Extension Factory Builder

Palestine : Janet Mikhaïl, notre-dame de Ramallah

15/09/2011 à 13:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Janet Mikhaïl, maire de la ville de Ramallah. Janet Mikhaïl, maire de la ville de Ramallah. © Fédération palestinienne de football

Élue en 2005 maire de la ville cisjordanienne de Ramallah, Janet Mikhaïl fait aujourd’hui l’unanimité parmi ses administrés. Portrait d’une Palestinienne chrétienne qui n’a pas froid aux yeux.

« Elle a fait un travail exceptionnel, s’enthousiasme Sam Bahour, un homme d’affaires palestinien. Elle a mené à bien de grands projets. Tout cela sans l’aide financière américaine, ce qui est d’autant plus admirable. » Car lorsque Janet Mikhaïl remporte les élections municipales de Ramallah en 2005, certains donateurs internationaux, comme l’Usaid, refusent de travailler avec elle. Motif : elle aurait noué des alliances avec des organisations dites « terroristes ». À la tête d’une liste indépendante, Ramallah pour tous, sur laquelle figurent des membres du controversé Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), Janet Mikhaïl a en effet été élue grâce aux voix du Hamas. Elle n’a pourtant rien d’une terroriste. Cheveux courts, regard serein, assurance tranquille, elle tient toujours un discours mesuré et se montre extrêmement courtoise avec ses interlocuteurs.

Janet Mikhaïl, 66 ans, a réussi à transformer Ramallah, qui abrite le siège de la présidence (Mouqataa), en un endroit où il fait bon vivre. C’est une ville « libérale, cosmopolite et ouverte sur l’extérieur », se réjouit-elle. Un constat partagé par Sam Bahour, qui ajoute qu’elle « a conduit plusieurs projets d’infrastructures, les routes et le tout-à-l’égout par exemple, mais surtout [que], grâce à elle, de nombreuses initiatives ont vu le jour dans les domaines culturel et artistique ».

Nicholas Marouf, fondateur du site d’information Ramallah Online, relativise cependant : « La mairie manque quelque peu de transparence, et il n’y a pas de véritable politique de long terme. » Mais, reconnaît le journaliste, « ils font ce qu’ils peuvent et Janet Mikhaïl a un lourd fardeau sur les épaules. Elle a une très bonne réputation. Les gens l’apprécient énormément et ils sont fiers de l’avoir pour maire ».

Féministe

Ancienne professeure de chimie, Janet est issue d’une vieille famille chrétienne de Ramallah. « L’Autorité palestinienne a veillé à ce que les villes d’origine chrétienne gardent un maire chrétien. Ça a été codifié en 2005 par un décret présidentiel », explique-t-elle.

La réconciliation entre le Fatah et le Hamas est un retour à l'ordre naturel des choses.

Celle qui a longtemps dirigé l’école secondaire pour jeunes filles de la ville était déjà une célébrité locale appréciée pour son implication dans la vie associative. « Dans sa jeunesse, elle faisait partie des mouvements scouts et elle était membre des Young Women’s Christian Association », ajoute Sonia Dubourg-Lavroff, adjointe au maire de Bordeaux, ville française jumelée avec Ramallah. Car le sort de la femme palestinienne est l’un des chevaux de bataille de Janet. « Nous devons encore fournir des efforts, reconnaît-elle, pour que la femme soit formée et éduquée comme les hommes et pour qu’elle accède à des postes élevés. L’action politique a besoin d’être structurée pour encourager la participation des femmes. J’ai assisté cette année à la remise de diplôme des étudiants de l’université de Bir Zeit ; 53 % de la promotion étaient des filles. »

Unité Nationale

Mais pour la maire de Ramallah, la priorité reste l’union du peuple palestinien. C’est donc avec une grande satisfaction qu’elle a accueilli la réconciliation entre le Fatah et le Hamas, en mai. « C’est un retour à l’ordre naturel des choses, se félicite-t-elle. L’opposant israélien nous suffit. L’union nous aidera à libérer la Palestine. » Tout comme elle juge essentielle la reconnaissance de l’État palestinien à l’ONU, prévue en septembre. « Tout ce que nous demandons, martèle-t-elle, c’est un État dans les frontières de 1967, avec comme capitale Jérusalem-Est. Mais Israël continue de rejeter les résolutions du Conseil de sécurité. La colonisation se poursuit, et il y a ce mur qui empêche la libre circulation et rend la vie dans les territoires palestiniens tout simplement impossible. » Des propos que Janet Mikhaïl voudrait pouvoir ne plus répéter indéfiniment…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Yémen : des dizaines de civils tués dans des frappes de la coalition arabe

Yémen : des dizaines de civils tués dans des frappes de la coalition arabe

Une frappe aérienne de la campagne militaire arabe au Yémen a touché, lundi, un camp de déplacés situé dans le nord-ouest du pays. Des dizaines de civils ont été tué[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre[...]

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

Sommet de la Ligue arabe : accord pour la création d'une force militaire

Les chefs d'Etat de la Ligue arabe ont annoncé dimanche leur intention de créer une force militaire conjointe pour combattre les "groupes terroristes", notamment l'Etat islamique (EI), se donnant quatre[...]

Sommet arabe : les chefs d'État planchent sur une force jointe

Les chefs d'État arabes ont clamé samedi à l'ouverture de leur sommet annuel en Égypte leur intention de créer une force unie pour combattre les "groupes terroristes",[...]

Égypte : sommet arabe focalisé sur la création d'une force militaire et le Yémen

La création d'une force multinationale va dominer le sommet des chefs d'Etat de la Ligue arabe qui s'est ouvert samedi en Egypte, au moment où l'intervention militaire d'une coalition arabe au Yémen contre[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

Israël : Bibi repetita

Déjouant tous les pronostics, Benyamin Netanyahou est sorti vainqueur des législatives anticipées du 17 mars, accentuant même l'emprise de son parti, le Likoud.[...]

Yémen : importante offensive de l'Arabie saoudite, les forces loyalistes reprennent Aden

L'Arabie saoudite a lancé mercredi une opération militaire au Yémen impliquant "plus de 10 pays" pour défendre le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a[...]

Syrie : à table avec le diable

Pendant des mois, les Occidentaux ont fait du départ de Bachar al-Assad un préalable. Mais après quatre ans de guerre, son régime est toujours debout et sa cruauté est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces