Extension Factory Builder

France : Maty Diouf, l'autre visage de Nice

03/10/2011 à 12:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Derrière un sourire coquet, Maty Diouf cache une grande détermination. Derrière un sourire coquet, Maty Diouf cache une grande détermination. © Yohanna Lamoulère/Transit/Picturetank pour J.A.

Chargée de l’intégration à la mairie de Nice, cette Sénégalaise sarkozyste concentre les attaques de l’extrême droite, mais a su se faire accepter par une ville schizophrène.

Nice, la Côte d’Azur, la promenade des Anglais… Et cette réputation de cité guindée, conservatrice, limite xénophobe, qu’elle n’a pas forcément volée. Voilà pour la façade. Mais dans l’arrière-cour, il y a ces quartiers populaires où se côtoient 117 nationalités qui n’ont pas grand-chose en commun avec les vieux Nissards, et qui s’entassent, pour certains, à sept ou huit dans des deux-pièces. Maty Diouf ressemble à Nice – c’est frappant. Son arrière-cour à elle, c’est son passé. Loin de l’image qu’elle renvoie d’une femme bavarde et coquette à qui la vie a toujours souri, il recèle des épreuves qui l’ont fait vaciller. Avec elle, plus qu’avec d’autres, il faut se méfier des apparences…

« Quand je l’ai vue arriver dans le quartier, je me suis dit : “Ils nous ont encore refourgué la bourgeoise de service.” En général, elles aiment bien le social », raconte, ironique, un éducateur qui arpente les quartiers difficiles de Nice. C’était il y a trois ans. Maty Diouf venait d’être élue sur la liste de Christian Estrosi, un sarkozyste de la première heure. Un événement en soi : elle restera la première conseillère municipale noire de la cité. Aujourd’hui, cet éducateur dit avoir revu son jugement. Parce qu’elle est subdéléguée à l’intégration et à la lutte contre les discriminations, il la côtoie régulièrement et reconnaît qu’« elle n’est pas celle que l’on croit ». Certes, elle peut se montrer maniérée, avec son sourire parfait, son tailleur BCBG et son châle bleu et violet – de ceux dont les femmes de bonne famille aiment se parer. Mais rien à voir avec l’archétype de la bourgeoise qui fait du social pendant que son mari fait des affaires. D’ailleurs, elle n’a pas de mari.

L’histoire de Maty Diouf, c’est d’abord un conte de fées franco-sénégalais. Après la mort d’un père qu’elle n’aura jamais connu, la petite Maty file en France avec sa mère, Thérèse Dias, issue d’une famille cap-verdienne pauvre et catholique. Direction Neuilly-sur-Seine, la ville de Nicolas Sarkozy et de Liliane Bettencourt. Quelques mois auparavant, Thérèse a fait la connaissance de Robert Dufaut, un riche Français de passage à Dakar qui en fera sa quatrième (et dernière) épouse.

L'intégration n'est pas si simple. Dans l’immeuble cossu qu’elles habitent, on prend sa mère pour la femme de ménage. Mais, à l’époque, Maty et Thérèse peuvent compter sur Robert. Ce beau-père, c’est l’homme de sa vie. C’est un flambeur qui parcourt l’Afrique et – il l’affirme lui-même – « collectionne les belles voitures et les belles femmes », si possible plus jeunes que lui. C’est aussi un pur gaulliste qui fait découvrir à sa femme et à sa belle-fille la France qu’il aime, les emmène vivre à Nice, inculque à Maty « les valeurs de la République » et va jusqu’à l’inscrire au Rassemblement pour la République (RPR). « Ton premier mari doit être ton travail », lui rabâche-t-il.

Mais Robert est plus vieux que Thérèse. Lorsque Maty a 23 ans, il meurt d’une crise cardiaque. « On s’est retrouvées sans le sou. J’ai dû arrêter mes études pour travailler. » Des drames, elle en vivra d’autres : la perte de son premier enfant, âgé alors de 14 mois ; la séparation d’avec le père de sa fille Yelena. « Ces difficultés m’ont rendue plus forte. Je ne suis pas de ceux qui se lamentent sur leur sort », dit-elle fièrement. Elle rêvait de devenir avocate pour défendre la cause des enfants, la vie l’a poussée à enchaîner des petits boulots, puis à se lancer dans l’import-export avec des membres de sa famille, au Sénégal. « J’ai toujours gardé le lien avec mon pays », ­explique-t-elle. « Quand j’ai perdu mon fils, j’ai passé du temps en Casamance. Ça m’a fait renaître. » 

Indirectement, ça lui a également ouvert les portes de la politique. « À mon retour, j’ai créé une association pour venir en aide aux mères célibataires du Sénégal. Lors d’une soirée caritative, j’ai rencontré le directeur de cabinet d’Estrosi. » C’est ainsi qu’elle se fait remarquer. Quelques mois plus tard, on lui propose d’intégrer la liste des municipales. Elle n’hésite pas. « Je suis de droite. Aucun doute à ce sujet… »

Ses détracteurs la qualifient de faire-valoir. Elle ne s’en émeut pas : elle-même s’est présentée ainsi lors de sa première rencontre avec Estrosi – « Il vous faut votre Rama Yade », lui a-t-elle glissé. Mais Maty Diouf se sent plus proche de Fadela Amara, une autre ex-ministre de Sarkozy venue de la banlieue. C’est qu’elle prend à cœur sa mission. « À Nice, il y a un vrai problème d’intégration. Tout est à faire », convient-elle. Dès le lendemain de son élection, elle parcourt les quartiers, s’adresse aux jeunes désœuvrés, propose au maire de commémorer l’abolition de l’esclavage et monte les « Journées du mieux vivre ensemble ».

Des initiatives qui lui ont valu bien des attaques. L’extrême droite niçoise en a fait sa tête de turc depuis qu’elle a déclaré être « une citoyenne du monde ». Elle assume : « Je sais d’où je viens. Je suis profondément sénégalaise et fondamentalement française – niçoise même », dit-elle dans son bureau, à deux pas de la promenade des Anglais, encadrée par les drapeaux français et européen. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Jean-Luc Parodi : 'Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !'

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

France : Sarkozy peut-il réussir son retour ?

Rien ni personne n'empêchera l'ancien chef de l'État français, Nicolas Sarkozy, de reprendre la présidence de l'UMP, en novembre. Simple hors-d'oeuvre. Primaire de la droite en 2016, puis[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

"Gotha noir de France" : Le gotha, noir sur blanc

Quel est le point commun entre le communicant Youssouf Ammin, l'architecte Mahmoud Keldi et l'ingénieure en génie atomique Sandra Métho ? Ils font tous trois leur entrée dans l'édition[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Les États-Unis reconnaissent avoir "sous-estimé" l'État islamique

La Syrie est "Ground Zero pour les jihadistes à travers le monde", a déclaré dimanche le président américain, Barack Obama. Une situation que les États-Unis reconnaissent avoir[...]

Marathon : record du monde historique pour le Kényan Dennis Kimetto à Berlin

Le Kenya a encore frappé dimanche à Berlin. En bouclant son marathon en 2 heures, 2 minutes et 57 secondes, Dennis Kimetto a amélioré le record du monde de la discipline de près de 30 secondes.[...]

Marina Silva : et si c'était elle, la future présidente du Brésil ?

Pour certains, elle est une "Obama brésilienne". Pour d'autres, une "Lula en jupon". À l'issue du scrutin du 5 octobre, Marina Silva, désormais en tête dans les sondages,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers