Extension Factory Builder

Des copistes et des démarqueurs

29/09/2011 à 15:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Des copistes et des démarqueurs "Doc, bidoc, tridoc". Voilà trois barbarismes. Vous y comprenez quelque chose ?

Non, et vous donnez votre langue au chat (ne me demandez pas lequel, je n’en sais rien). Et si je vous disais « docta » ? Docta comme docteur, donc. Un doc est détenteur d’un doctorat, un bidoc en a deux, un tridoc en possède trois. Eh oui ! Il y a des têtes bien faites qui s’emplissent de savoir. Mais pour en faire quoi ? Un ami a reçu un mail d’un de nos anciens collègues (dans une autre de mes vies). L’auteur, je m’en souviens, n’était pas ce qu’on appelle une lumière. Il avait plutôt l’esprit lourd. Puis il est parti par monts et par vaux pour, enfin, obtenir le grade suprême conféré par une université : docteur. Mais cela lui donne-t-il le droit de signer « docteur professeur Tartempion » quand il écrit à de vieux amis ? Frimeur, va !

Vous l’aurez sans doute remarqué, la mode actuelle, chez les francophones, est de transposer en français l’usage anglo-saxon du terme docteur. En français, lorsqu’on dit « docteur Tartempion », on pense spécialement au détenteur d’un doctorat en médecine. En revanche, on dit : « Machin, docteur en droit. » Au Bénin, on a poussé l’aberration très loin, jusqu’à dire, officiellement, le « docteur Boni Yayi », comme si le président béninois était docteur en médecine ! L’expression appropriée aurait été le « docteur en économie Boni Yayi, président de la République ». Mais c’est d’un ridicule !

« Quid du professeur ? » vous demandez-vous. À l’université ou dans une grande école, il s’agit du titulaire d’une chaire. Avant de devenir professeur, ultime étape d’une longue échelle, il a d’abord été assistant, maître-assistant, chargé de cours, maître de conférences. Il ne suffit donc pas d’être docteur pour être professeur. Et puis, un vrai docteur, un vrai professeur, quelle que soit sa spécialité, mène des recherches, publie des travaux et des livres, a une pensée originale. Il ne parade pas, il est.

À propos de docs, bidocs et tridocs toujours, les nouvelles qui m’arrivent de Kinshasa ne sont pas rassurantes. Des étudiants m’apprennent à quelle sauce ils sont mangés par leurs professeurs, tous docteurs en bidule, machin, truc. Ils sont condamnés chaque année à payer des syllabus, entendez des polycopiés, que leur vendent ces derniers. Chaque syllabus coûte entre 15 et 20 dollars (entre 11 et 15 euros), soit 200 dollars par année académique.

Les professeurs savent qui n’a pas payé. Malheur à lui : son échec est garanti. Et comme les amphithéâtres (là-bas, ils disent « auditoires ») sont surpeuplés, on peut compter jusqu’à sept cents étudiants par promotion, affirment les concernés. Je sors ma calculette : 700 polycopiés x 20 dollars = 14 000 dollars annuels. Voilà ce que touche un professeur par amphithéâtre, en plus de son salaire (2 000 dollars mensuels en moyenne). Et quel est le salaire moyen des Congolais ? Trente dollars par mois ! Ces docs, bidocs et tridocs, malgré leurs titres pompeux, ne se gênent pas pour vendre, au prix fort, des cours tirés de livres écrits par d’autres…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Allô Sarko ? Ici Khokho !

POST-Sriptum Article précédent :
Celles par qui les scandales arrivent

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant prodémocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout, avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces