Extension Factory Builder
08/09/2011 à 16:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Fouad Boussouf, jeune chorégraphe franco-marocain. Fouad Boussouf, jeune chorégraphe franco-marocain. © Youri Lenquette pour JA.

Né au Maroc, le chorégraphe pédagogue de la compagnie hip-hop Massala prêche le dialogue avec le public… et entre les deux rives de la Méditerranée.

Par la fenêtre de l’Hôtel du Nord, Fouad Boussouf regarde le ballet urbain qu’improvisent les Parisiens. Y puisera-t-il le suc de son prochain spectacle ? À condition, Zoom, Déviation : depuis une décennie, ce jeune homme de 35 ans, chorégraphe de la compagnie hip-hop Massala, jette un regard singulier sur le monde qui l’entoure : « Je pars du concret pour aller vers l’abstrait. Chaque création se nourrit de faits qui me questionnent. » Parmi ces faits : les émeutes des banlieues françaises, en novembre 2005, ou encore les questions liées à l’intégration.

La sienne se fit sans encombre. S’il garde de son enfance marocaine pléthore de souvenirs familiaux baignés de soleil et de senteurs, son arrivée à l’âge de 7 ans dans l’Hexagone se déroule dans la plus grande sérénité. À l’époque, un certain Michael J. terrorisait les télé­spectateurs en dansant sur un Thriller d’anthologie pendant que, sur TF1, Sidney faisait « breaker » des jeunes découvrant une drôle de danse : le hip-hop.

Accompagné de deux potes, le jeune Fouad Boussouf se jette à corps perdu dans le street art. Un coin de bitume et un bout de carton font alors l’affaire. L’apprentissage est âpre mais payant ; très vite, le petit collectif remporte de nombreux concours. Le temps de la professionnalisation sonnant, c’est dans le Paris des centres de formation à la danse contemporaine que Boussouf se perfectionne. « La danse, les répétitions, les concours n’ont jamais été officiels, jusqu’au jour où un journal local a fait paraître un article sur mon travail avec ma photo. J’y ai gagné une certaine forme d’estime », se souvient le jeune chorégraphe, qui, pour rassurer un entourage inquiet de le voir embrasser une carrière « atypique », décroche un DESS en ingénierie de la formation. Il soutient même un mémoire intitulé « La danse hip-hop : vecteur d’intégration sociale ou repli identitaire? »

Aujourd’hui, à l’heure où le hip-hop intègre des réseaux de diffusion toujours plus étatiques, Fouad Boussouf poursuit son objectif originel : le dialogue avec le public. « C’est un devoir. Être d’accord ou pas n’est pas grave, il faut discuter avec son prochain, produire sainement de la pensée », dit-il. Depuis 2001, année de la création de sa compagnie, qui porte le nom d’un mélange d’épices indiennes, le chorégraphe-pédagogue diffuse son hip-hop hybride dans toute l’Île-de-France, cherchant coûte que coûte à sensibiliser les publics à ce parent pauvre des arts vivants : « Je me suis toujours demandé pourquoi les spectacles de danse contemporaine sont boudés dans certaines banlieues. Pour contrecarrer ce constat, Déviation s’est déplacé, in situ et gratuitement. » Ce spectacle met en scène quatre danseurs autour d’une voiture, symbole d’évasion trop souvent cramé dans les cités. Un acte pyromane qui interpelle le chorégraphe : « Pourquoi les jeunes brûlent-ils cet outil qui leur permet de s’extraire de la cité ? J’apparente cela à un suicide collectif…»

Après un été à écumer les festivals, la compagnie s’affaire aujourd’hui sur une nouvelle création, avec pour point de mire la culture arabe. « L’histoire mouvementée de cette région du monde m’interpelle. Teintée de nostalgie, la musique de mon enfance me renvoie à cet imaginaire arabe, construit de souvenirs aussi doux qu’innocents, en contraste avec mon adolescence, rythmée par la musique américaine et la danse hip-hop. Cette dualité reflète une apparente contradiction culturelle : l’une perçue comme traditionaliste mais passéiste et l’autre considérée comme progressiste mais décadente. Je souhaite tirer le meilleur de ces deux cultures qui m’habitent. » Comme de nombreux chorégraphes d’origine maghrébine, Fouad Boussouf veut créer des liens entre la France et cette Afrique bousculée par un Printemps arabe salvateur pour la liberté d’expression.

Intarissable et bienveillant quand il évoque son pays d’origine, Fouad Boussouf analyse ainsi la tourmente actuelle : « C’est une réelle avancée pour le monde arabe. Le peuple mérite qu’on s’intéresse à sa richesse culturelle, souvent éclipsée par le religieux et le politique dans les médias occidentaux… Le Maroc, c’est un pays qui, à mon sens, évolue très vite pour une certaine catégorie de personnes et beaucoup moins pour d’autres. Il va s’agir de trouver un équilibre. »

Pour le jeune artiste, le moment est venu de « faire danser, ensemble, entre musique électronique et instrumentale, sonorités arabo-andalouses et break beat », les deux côtés de la Méditerranée. Contemplant le ballet impromptu des Parisiens, l’insatiable voyageur songe déjà à son prochain spectacle. Épicé, métissé… forcément.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces