Extension Factory Builder

France : Maty Diouf, l'autre visage de Nice

03/10/2011 à 12:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Derrière un sourire coquet, Maty Diouf cache une grande détermination. Derrière un sourire coquet, Maty Diouf cache une grande détermination. © Yohanna Lamoulère/Transit/Picturetank pour J.A.

Chargée de l’intégration à la mairie de Nice, cette Sénégalaise sarkozyste concentre les attaques de l’extrême droite, mais a su se faire accepter par une ville schizophrène.

Nice, la Côte d’Azur, la promenade des Anglais… Et cette réputation de cité guindée, conservatrice, limite xénophobe, qu’elle n’a pas forcément volée. Voilà pour la façade. Mais dans l’arrière-cour, il y a ces quartiers populaires où se côtoient 117 nationalités qui n’ont pas grand-chose en commun avec les vieux Nissards, et qui s’entassent, pour certains, à sept ou huit dans des deux-pièces. Maty Diouf ressemble à Nice – c’est frappant. Son arrière-cour à elle, c’est son passé. Loin de l’image qu’elle renvoie d’une femme bavarde et coquette à qui la vie a toujours souri, il recèle des épreuves qui l’ont fait vaciller. Avec elle, plus qu’avec d’autres, il faut se méfier des apparences…

« Quand je l’ai vue arriver dans le quartier, je me suis dit : “Ils nous ont encore refourgué la bourgeoise de service.” En général, elles aiment bien le social », raconte, ironique, un éducateur qui arpente les quartiers difficiles de Nice. C’était il y a trois ans. Maty Diouf venait d’être élue sur la liste de Christian Estrosi, un sarkozyste de la première heure. Un événement en soi : elle restera la première conseillère municipale noire de la cité. Aujourd’hui, cet éducateur dit avoir revu son jugement. Parce qu’elle est subdéléguée à l’intégration et à la lutte contre les discriminations, il la côtoie régulièrement et reconnaît qu’« elle n’est pas celle que l’on croit ». Certes, elle peut se montrer maniérée, avec son sourire parfait, son tailleur BCBG et son châle bleu et violet – de ceux dont les femmes de bonne famille aiment se parer. Mais rien à voir avec l’archétype de la bourgeoise qui fait du social pendant que son mari fait des affaires. D’ailleurs, elle n’a pas de mari.

L’histoire de Maty Diouf, c’est d’abord un conte de fées franco-sénégalais. Après la mort d’un père qu’elle n’aura jamais connu, la petite Maty file en France avec sa mère, Thérèse Dias, issue d’une famille cap-verdienne pauvre et catholique. Direction Neuilly-sur-Seine, la ville de Nicolas Sarkozy et de Liliane Bettencourt. Quelques mois auparavant, Thérèse a fait la connaissance de Robert Dufaut, un riche Français de passage à Dakar qui en fera sa quatrième (et dernière) épouse.

L'intégration n'est pas si simple. Dans l’immeuble cossu qu’elles habitent, on prend sa mère pour la femme de ménage. Mais, à l’époque, Maty et Thérèse peuvent compter sur Robert. Ce beau-père, c’est l’homme de sa vie. C’est un flambeur qui parcourt l’Afrique et – il l’affirme lui-même – « collectionne les belles voitures et les belles femmes », si possible plus jeunes que lui. C’est aussi un pur gaulliste qui fait découvrir à sa femme et à sa belle-fille la France qu’il aime, les emmène vivre à Nice, inculque à Maty « les valeurs de la République » et va jusqu’à l’inscrire au Rassemblement pour la République (RPR). « Ton premier mari doit être ton travail », lui rabâche-t-il.

Mais Robert est plus vieux que Thérèse. Lorsque Maty a 23 ans, il meurt d’une crise cardiaque. « On s’est retrouvées sans le sou. J’ai dû arrêter mes études pour travailler. » Des drames, elle en vivra d’autres : la perte de son premier enfant, âgé alors de 14 mois ; la séparation d’avec le père de sa fille Yelena. « Ces difficultés m’ont rendue plus forte. Je ne suis pas de ceux qui se lamentent sur leur sort », dit-elle fièrement. Elle rêvait de devenir avocate pour défendre la cause des enfants, la vie l’a poussée à enchaîner des petits boulots, puis à se lancer dans l’import-export avec des membres de sa famille, au Sénégal. « J’ai toujours gardé le lien avec mon pays », ­explique-t-elle. « Quand j’ai perdu mon fils, j’ai passé du temps en Casamance. Ça m’a fait renaître. » 

Indirectement, ça lui a également ouvert les portes de la politique. « À mon retour, j’ai créé une association pour venir en aide aux mères célibataires du Sénégal. Lors d’une soirée caritative, j’ai rencontré le directeur de cabinet d’Estrosi. » C’est ainsi qu’elle se fait remarquer. Quelques mois plus tard, on lui propose d’intégrer la liste des municipales. Elle n’hésite pas. « Je suis de droite. Aucun doute à ce sujet… »

Ses détracteurs la qualifient de faire-valoir. Elle ne s’en émeut pas : elle-même s’est présentée ainsi lors de sa première rencontre avec Estrosi – « Il vous faut votre Rama Yade », lui a-t-elle glissé. Mais Maty Diouf se sent plus proche de Fadela Amara, une autre ex-ministre de Sarkozy venue de la banlieue. C’est qu’elle prend à cœur sa mission. « À Nice, il y a un vrai problème d’intégration. Tout est à faire », convient-elle. Dès le lendemain de son élection, elle parcourt les quartiers, s’adresse aux jeunes désœuvrés, propose au maire de commémorer l’abolition de l’esclavage et monte les « Journées du mieux vivre ensemble ».

Des initiatives qui lui ont valu bien des attaques. L’extrême droite niçoise en a fait sa tête de turc depuis qu’elle a déclaré être « une citoyenne du monde ». Elle assume : « Je sais d’où je viens. Je suis profondément sénégalaise et fondamentalement française – niçoise même », dit-elle dans son bureau, à deux pas de la promenade des Anglais, encadrée par les drapeaux français et européen. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

'Fessemania' : l'avant-garde de l'arrière-train africain

"Fessemania" : l'avant-garde de l'arrière-train africain

Les tenants de l’ordre esthétique mondial ont décidé que les grosses fesses étaient désormais à la mode. L’Afrique n’a pas attendu leur diktat…[...]

Ebola : le missionnaire rapatrié en Espagne est dans un "état grave"

Un missionnaire catholique espagnol contaminé par le virus Ebola en Sierra Leone a été rapatrié dans la nuit de dimanche à lundi à Madrid. Selon les services médicaux, il est[...]

L'État islamique appelle à tuer des civils français et américains

Le porte-parole de l'État islamique a appelé lundi ses partisans à riposter aux frappes lancées par la France et les États-Unis dans le nord de l'Irak en s'en prenant à leurs [...]

France : Nicolas Sarkozy estime qu'il n'a pas le choix et qu'il doit revenir en politique

Nicolas Sarkozy a plaidé dimanche avoir non seulement "envie" mais surtout ne pas avoir "le choix" : il doit revenir en politique face au PS et au FN et s'est livré à un véritable[...]

Angelina Jolie va diriger un film sur la lutte contre le trafic d'ivoire

Angelina Jolie va diriger une "épopée" sur le paléo-archéologue kényan Richard Leakey et sa lutte contre le trafic d'ivoire, a indiqué vendredi la maison de production[...]

France : Nicolas Sarkozy annonce son retour et brigue la présidence de l'UMP

Vendredi, l'ancien président français a annoncé son retour dans la vie politique, via un texte publié sur Facebook et Twitter. Dans la posture du sauveur, Nicolas Sarkozy indique son intention de [...]

Union européenne : une Lady Pesc chasse l'autre

C'est l'Italienne Federica Mogherini qui, à partir du 1er novembre, dirigera la politique étrangère et de sécurité commune en lieu et place de la Britannique Catherine Ashton.[...]

Argentine : des narcos à la Casa Rosada

Pourquoi des trafiquants de drogue appelaient-ils périodiquement au téléphone le siège de la présidence argentine ? La police a mis en évidence des complicités au plus au[...]

Quand un vent d'Afrique souffle sur la robe traditionnelle bavaroise

Deux créatrices d'origine camerounaise installées en Allemagne se taillent un beau succès en réinventant à partir de flamboyants tissus africains la robe traditionnelle bavaroise, la[...]

Les sons de la semaine #14 : Mashrou' Leila, Sabza, Akale Wube...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire avec Mshrou' Leila, Sabza et Akale Wube ![...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex