Extension Factory Builder

Jean-Marie Bockel : "Les accusations de Bourgi sont le chant du cygne de la Françafrique"

30/09/2011 à 12:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Marie Bockel dans les locaux de Jeune Afrique, en juillet 2007. Jean-Marie Bockel dans les locaux de Jeune Afrique, en juillet 2007. © Mousse Abaca, pour J.A.

L’ancien secrétaire d’État à la Coopération avait appelé "au décès de la Françafrique", en janvier 2008. Deux mois plus tard, il était débarqué. Jeune Afrique l'a consulté pour avoir son sentiment sur les récentes déclarations de Robert Bourgi, qui affirme avoir fait transité des mallettes "pleines de billets" entre des présidents africains et des personnalités politiques françaises, dont Jacques Chirac.

Jeune Afrique : Les accusations de Robert Bourgi sont-elles crédibles ?

Jean-Marie Bockel : L’existence de financements occultes était un secret de polichinelle. Mais durant mon passage à la Coopération, je n’avais pas connaissance de qui recevait, combien et comment. Je n’étais pas dans ces « réseaux ». En revanche, des diplomaties parallèles sont de tout temps à l’œuvre avec un certain nombre d’intermédiaires. Certains sont efficaces, d’autres ont surtout un rôle alimentaire.

Revenons justement sur votre fameux discours de janvier 2008 sur le « décès de la Françafrique » ; vous aviez signé votre arrêt de mort…

Mon discours avait été revu et corrigé par mes amis de la cellule Afrique de l’Élysée, dirigée à l’époque par Bruno Joubert. Eux, comme moi, devaient savoir qu’il y avait des réseaux parallèles. Mais nous étions dans l’idée qu’ils reculeraient progressivement. J’ai manifestement sous-estimé leur importance, car, si j’avais continué à faire mon travail sans ce coup d’éclat, j’aurais duré plus longtemps. Ou alors, si j’avais été dans certains réseaux, j’aurais pu être alerté.

Car ces réseaux sont plus forts que la diplomatie officielle ?

La conjonction de mes déclarations – qui n’étaient qu’une reprise de la feuille de route de Cotonou [discours de Nicolas Sarkozy en mai 2006 promettant la rupture, NDLR] – avec l’affaire des « biens mal acquis » qui commençait à sortir dans la presse a pu donner le sentiment à certains dirigeants africains qu’il y avait un complot contre eux. Les réseaux ont alors supplanté la diplomatie officielle.

Mais on peut aussi estimer que mon histoire puis les accusations de Bourgi sont un peu le chant du cygne de la Françafrique. Les actions les plus brutales et les déclarations les plus fracassantes sont souvent la marque des réseaux en fin de vie.

"Bockel, c’est plus possible !" Bourgi a relayé ce message jusqu'à l'Élysée.

Quel a été le rôle de Bourgi dans votre éviction ?

J’ai fait la connaissance de Robert Bourgi après mon passage à la Coopération, grâce à des amis communs. Il est toujours intéressant que la victime puisse rencontrer son bourreau ! J’ai pu découvrir sa personnalité complexe et à bien des égards attachante. Il a été l’ultime messager auprès de Claude Guéant, je suppose. Plusieurs signaux avaient été envoyés : « Bockel, c’est plus possible ! » Il les a relayés. Durant sa longue carrière, il a bien illustré le rôle de ces intermédiaires. Avec un talent variable, ils peuvent se rendre utiles lorsque la diplomatie bloque, mais ils monnaient aussi leur prétendue influence.

Avec une dimension affairiste ?

Oui, les valises sont un avatar de la Françafrique.

Ne peut-on pas parler de duplicité à propos de Nicolas Sarkozy ? Entre le discours de Cotonou et la réalité des choses, c’est le grand écart…

J’en ai parlé récemment avec Nicolas Sarkozy. Notre désaccord porte sur la mise en œuvre de la feuille de route de Cotonou. J’ai voulu aller plus vite. Le président a, lui, invoqué la raison d’État : certains pays sont des amis de la France et ils contribuent à son influence, cela ne sert à rien de se fâcher avec des alliés. Avec le recul, à la Coopération, j’aurais eu la curiosité de rencontrer Robert Bourgi. J’aurais préparé le terrain avec quelques chefs d’État africains et retardé ma déclaration de quelques mois.

Car votre appel au décès de la Françafrique avait particulièrement irrité Omar Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso…

C’est ce que l’on m’a dit…

______________

Propos recueillis par Philippe Perdrix

L'affaire Bourgi vue d'Europe : "Shocking !"

Mallettes remplies de diamants ou djembés bourrés de billets de banque ? Voilà des choses dont on n’a jamais entendu parler à Londres, à Madrid ou à Lisbonne et qui suscitent beaucoup d’intérêt. « On attend tous la suite de cette affaire », commente Pinar Ersoy, journaliste turque. Mais, outre l’aspect croustillant de « l’affaire Bourgi », ce sont les rapports entre l’Afrique et la France qui rendent perplexe. « Aucun autre pays européen n’entretient le même genre de relations avec l’Afrique », analyse Alex Vines, chercheur à l’institut Chatham de Londres. « L’Angola est si important pour l’économie du Portugal, que ce pays n’hésite pas à faire du lobbying pour son ancienne colonie. Le Moyen-Orient est très présent dans les pays arabes… Mais la Françafrique, c’est unique », analyse-t-il. Et la presse anglo-saxonne, particulièrement pugnace, en a fait les gros titres. « S’il était prouvé qu’un Premier ministre anglais a touché de l’argent d’un dirigeant africain ou autre, ce serait une crise politique majeure », explique Alex Vines. Et un déshonneur dont il ne se remettrait pas. MGB

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Evo Morales, passe de trois

Evo Morales, passe de trois

Figure de la gauche anti-impérialisme, Evo Morales a été réélu pour un troisième mandat présidentiel. Pas mal, dans un pays qui a connu 160 coups d'État depuis son in[...]

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers