Extension Factory Builder

El Hachemi Belhamdi, un "franc-parleur" à la tête d'Algérie Télécom

22/09/2011 à 09:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
El Hachemi Belhamdi, nommé directeur général d'Algérie Télécom. El Hachemi Belhamdi, nommé directeur général d'Algérie Télécom. © Anis New Press/SIPA

Homme au franc-parler, le nouveau PDG d’Algérie Télécom, El Hachemi Belhamdi, s’est engagé à redresser le groupe et à redorer son blason. Les défis ne manquent pas.

Un siège éjectable. C’est la triste réputation qui colle depuis plusieurs années au poste de premier responsable d’Algérie Télécom. M’Hamed Dabouz en a récemment fait l’expérience. Nommé directeur général par intérim en décembre 2010, il a finalement été « démissionné » à la mi-août pour des raisons qui restent encore inconnues. Dans le milieu des télécoms, on estime que son successeur, El Hachemi Belhamdi, dispose d’atouts appréciables pour redresser l’opérateur historique : il jouit de la confiance des autorités politiques – qui l’ont nommé PDG au mois d'aoüt dernier – et connaît parfaitement la maison, ainsi que tous les rouages du secteur en Algérie et à l’international.

Un « fossé » à combler.

À l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr, les travailleurs du groupe ont pu faire mieux connaissance avec la méthode Belhamdi, fondée sur une franchise assez inhabituelle pour un manager algérien. « La mauvaise qualité des services proposés, pour la téléphonie comme pour l’accès à internet, a entrepris de ternir, depuis longtemps déjà, l’image de marque de l’entreprise. Et le manque de réactivité de nos structures commerciales et techniques, à tort ou à raison, a inévitablement achevé de creuser le fossé entre Algérie Télécom et ses clients », a-t-il expliqué. El Hachemi Belhamdi sait que, pour une marque, la notion de perception des consommateurs est aussi importante que les produits qu’elle propose – cela est d’autant plus vrai sur un marché marqué par une très forte concurrence.

L’homme s’est fait connaître en mettant fin à « l’immobilisme » au sein de Mobilis, filiale de téléphonie mobile d’Algérie Télécom. En 2002, l’opérateur avait été fortement secoué par l’arrivée de l’égyptien Orascom, son premier concurrent. Une fin de monopole qui a failli plonger Mobilis dans une grave crise. Nommé en 2004, El Hachemi Belhamdi réussit à mettre en place un système de management efficace, couplé à un plan de communication agressif. Résultat : Mobilis gagne vite des parts de marché, étend son réseau et renforce son image d’opérateur qui tient ses promesses. Au passage, son patron parvient à décrocher le prestigieux trophée de « manager de l’année 2005 », décerné par le Club Excellence Management. Mais étrangement, sa carrière prend – temporairement – fin en 2007, avec une décision de mise à la retraite.

Rester réaliste

Le fait d’être rappelé par les pouvoirs publics est déjà en soi une belle victoire. Mais il faut rester réaliste. Mobilis n’est qu’une filiale d’un groupe qui compte trois autres entités : la maison mère Algérie Télécom (téléphonie fixe), Djaweb (internet) et ATS (services satellite). El Hachemi Belhamdi devra avant tout revoir le mode de gestion du groupe et procéder au recouvrement des dettes auprès des institutions publiques et de certains opérateurs privés. Il devra surtout ne pas passer à côté du lancement de la troisième génération de téléphonie mobile, décidé récemment par Alger. Sur ce créneau, la bataille risque d’être rude, puisque les trois opérateurs de téléphonie mobile seront traités sur un pied d’égalité.

En revanche, les pouvoirs publics envisageraient de confier à Algérie Télécom un rôle important dans le développement du programme national d’e-gouvernement. Ainsi, on évoque avec insistance la réactivation d’un accord avec le britannique DeLarue, spécialisé dans les solutions biométriques. Il n’est pas impossible que les partenaires soient chargés de relancer le processus de réalisation de documents biométriques, bloqué depuis plusieurs mois déjà.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers