Extension Factory Builder

Corne de l'Afrique : solidarité africaine

12/09/2011 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les décennies passent, la "malédiction" perdure : la Corne de l’Afrique subit sa énième grave crise alimentaire.

Dans cette région du monde, la faim ressemble à une fatalité. Toujours pour les mêmes raisons : politiques publiques inexistantes, conflits récurrents, hausse du prix des matières premières agricoles, et sécheresse, évidemment… Les images de ces milliers de morts en sursis décharnés et à bout de force ne choquent même plus. Au XXIe siècle, on meurt encore de faim, dans l’indifférence générale.

Ici, il ne s’agit pas de séisme, d’ouragan ou de tsunami. Facteur certes aggravant, la sécheresse n’est certainement plus la cause première de cette tragédie tellement prévisible. Car, aujourd’hui, on sait mesurer le niveau des précipitations, anticiper les cours ou l’état des récoltes, forer pour atteindre des nappes phréatiques abondantes, utiliser les nouvelles techniques d’irrigation en milieu aride…

Or tous les indicateurs étaient au rouge depuis longtemps (la sécheresse, par exemple, dure depuis quatre ans). Plus de vingt-cinq ans après We Are the World, la chanson écrite par Michael Jackson, Lionel Richie et Stevie Wonder pour récolter des fonds pour l’Éthiopie, la seule chose qui ait vraiment changé, c’est que les artistes eux-mêmes ne répondent plus, ou presque. Mais est-ce leur rôle ? Déjà, en Afrique, des voix s’élèvent pour critiquer cet « abandon de poste », ou se demander pourquoi les bailleurs occidentaux et les ONG ont attendu le dernier moment pour intervenir.

Mais que font les Africains eux-mêmes, si prompts à exiger que l’Occident cesse de s’immiscer dans leurs affaires ? Rien, ou si peu. Ni en amont à titre préventif, en consacrant par exemple au moins 10 % de leur budget à l’agriculture, comme l’engagement – jamais tenu – en avait été pris à Maputo, en 2003, par l’Union africaine (UA), ni en aval pour au moins sauver ceux qui peuvent l’être (50 millions de dollars seulement de promesses de dons lors du sommet d’Addis-Abeba, le 25 août, auquel plus de la moitié des pays membres de l’UA n’ont même pas daigné assister !).

Les États africains n’ont-ils pas les moyens de secourir leurs frères ? Où sont passés l’Afrique du Sud, l’Angola, l’Algérie ou le Nigeria ? Et les pays concernés ? Certes, la Somalie demeure un cas à part, pour des raisons évidentes. Mais le Kenya ou l’Éthiopie ? Pourquoi ces deux nations, qui disposent de ressources, d’administrations et de cadres, seraient-elles vouées à la famine, sinon à cause de leur incurie, ou pis, de leur volonté délibérée de laisser souffrir ou mourir certaines populations guère en cour auprès du pouvoir central ?

La situation de la Corne de l’Afrique est une honte. En particulier pour nos dirigeants, qui multiplient les promesses sans lendemain à chaque crise alimentaire et détournent aujourd’hui le regard en attendant que d’autres trouvent une solution aux problèmes dont ils sont souvent la cause. Vous avez dit solidarité africaine ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Somalie

Somalie : Ban Ki-moon en visite à Mogadiscio, ravagée par le terrorisme

Somalie : Ban Ki-moon en visite à Mogadiscio, ravagée par le terrorisme

Pour la première fois en trois ans, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, est en visite mercredi à Mogadiscio, en Somalie, où il rencontre le président Hassan Sheikh Mohamu[...]

Somalie : l'explosion d'une voiture piégée fait au moins cinq morts à Mogadiscio

L'explosion d'une voiture piégée à Mogadiscio a fait au moins cinq morts mercredi soir.[...]

Somalie : la prise de Barawe, nouveau coup dur pour les Shebab

Les opérations de sécurisation de la ville portuaire de Barawe, évacuée il y a quelques jours par les combattants shebab, se poursuivaient mardi.[...]

Les troupes somaliennes et de l'UA ont pris Barawe, dernier grand port tenu par les Shebab

L'armée somalienne et la force de l'Union africaine (Amisom) ont pris dimanche le contrôle de Barawe, dernier port somalien d'importance aux mains des islamistes somaliens shebab, crucial pour leur financement, ont[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Élimination du chef des shebab : Hollande a coopéré avec Washington

Les services de renseignement français ont coopéré avec Washington pour l'opération qui a conduit à la mort du chef des islamistes somaliens shebab, Ahmed Abdi "Godane", tué[...]

Somalie : dix choses à savoir sur Ahmed Umar Abou Oubaïda, le nouveau chef des Shebab

Ahmed Umar Abou Oubaïda a été désigné nouveau chef des Shebab après la mort de leur ancien leader, Ahmed Abdi Godane, tué la semaine dernière par une frappe[...]

Somalie : un attentat suicide des Shebab contre un convoi de l'Amisom fait douze morts

Douze civils ont péri dans l'attentat à la voiture piégée dont a été victime lundi un convoi de l'Amison en Somalie. Une attaque qui intervient une semaine après la mort du chef des[...]

HRW dénonce le viol et l'exploitation sexuelle de Somaliennes par des soldats de l'Amisom

Des soldats de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom) ont abusé et exploité sexuellement des femmes et jeunes filles somaliennes sur leurs bases de Mogadiscio, affirme l’ONG Human Rights[...]

Somalie : les Shebab désignent un nouveau chef

Les islamistes shebab somaliens ont désigné un nouveau chef, Ahmed Umar Abou Oubaïda, après la mort de leur chef suprême, tué lundi par des missiles américains en Somalie, où[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers