Extension Factory Builder

El Hachemi Belhamdi, un "franc-parleur" à la tête d'Algérie Télécom

22/09/2011 à 09:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
El Hachemi Belhamdi, nommé directeur général d'Algérie Télécom. El Hachemi Belhamdi, nommé directeur général d'Algérie Télécom. © Anis New Press/SIPA

Homme au franc-parler, le nouveau PDG d’Algérie Télécom, El Hachemi Belhamdi, s’est engagé à redresser le groupe et à redorer son blason. Les défis ne manquent pas.

Un siège éjectable. C’est la triste réputation qui colle depuis plusieurs années au poste de premier responsable d’Algérie Télécom. M’Hamed Dabouz en a récemment fait l’expérience. Nommé directeur général par intérim en décembre 2010, il a finalement été « démissionné » à la mi-août pour des raisons qui restent encore inconnues. Dans le milieu des télécoms, on estime que son successeur, El Hachemi Belhamdi, dispose d’atouts appréciables pour redresser l’opérateur historique : il jouit de la confiance des autorités politiques – qui l’ont nommé PDG au mois d'aoüt dernier – et connaît parfaitement la maison, ainsi que tous les rouages du secteur en Algérie et à l’international.

Un « fossé » à combler.

À l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr, les travailleurs du groupe ont pu faire mieux connaissance avec la méthode Belhamdi, fondée sur une franchise assez inhabituelle pour un manager algérien. « La mauvaise qualité des services proposés, pour la téléphonie comme pour l’accès à internet, a entrepris de ternir, depuis longtemps déjà, l’image de marque de l’entreprise. Et le manque de réactivité de nos structures commerciales et techniques, à tort ou à raison, a inévitablement achevé de creuser le fossé entre Algérie Télécom et ses clients », a-t-il expliqué. El Hachemi Belhamdi sait que, pour une marque, la notion de perception des consommateurs est aussi importante que les produits qu’elle propose – cela est d’autant plus vrai sur un marché marqué par une très forte concurrence.

L’homme s’est fait connaître en mettant fin à « l’immobilisme » au sein de Mobilis, filiale de téléphonie mobile d’Algérie Télécom. En 2002, l’opérateur avait été fortement secoué par l’arrivée de l’égyptien Orascom, son premier concurrent. Une fin de monopole qui a failli plonger Mobilis dans une grave crise. Nommé en 2004, El Hachemi Belhamdi réussit à mettre en place un système de management efficace, couplé à un plan de communication agressif. Résultat : Mobilis gagne vite des parts de marché, étend son réseau et renforce son image d’opérateur qui tient ses promesses. Au passage, son patron parvient à décrocher le prestigieux trophée de « manager de l’année 2005 », décerné par le Club Excellence Management. Mais étrangement, sa carrière prend – temporairement – fin en 2007, avec une décision de mise à la retraite.

Rester réaliste

Le fait d’être rappelé par les pouvoirs publics est déjà en soi une belle victoire. Mais il faut rester réaliste. Mobilis n’est qu’une filiale d’un groupe qui compte trois autres entités : la maison mère Algérie Télécom (téléphonie fixe), Djaweb (internet) et ATS (services satellite). El Hachemi Belhamdi devra avant tout revoir le mode de gestion du groupe et procéder au recouvrement des dettes auprès des institutions publiques et de certains opérateurs privés. Il devra surtout ne pas passer à côté du lancement de la troisième génération de téléphonie mobile, décidé récemment par Alger. Sur ce créneau, la bataille risque d’être rude, puisque les trois opérateurs de téléphonie mobile seront traités sur un pied d’égalité.

En revanche, les pouvoirs publics envisageraient de confier à Algérie Télécom un rôle important dans le développement du programme national d’e-gouvernement. Ainsi, on évoque avec insistance la réactivation d’un accord avec le britannique DeLarue, spécialisé dans les solutions biométriques. Il n’est pas impossible que les partenaires soient chargés de relancer le processus de réalisation de documents biométriques, bloqué depuis plusieurs mois déjà.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

CAN 2015 : le Ghana renverse l'Algérie au bout du temps additionnel !

CAN 2015 : le Ghana renverse l'Algérie au bout du temps additionnel !

Dans un match fermé, les Black Stars ont surpris l'Algérie à la dernière seconde grâce à leur attaquant vedette Asamoah Gyan. Grâce à ce succès, le Ghana passe devant l'[...]

Algérie - CAN 2015 : M'Bolhi, la solitude du gardien de but

Malgré sa remarquable prestation lors du dernier Mondial au Brésil, Raïs M'Bolhi, le portier de l'équipe nationale de football, demeure méconnu et sous-coté. Mais une belle CAN avec[...]

Omar Belhouchet : "Nous n'excluons pas un retour des violences contre les journalistes algériens"

Omar Belhouchet est directeur du quotidien francophone "El Watan". Dans les années 1990, il a fait l’objet de deux tentatives d’assassinat de la part des groupes islamiques armés. Dans cet[...]

Kaddour Hadadi : Citizen HK

Musicien fidèle à ses idéaux et romancier engagé, le chti aux origines algériennes ne lâche rien.[...]

CAN 2015 : Les binationaux au coeur de la stratégie sportive de l'Algérie

L'équipe algérienne compte 16 joueurs binationaux, qui possèdent à la fois les nationalités française et algérienne. Un phénomène qui n'est pas le fruit du hasard,[...]

La guerre islamiste en France : An I

Boualem Sansal est un écrivain algérien, auteur notamment de six romans et de plusieurs essais dont le dernier, très remarqué et publié en 2013 : "Gouverner au nom d'Allah"[...]

CAN 2015 : L'Algérie brise la malédiction

Les Fennecs ont dominé l'Afrique du Sud lundi soir (3-1) dans le deuxième match du groupe C. C'est la première fois que l'Algérie remporte son match d'ouverture de la CAN depuis 1990, et la[...]

Pour Carlos Ghosn, le "Nigeria est le Brésil de demain"

Pour Carlos Ghosn, le décollage du marché automobile nigérian n'est qu'une question de temps. Et l'alliance Renault-Nissan dont il est le patron se positionne déjà pour être[...]

CAN 2015 : Algérie, Cameroun, Ghana, Sénégal... 4 favoris vus par 4 spécialistes

Alors que la CAN a débuté samedi 17 janvier, "Jeune Afrique" a demandé à quatre spécialistes du football africain de livrer le nom de leur favori pour la compétition. En[...]

Algérie : Chakib Khelil, bons baisers des States...

Son mandat d'arrêt international ayant été annulé pour vice de procédure, Chakib Khelil, l'ancien ministre de l'Énergie, coule des jours tranquilles aux États-Unis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers