Extension Factory Builder

Kweku Adoboli : le Kerviel de la City ?

22/09/2011 à 16:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Adoboli était entré à UBS comme stagiaire en 2003 avant de devenir courtier en 2006. Adoboli était entré à UBS comme stagiaire en 2003 avant de devenir courtier en 2006. © D.R.

Fils d’un fonctionnaire ghanéen de l’ONU à la retraite, ce jeune trader aurait détourné 1,5 milliard d’euros au nez et à la barbe de son employeur, la banque suisse UBS.

À l’instar des cours des banques européennes, le monde de la finance poursuit sa longue et lente dégringolade. Cette fois, c’est un jeune trader d’origine ghanéenne, Kweku Adoboli, qui a porté la dernière estocade. Soupçonné d’avoir détourné 1,5 milliard d’euros à la suite « d’opérations non autorisées » par son employeur, la première banque suisse, UBS, le jeune homme de 31 ans a été interpellé par la police londonienne le 15 septembre, et une enquête a été ouverte. À peine la nouvelle affaire révélée, l’action UBS plongeait de 10 %.

Fils de John Adoboli, un ancien fonctionnaire de l’ONU à la retraite retourné vivre à Tema, au Ghana, le jeune trader travaille à la City. Installé dans les bureaux londoniens d’UBS, il était, jusque-là – mais cela reste à confirmer –, responsable des transactions sur les ETF (Exchange Traded Funds, ou fonds indiciels cotés) au département banque d’investissement d’UBS. En clair, le trader concoctait des indices sectoriels en agrégeant des valeurs d’un même secteur (automobile, matières premières, pharmacie…) cotées sur plusieurs Bourses.

Le mystère du "trader fou"

Une enquête interne est en cours pour déterminer comment Kweku Adoboli a pu réaliser « des transactions illégales » au nez et à la barbe du bataillon de contrôleurs d’UBS. Déjà surnommé par la presse suisse « le trader fou », il travaillait dans un service baptisé Delta One, qui aurait donc caché un barbouze de la finance.

Grand bosseur, fêtard, aimant le champagne et les jolies filles.

Selon sa page Facebook, le jeune Ghanéen est un passionné de photographie. « Grand bosseur, fêtard, aimant le champagne et les jolies filles », écrit de son côté le Daily Mail, il habite un appartement luxueux à Whitechapel, dans l’est de Londres. D’après le quotidien britannique, il gagnerait 200 000 livres (230 000 euros) par an, mais ses revenus pouvaient dépasser 400 000 livres avec les bonus. Formé à l’informatique et au management à l’Université de Nottingham, après avoir fait des études secondaires dans une école privée près de Leeds, il avait rejoint UBS comme stagiaire en 2003, avant de devenir trader à partir de 2006, si l’on en croit son profil sur le réseau professionnel LinkedIn.

Mais après son arrestation, l’homme a aussi disparu des radars du web. Sa page Wikipedia a été supprimée le 15 septembre à 23 h 14. Désactivées, ses pages LinkedIn et surtout Facebook laissent ses 417 « amis » sans nouvelles. Il leur avait lancé un message prémonitoire peu avant son arrestation : « I need a miracle. »

Mais le miracle n’a pas eu lieu. Kweku Adoboli rejoint par la grande porte l’équipe des traders indélicats pris la main dans le sac. Il se glisse juste derrière le Japonais Yasuo Hamanaka, qui avait soutiré 2,6 milliards de dollars à la banque Sumitomo, en 1996, et loin de l’intouchable Jérôme Kerviel, qui avait fait perdre 4,9 milliards d’euros à la Société générale, en janvier 2008. Le trader français a été condamné en 2010 à rembourser cette perte colossale…

Gros coup dur

« Nous avons le cœur brisé, la fraude ne fait pas partie de nos valeurs. Nous sommes une famille respectable et travaillant dur, comme Kweku », a déclaré John Adoboli à l’Association de la presse britannique. Pas sûr que cela émeuve UBS, qui n’est pas près de passer l’éponge : l’entourloupe du trader plongera la banque dans le rouge le trimestre prochain, un gros coup dur.

Sauvé par l’État, le groupe suisse avait failli sombrer en 2008 à cause de la crise des subprimes. Depuis, il a été délesté de plusieurs milliards de dollars avec l’affaire Madoff et a perdu la confiance de 4 450 de ses clients, dont il a communiqué l’identité au fisc américain après avoir réglé une amende de 780 millions de dollars. UBS pensait rebondir en 2011. C’est raté.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers