menant à des pics suivis d’un effondrement. C’est ce que nous appelons, au secrétariat de l’OIC, le « boom and bust » (littéralement « prospérité et récession »). Et c’est ce que nous devons éviter à tout prix.

Pour y remédier, nous appelons à un sommet mondial du cacao, à la mi-2012, regroupant les principaux intervenants dans l’écosystème du cacao (gouvernements, industriels, bailleurs de fonds, organisations paysannes, société civile, etc.). Le sommet devrait adopter un programme pour une économie cacaoyère mondiale durable, soulignant les défis auxquels fait face le secteur et la meilleure stratégie pour les relever. Enfin, le sommet devrait se mettre d’accord sur un mécanisme visant à mobiliser les ressources nécessaires pour mettre en œuvre l’agenda mondial du cacao. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Un Marocain à Tripoli

Forum-Tribunes Article précédent :
Il n'est jamais trop tard pour apprendre

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers