Extension Factory Builder

Libye : Mustapha Abdeljalil, l'homme qui a fait tomber Kadhafi

27/09/2011 à 12:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saluant la foule, peu après son discours du 12 septembre à Tripoli. Saluant la foule, peu après son discours du 12 septembre à Tripoli. © Aude Osnowycz pour J.A.

Réputé pour son honnêteté et sa fermeté dans l’affirmation du droit, Mustapha Abdeljalil, président du Conseil national de transition (CNT) libyen, est l’une des rares personnalités nationales à bénéficier d’un large soutien de ses concitoyens pour mener le pays à bon port. Portrait.

L’homme ne paie pas de mine. Austère et humble, il s’exprime posément, a des manières policées et sourit rarement. Mustapha Abdeljalil n’a rien du superhéros. C’est pourtant lui qui a osé défier Mouammar Kadhafi et pris la tête de la rébellion contre sa dictature. Aujourd’hui, il est l’une des rares personnalités à bénéficier d’un soutien national pour mener le pays à bon port durant la période de transition.

Tout dans le parcours d’Abdeljalil le prédestinait à être « l’homme de la situation » dans la Libye post-Kadhafi. L’environnement d’abord. Depuis le début du siècle dernier, la Cyrénaïque est la région rebelle par excellence. C’est là que le héros national Omar el-Mokhtar a organisé, à partir de 1912, la résistance à l’occupant italien, plus précisément dans les forêts du Djebel Lakhdhar (la montagne verte), aux portes d’El-Beïda, avant d’être pendu par les fascistes en 1931, à Benghazi. Dans les années 1990, Kadhafi y a fait bombarder des groupes de jeunes rebelles sans que le monde extérieur n’en sache rien.

Quatrième ville du pays avec 310 000 habitants, El-Beïda a une longue et riche histoire remontant aux Grecs anciens, qui y ont laissé des traces. Les fascistes italiens ont installé leurs colonies de peuplement dans la région, la plus arrosée du pays. El-Beïda a aussi abrité le siège du commandement de l’Afrikakorps pendant la Seconde Guerre mondiale. Au XIXe siècle, la confrérie des Senoussiya s’y est installée, faisant de la ville un centre de rayonnement religieux et éducatif. La famille royale des Senoussi y élira domicile et envisagera même d’en faire la capitale de la Libye à la place de Tripoli, avant que Kadhafi ne renverse la monarchie, en 1969. Depuis, les populations de la Cyrénaïque sont marginalisées, d’où leur hostilité au régime central. On comprend mieux pourquoi l’arc Benghazi-El-Beïda-Derna-Tobrouk est devenu l’axe stratégique des rebelles de l’Est, et Abdeljalil leur porte-drapeau.

Fan de foot

C’est donc dans un cadre à la fois urbain et lettré que Mustapha Abdeljalil voit le jour, en 1952, au sein d’une famille pieuse et conservatrice. D’où son cal sur le front, signe de piété, et sa chéchia, coiffe traditionnelle libyenne, fréquents dans la région. Après une scolarité dans sa ville natale, Abdeljalil démarre ses études supérieures en 1970, à l’université de Gar Younès, à Benghazi, où il passe une année, avant de les poursuivre à l’université d’El-Beïda, où il obtient, en 1975, un diplôme de droit (charia) à la faculté de langue arabe et d’études islamiques avec la mention « excellent ».

Abdeljalil était, surprise, féru de football, qu’il a pratiqué très jeune dans le club de sa ville natale, dont il sera par la suite le président. Il n’abandonnera la pratique du seul hobby qu’on lui connaisse qu’à l’âge de 26 ans, lorsqu’il devient juge. Très populaire dans la région grâce au foot, Abdeljalil montre déjà des qualités de meneur d’hommes. Un jour, il demande et obtient qu’on rebaptise le club de El-Beïda (« la Blanche ») pour lui accoler la mention du Djebel Lakhdhar et en faire ainsi le club de toute la région. Il y a eu d’abord de fortes réticences, mais, finalement, tout le monde s’est rendu à son avis.

« Il avait une personnalité qui forçait le respect de tous ceux qui l’entouraient », raconte Fraj Bougacha, un écrivain qui l’a connu durant sa jeunesse. Ferme dans l’affirmation du droit, qu’il défendait d’une manière intransigeante, il passe très tôt pour un homme juste, honnête et pacifique. « Je n’ai donc pas été surpris qu’il devienne magistrat, poursuit Bougacha, et qu’il se soit taillé dès le départ la réputation du “juge avec lequel le droit ne se perd pas”. » La carrière d’Abdeljalil dans la magistrature se déroule à El-Beïda. Pendant trois mois, il est adjoint auprès du procureur de la ville, avant d’y être nommé juge en 1978, puis juge-conseiller. En 2002, il devient président de la cour d’appel. Quatre ans plus tard, il est président du tribunal. Déjà, dans le milieu des droits de l’homme de Tripoli, on parle de plus en plus de ce juge indépendant et exemplaire qui ose défier le « Guide » dans la justice qu’il rend.

Jugements mémorables

Le premier jugement que les vétérans du barreau libyen ont encore en mémoire et qui l’a rendu célèbre remonte à 1990. Fraj Salah Kabee a passé quinze ans dans les geôles de Kadhafi. Il est accusé d’appartenance à un parti politique dans un pays où les partis sont interdits. À sa sortie de prison, il porte plainte et demande réparation. L’affaire est jugée par Abdeljalil, qui « blanchit » Kabee et condamne l’État à lui verser une forte somme à titre de dédommagement.

Le deuxième jugement va encore plus loin et remonte à 1992. Kadhafi, pour mettre en pratique sa théorie du « peuple armé », fait distribuer des fusils aux citoyens, mais exige que l’on déduise le prix des fusils de leurs salaires. Fait sans précédent, Mohamed Saleh Ali, un citoyen d’El-Beïda, trouve cette déduction illégale et porte plainte, ce qui était une sorte de « suicide » à l’époque. Abdeljalil hérite du dossier et ordonne que l’administration rembourse le plaignant, et lui verse des dommages et intérêts équivalant à 50 % de la somme, avec exécution immédiate. C’est l’une des premières brèches ouvertes dans le mur de la peur.

Mais cela ne rend que plus mystérieuse la nomination d’Abdeljalil comme ministre de la Justice en janvier 2007.

Le jour où tout a basculé

Dans la nuit du 17 au 18 février, Mustapha Abdeljalil arrive à El-Beïda, à plus d’un millier de kilomètres de Tripoli, où l’ont dépêché le Premier ministre, El-Baghdadi Ali el-Mahmoudi, et Seif el-Islam pour qu’il calme les manifestants qui avaient participé à la journée nationale de la « colère », quitte à proposer de l’argent à leurs familles. Abdeljalil discute avec la population pendant trois jours. Les jeunes lui demandent de choisir son camp. Le 21 février, il annonce sa démission du gouvernement Kadhafi et son ralliement aux jeunes révolutionnaires. « Mouammar Kadhafi constitue un danger pour tous les jeunes de mon pays », déclare-t-il en protestant contre la répression armée. Il lance donc un appel à l’insurrection dans tous les coins du pays et invite les officiers de l’armée et de la police à se joindre aux contestataires. C’est le grand tournant de sa vie. Le juge conservateur s’est mué en révolutionnaire. Et le nom d’Abdeljalil cristallise soudain tous les espoirs.

Était-ce, comme on le murmure, à l’instigation de Seif el-Islam, chargé de redorer l’image de son père aux yeux des capitales occidentales ? Était-ce parce qu’Azzouz el-Talhi, originaire de la même tribu qu’Abdeljalil et ancien Premier ministre, aurait soufflé son nom à Kadhafi ? Peut-être les deux à la fois, mais la question était sur toutes les lèvres.

En tout cas, l’arrivée de ce nouveau ministre de la Justice, qui refuse chauffeur et garde du corps, va redonner espoir aux familles des victimes d’Abou Salim, cet établissement pénitentiaire de triste mémoire, à Tripoli, où quelque 1 200 prisonniers politiques ont trouvé la mort en 1996 après s’être mutinés pour protester contre les conditions inhumaines de détention. Pendant des années, les familles ont été réduites au silence et privées de la moindre information sur le sort de leurs proches. Elles se sont même vu refuser la restitution des corps des victimes. Elles finissent par réussir à demander la libération de ceux qui ont survécu ainsi que des dédommagements. Abdeljalil ouvre le dossier du massacre d’Abou Salim et permet à certaines de ces revendications de connaître un début de satisfaction.

Coup d’éclat

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. En 2009, Abdeljalil recense plus de cinq cents détenus dont la peine est arrivée à son terme et qui sont maintenus en prison. Mais le ministère de la Justice ne peut rien, les centres de détention d’Abou Salim et d’Air Zar, dans la capitale, étant sous le contrôle des services de sécurité. « Des jugements ont été prononcés par les tribunaux pour qu’on les libère, déclare alors publiquement le ministre, mais ils n’ont pas été exécutés par les services de sécurité qui contrôlent ces prisons. » Or, on ne peut intenter une action en justice contre les responsables de la sécurité parce qu’ils bénéficient d’une immunité et sont couverts par leurs chefs, donc par Kadhafi. « Tout ce que nous pouvons faire, c’est nous adresser au Premier ministre et au Congrès général du peuple [CGP, Parlement 100 % Kadhafiste, NDLR] », s’exclamait alors un Abdeljalil impuissant devant des enquêteurs des organisations humanitaires internationales.

L’occasion lui est fournie le 28 janvier 2010, lors de la session annuelle du CGP. Devant cinq cents délégués venus des quatre coins du pays, Abdeljalil présente sa démission. « Il y a des questions fondamentales sur lesquelles les congressistes auraient dû m’interroger, déclare-t-il. L’une d’elles est mon incapacité à faire exécuter des jugements émis par les tribunaux en faveur de trois cents détenus qui continuent de croupir en prison. Face à de telles difficultés et de tels obstacles, je ne suis pas en mesure de poursuivre ma mission en raison de mon incapacité à les surmonter. » Sauf qu’en Libye on n’a pas non plus le droit de démissionner du gouvernement de Kadhafi, qui est seul à décider de la date du départ de ses membres. « Ce n’était pas ma première démission comme ministre, c’était ma quatrième », révèle Abdeljalil devant un cercle d’amis.

Feuille de route

Il demeure donc un an de plus, jusqu’au 21 février 2011, quatre jours après le déclenchement des manifestations pacifiques à travers tout le pays.

Ce qui attend le CNT

1 Mise hors d’état de nuire de Kadhafi et de ce qui reste de ses brigades et milices

2 Préparation des premières élections démocratiques, prévues dans un délai de huit mois à partir de la date marquant le début de la transition

3 Elargissement du CNT, dont le nombre de membres, après avoir été porté à 40 au lendemain de la libération de Tripoli, passera à 80 pour représenter toutes les composantes du pays

4 Remaniement du gouvernement provisoire dirigé par Mahmoud Jibril, de manière à lui permettre de récupérer les fonds libyens gelés à l'étranger

5 Restructuration des forces armées et des services de police, avec intégration volontaire des membres des brigades et milices de Kadhafi

Les brigades et milices de Kadhafi tirent sur la foule, faisant des dizaines de morts. Mais les révolutions des pays voisins, la Tunisie et l’Égypte, ont déjà fait tache d’huile. Les jeunes adoptent ce père de huit enfants et le pressent d’être leur image publique à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Le 5 mars, soit en l’espace d’une semaine, un Conseil national de transition (CNT) est formé sous sa présidence, avec le souci d’assurer l’équilibre entre les différentes régions et tribus du pays. Abdeljalil se pose en rassembleur et en architecte de la rébellion. Il élabore une feuille de route pour la transition et gagne le soutien de la communauté internationale.

Lorsque Kadhafi menace de lancer des millions de ses partisans pour « épurer » la Libye des manifestants, qu’il appelle des « rats », et voyant que le combat est inégal, Abdeljalil n’hésite pas à appeler l’ONU et l’Otan en renfort. Réorganisés et mieux armés, les rebelles reprennent l’offensive. La route de Tripoli est ouverte, et avec elle celle de la sortie pour Kadhafi. Le 22 août, la capitale tombe. La transition démocratique peut commencer. Ce ne sera pas un chemin parsemé de roses, reconnaît Abdeljalil. Mais, pour lui, l’objectif est clair : « Ce sera le règne de l’État de droit. Tous ceux qui ont travaillé avec Kadhafi devront rendre des comptes. Je vais moi-même me soumettre, au même titre que tout autre responsable, au questionnement et à la loi pour les quatre années pendant lesquelles j’ai travaillé avec Kadhafi. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

1980-1983 : Libye-Tchad, de la seconde bataille de N'Djaména à celle de Faya Largeau

Ce billet est le deuxième d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye de Kadhafi et du Tchad de Hissène Habré. Laurent Touchard* fait ici le point sur les ann&eacut[...]

Libye : le gouvernement admet avoir perdu le contrôle de Tripoli

Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l’Est, a reconnu dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi ne plus contrôler les ministères et services de[...]

Libye : violents combats à Benghazi, l'aéroport touché

De violents entre les forces du général rebelle Khalifa Haftar et des miliciens islamistes ont fait samedi au moins dix morts à Benghazi, la grande ville de l'est de la Libye. L'aéroport a[...]

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Libye : démission du gouvernement provisoire

Le premier ministre libyen Abdallah al-Theni a présenté la démission de son gouvernement, en place depuis le mois de mars, au Parlement élu, selon un communiqué publié jeudi soir.[...]

Libye : François Hollande demande un "soutien exceptionnel" de l'ONU pour rétablir l'État

Le président français François Hollande a appelé jeudi à un soutien exceptionnel de l'ONU en Libye, pour rétablir l'État. Sous peine, selon lui, de voir le terrorisme se[...]

Libye : Washington accuse les Émirats arabes unis d'avoir mené des raids contre les islamistes

Washington a accusé lundi les Émirats arabes unis et l’Égypte d’avoir secrètement lancé des frappes aériennes contre des miliciens islamistes en Libye.[...]

Égypte : le Caire dément une quelconque implication militaire en Libye

L’Égypte a une nouvelle fois démenti toute implication directe dans les récents bombardements de positions de milices islamistes en Libye. Le pays répondait aux accusations formulées,[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex