Extension Factory Builder

Rwanda : Albert Rudatsimburwa, un patron touche-à-tout

07/09/2011 à 18:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Albert Rudatsimburwa, musicien, producteur, journaliste... Albert Rudatsimburwa, musicien, producteur, journaliste...

Le très décontracté directeur de la radio Contact FM vient d’acquérir le club de football le plus populaire du Rwanda. Et s’apprête à créer la première chaîne de télévision privée.

Week-end oblige, les locaux de Contact FM, radio rwandaise, sont presque vides. Mais des rires s’échappent du bureau du directeur général. La décontraction d’Albert Rudatsimburwa ne le laisse pas deviner, mais l’un de ses présentateurs étant absent, il se prépare à animer lui-même, en direct, Crossfire, le talk-show phare hebdomadaire de la station. Derrière lui, une grande affiche du boxeur Mohamed Ali frappée de la phrase « I move fast » (« Je bouge vite »). Ce pourrait être sa devise.

Musicien et producteur en Belgique, où la famille de ce métis vivait en exil, Albert Rudatsimburwa revient au Rwanda en 1994. Pendant quatre ans, il mène une carrière de journaliste indépendant, couvrant notamment la première guerre du Congo. « Avant ça, je n’avais eu aucune expérience dans la presse », raconte-t-il. Quatre ans plus tard, il devient marketing and brand manager chez l’opérateur de téléphonie mobile MTN RwandaCell. Tout en continuant la musique et la production. Arrive la libéralisation des ondes rwandaises, début 2004, et Albert Rudatsimburwa décide de quitter son poste pour monter Contact FM. Il lui faudra moins d’un an.

Jolis coups

Un peu à l’image de son patron, la radio mélange décontraction, flexibilité et une relative liberté de ton, inédite dans les médias rwandais. Sans oublier quelques jolis coups. Comme lorsqu’il fait venir le président Paul Kagamé sur son plateau. « La première fois, c’était en 2005. À l’époque, personne n’avait essayé, se souvient-il. Nous lui avons juste écrit une lettre et il a dit oui. Ça nous a vraiment boostés. » Depuis, Contact FM est devenue l’une des premières radios privées du pays : elle revendique entre 1,5 million et 2 millions d’auditeurs quotidiens.

L’identité de son cofondateur, Jean Mutsar, beau-frère du président, a-t-elle joué un rôle dans cette réussite ? « Pas du tout, se défend Albert Rudatsimburwa. C’est un ami d’enfance. On a toujours tout fait ensemble et ça ne date pas de l’élection de Paul Kagamé. » Il précise ensuite : « J’ai un soutien moral des autorités, parce qu’elles veulent voir l’éclosion d’un véritable secteur privé. » Et de ce point de vue, elles ne peuvent qu’être séduites par la multiplication des initiatives de l’homme d’affaires.

"Á la Berlusconi"

Alors que la radio n’a pas encore tout à fait atteint son équilibre financier, Albert Rudatsimburwa vient de reprendre le Rayon Sports Football Club, pour une concession de sept ans renouvelable. « Ce club, c’est 8 millions de supporteurs ! » s’enthousiasme le nouveau président. Même s’il a perdu de sa superbe et que le championnat est dominé depuis plusieurs années par le club de l’Armée patriotique rwandaise, le Rayon Sports FC ne laisse pas, en effet, d’attirer les foules.

La saison devait débuter en septembre, mais Albert Rudatsimburwa espère obtenir un report d’un mois. C’est le temps que ce touche-à-tout estime nécessaire pour finaliser un autre projet : Contact TV devrait devenir la première chaîne de télévision privée au Rwanda.

Il prévoit de filmer tous les matchs du championnat et de retransmettre les plus importants – dont ceux de son équipe – en direct. « L’idée, c’est de créer une collaboration entre médias et sport pour générer des revenus jusqu’ici inexistants au Rwanda. C’est un plan à la Berlusconi ou à la Bernard Tapie ! » s’amuse-t-il.

L’appétit d’Albert Rudatsimburwa pourrait-il le conduire, lui aussi, à une carrière politique ? « Non, ça ne m’intéresse pas du tout ! Ce serait la pire des choses à faire. Je préfère largement rester dans la société civile. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces