Extension Factory Builder

Algérie : Bouteflika, ses Premiers ministres et l'armée

13/09/2011 à 12:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Premiers ministres de Bouteflika Les Premiers ministres de Bouteflika © AFP

Les relations entre dirigeants de l’exécutif, les rapports de forces et l’influence réelle de l’armée, c’est un peu le triangle des Bermudes algérien. Les derniers câbles publiés par le site WikiLeaks fin août permettent d’en savoir (un peu) plus et révèlent en tout cas la perception qu’ont les États-Unis des responsables au pouvoir à Alger. Même si cette dernière repose en grande partie sur les analyses de consultants, de journalistes, d’universitaires ou d’acteurs politiques de second plan, reçus à l’ambassade américaine, et non de membres d’un sérail toujours aussi difficile d’accès…

Ce n’est plus un secret : Ahmed Ouyahia et Abdelaziz Bouteflika ne sont pas les meilleurs amis du monde. Appelé à la rescousse pour remplacer un Ali Benflis en qui le président avait entière confiance avant qu’il ne décide de voler de ses propres ailes, Ahmed Ouyahia avait, lors de son premier passage à la primature sous Bouteflika, la réputation du bon soldat et du commis par excellence. Sa seconde expérience au palais du gouvernement, toujours en cours, laisse une impression bien différente.

Plusieurs câbles diplomatiques parlent de « mariage professionnel forcé » entre le chef de l’État et son Premier ministre, imposé par le patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS, ex-Sécurité militaire), Mohamed Médiène, alias le général Toufik, dernier représentant en activité des tout-puissants généraux qui dirigeaient le pays (Larbi Belkheir, Khaled Nezzar, Mohamed Lamari, etc.), dont l’influence a crû depuis les « problèmes de santé » de Bouteflika.

"Thérapeute de couple"

Sarcastique, l’auteur du câble envisage même de chercher un « thérapeute de couple » pour ces deux hommes qui ne partagent aucune « affinité naturelle ou valeur commune », n’ont que très peu d’entretiens en dehors des rares Conseils des ministres ou des réunions du Haut Conseil de sécurité. Pis, de tous les Premiers ministres, Ouyahia est celui qui a le moins de contacts avec « Boutef ». Il a même appris sa nomination par téléphone, sans aucune rencontre pour en discuter, ni avant ni même « durant son premier mois à ce poste ». Seule consolation pour le « moderniste-nationaliste » : son prédécesseur, Abdelaziz Belkhadem, qui, lui, dirige le « courant islamo-conservateur », a été évincé de la même manière… Le soutien de Médiène, selon les Américains, signifierait qu’Ouyahia est un candidat crédible à la succession de Bouteflika.

Ali Benflis, le candidat malheureux à la présidentielle de 2004, qui observe le silence le plus absolu depuis son limogeage, a la main lourde quand il s’agit d’évoquer devant les Américains son ancien patron. Pour Washington, le général Khaled Nezzar et le chef d’état-major Mohamed Lamari sont les principaux responsables de ses « aspirations présidentielles », mais c’est Médiène qui « s’est rangé à la dernière minute derrière Bouteflika ». Et qui aurait donc provoqué sa perte. Pour l’instant…

Abdelaziz Belkhadem, lui, est perçu par les militaires algériens comme un « sympathisant du Front islamique du salut [FIS, NDLR] avant son interdiction »… et par Bouteflika comme un fidèle soutien, plus qu’Ouyahia « l’éradicateur », à sa politique de réconciliation nationale.

Les Premiers ministres de Bouteflika « gouvernent selon le bon plaisir du président, qui conserve la confiance de l’armée. Mais les généraux ont les moyens de faire connaître leur point de vue… », résument les diplomates.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Corne de l'Afrique : solidarité africaine

Editorial précédent :
Lettre de Tunis

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest à une autre session. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

L'Algérien Issad Rebrab nommé CEO africain de l'année

Issad Rebrab, fondateur du groupe Cévital, et le Kényan Chris Kirubi ont été nommés dirigeants africains de l'année au cours du Africa CEO Forum. Danone, Equity Bank, Helios et IHS ont[...]

France : à Béziers, Robert Ménard entretient la nostalgie de l'Algérie française

En rebaptisant une rue célébrant la signature des accords d’Évian (17 mars 1962) par le nom d’un ancien officier impliqué dans des affaires de torture en Algérie, le maire de[...]

Faire du ski en Afrique ? Oui, c'est possible !

Profiter de la poudreuse en Afrique, une envie originale mais qui peut facilement devenir réalité dans l'une des six stations de ski africaines.Tour d'horizon. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers