Extension Factory Builder

L'Afrique humiliée, mais l'Afrique libérée...

05/09/2011 à 10:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

"Au secours, Kadhafi arrive !" titrait J.A. à la une lors de l’accession du « Guide » à la tête de l’Union africaine (UA), en février 2009. « L’Afrique libérée », écrivons-nous cette semaine, alors que le même vient d’être balayé du pouvoir par son propre peuple.

On ne le répétera jamais assez : pour l’image, la respectabilité, la crédibilité de l’Afrique et de son organisation fédératrice, pour la sérénité des débats et la tranquillité de son président de Commission – Jean Ping ne me contredira pas sur ce point –, la chute de Kadhafi est une bénédiction. Tout comme l’Europe ne pouvait se construire avec Franco, Caetano et les colonels grecs, l’Afrique ne peut qu’être soulagée de voir son plus grand commun diviseur débarrasser enfin ses sommets de sa smala de dromadaires, de tentes caïdales et de roitelets bouffons.

Cette opinion, même si elle est pour nous une évidence et pour nos lecteurs une banalité tant nous l’exprimons dans ces colonnes depuis des décennies, choque, agace et irrite encore certains d’entre vous. Parmi ceux qui nous l’ont fait savoir et qui ont constitué sur la Toile nombre de groupes de soutien au « Guide éternel, militant et martyr du panafricanisme », c’est l’intervention de l’Otan, incarnée par Sarkozy, Cameron et Obama, qui tient lieu de catalyseur. Derrière le « Kadhafi forever » posté sur notre page Facebook apparaît très vite un profond ressentiment à l’encontre de l’Occident, perçu comme recolonisateur et prédateur. Hier Gbagbo, aujourd’hui Kadhafi : ce sont les mêmes internautesqui se manifestent, avec la même constance, aux côtés des mêmes hommes. Et ces intellectuels, démocrates sincères le plus souvent, suscitent de notre part la même question: combien d’entre eux accepteraient que dans leur propre pays, à l’instar de la Libye d’hier, les élections, les partis, les syndicats, les ONG et les médias indépendants soient interdits, qu’y règne à vie un leader et demain son fils ? Aucun. 

Et puis, il y a ceux pour qui Kadhafi n’a jamais été un héros. Son départ ne les chagrine pas, mais la manière avec laquelle l’Afrique a été dans cette affaire marginalisée par les puissances « blanches » les a blessés. Mis devant le fait accompli, consultés pour la forme alors que les décisions stratégiques étaient prises, accueillis avec condescendance quand ils pensaient tenir une solution de compromis, l’UA et les chefs d’État impliqués n’ont jamais eu leur mot à dire – même si ce mot était déjà dépassé par l’accélération de l’Histoire. Pour eux, « l’année des progrès majeurs de la démocratie en Afrique », célébrée par un Nicolas Sarkozy triomphant, aura été celle de l’impuissance et de l’amertume.

Nous aurions certes préféré que la révolution libyenne ressemblât à ses soeurs tunisienne et égyptienne, et que l’idole fût déboulonnée sans que les ex-colonisateurs y prissent la part déterminante que l’on sait. Mais un homme, par son comportement criminel et provocateur, en avait décidé autrement. Si cette libération a pour certains un arrière-goût d’humiliation, la responsabilité en incombe à Kadhafi. Fort heureusement, ce mauvais coup porté à l’Afrique par son mauvais génie aura été le dernier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : des milices ont commis des 'crimes de guerre' à l'Ouest, selon Amnesty

Libye : des milices ont commis des "crimes de guerre" à l'Ouest, selon Amnesty

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International accuse des milices et des groupes armés d'avoir commis "des violations généralisées des droits de l'Homme, y compris des crimes de guerre&[...]

Mohamed Dayri : "La priorité doit être donnée à l'édification d'un État fort en Libye"

Le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Dayri, prône le dialogue avec les islamistes et les kadhafistes. Interview.[...]

Libye : l'ambassade du Niger assiégée, Niamey dénonce un "incident gravissime"

Des miliciens ont assiégé de lundi à mardi au petit matin l'ambassade du Niger en Libye. Un "incident" qualifié de "gravissime" par les autorités nigériennes.[...]

Libye : les partisans de Kadhafi contre-attaquent

Trois ans après la fin tragique du "Guide" libyen, Mouammar Kadhafi, le renversement d'alliances qui est en train de s'opérer en douceur a remis en selle une frange des partisans de l'ancien[...]

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers