Extension Factory Builder

Côte d'Ivoire : André Degbeon, chasseur de préjugés

16/09/2011 à 17:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
André Degbeon cultive l'afro-optimisme en Allemagne. André Degbeon cultive l'afro-optimisme en Allemagne. © Maurice Weiss/Ostkreuz pour J.A.

Télévision, politique, cet Ivoirien fait tout pour changer l’image des Africains auprès des Allemands. Un combat difficile dans un pays où les clichés ont la vie dure.

Quand il évoque l’Afrique et le regard condescendant que les Européens portent parfois sur le continent, il s’emporte et sa voix monte soudain dans les aigus. C’est épidermique. Il faut dire qu’André Degbeon, Ivoirien de 53 ans, a fait de la lutte contre les clichés son cheval de bataille. Il veut changer l’image de l’Afrique, en particulier en Allemagne, terre où il a élu domicile voilà trente ans. Et la tâche est immense : ce pays connaît mal l’Afrique, et ses habitants restent perclus de préjugés. « L’image de l’Africain a peu changé depuis l’époque où on les parquait dans des zoos, analyse-t-il sans détour. Le continent est toujours associé aux animaux sauvages, à la savane. » Selon lui, rien n’est fait pour que cette vision change, surtout pas dans les médias. « La presse allemande ne relaie que des informations négatives, de misère, de maladie et de corruption. Comment voulez-vous qu’ensuite, lorsqu’un chef d’État africain vient rencontrer la chancelière, Angela Merkel, on lui parle d’égal à égal ? » Il aime à répéter ce proverbe africain qui dit que « la main qui donne est toujours au-dessus de la main qui reçoit ».

D’où son idée, en 2003, de créer en Allemagne une chaîne de télévision qui donnerait une image positive de l’Afrique. « Dès que j’ai commencé à parler de ce projet, j’ai reçu de nombreuses réactions favorables, il y avait une vraie demande », se souvient Degbeon, ému. Afro TV n’aborde guère les sujets qui fâchent (« je laisse ce soin aux médias occidentaux »), et préfère évoquer des initiatives réussies, diffuser des documentaires, présenter des entrepreneurs… Des thèmes « que les Allemands n’ont pas l’habitude de voir ». À l’origine diffusés sur le canal régional berlinois Spree Kanal, les programmes sont aujourd’hui en phase de migration sur internet « pour augmenter la visibilité ». Internet a aussi l’avantage d’être « moins cher ». Car les financements, pour l’heure, sont durs à trouver, et la publicité n’abonde pas. Tout, ou presque, est payé avec les deniers personnels de Degbeon.

Affable, l’homme au regard rieur n’abandonne pas. Dernièrement, il a eu l’idée de vendre les DVD de ses émissions en Afrique, afin d’augmenter les recettes d’Afro TV. La persévérance est un trait de son caractère, disent ceux qui le connaissent.

Pour les beaux yeux d'une Blanche

Né dans la région du Moyen-Comoé (à Agnibilékrou), Degbeon est arrivé à Berlin à l’âge de 23 ans. Pour les beaux yeux d’une Blanche, allemande, partie pour une mission de quatre ans en Afrique, avec qui il a un fils, également né en Côte d’Ivoire. En Allemagne, Degbeon apprend la langue, se forme au journalisme et à la télévision. En 1995, il fonde le premier jardin d’enfants germano-africain de Berlin. Dans cette ville, il sera souvent l’homme des premières fois. Comme en 2001, quand il est le premier Noir à se présenter à une élection municipale, dans le quartier très conservateur de Wilmersdorf-Charlottenburg. S’il n’obtient que 1,5 % des voix, ce geste symbolique lui permet de mettre en avant les Africains de Berlin, que beaucoup font semblant de ne pas voir. Après ce premier pas en politique, il en fait un second au sein du Parti social-démocrate (SPD), qui le contacte à la suite de sa candidature remarquée. L’expérience s’avère amère. Il déchante et se rend compte qu’à l’échelle d’un quartier on ne lui laisse pas sa chance. Il ne reçoit pas les invitations lors des décisions importantes, et se sent écarté du jeu. Il s’éloigne du parti, sans pour autant perdre le goût de l’action politique.

Depuis 2008, il est membre du Migrationsrat, le conseil consultatif des immigrés de Berlin, organe qui se charge d’aider les étrangers dans leurs démarches quotidiennes, intervient pour bloquer des demandes d’expulsion ou discute avec le Sénat des lois concernant les étrangers. Une forte responsabilité qu’il « assume avec plaisir ».

Né sous le signe du caméléon - belle métaphore pour un Africain vivant en Allemagne -, Degbeon ne baisse jamais la garde. Son dernier combat : la représentation des Africains en Allemagne. À l’origine, un discours dans lequel le président de la République fédérale, Christian Wulff, évoque une rencontre avec les représentants de la diaspora africaine. Mais quand André Degbeon veut en savoir plus, connaître qui sont ces représentants et comment ils ont été choisis, pas de réponse. « On ne veut plus que l’on parle à notre place. Ce sont aux Africains de décider qui les représente », s’insurge-t-il, au risque de passer pour un gêneur.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

L'audiovisuel ivoirien attend beaucoup de la chaîne A+

La nouvelle chaîne satellitaire de Canal+ mise sur les séries africaines. Une bonne nouvelle pour les producteurs d'Abidjan, qui manquent de financements comme de canaux de diffusion.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Côte d'Ivoire : important dispositif sécuritaire pour lutter contre les enlèvements d'enfants

Le gouvernement  ivoirien n'a pas attendu longtemps pour tirer la sonnette d'alarme sur le phénomène récurent d'enlèvements d'enfants dans le pays depuis quelques mois.[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers