Extension Factory Builder

L'Afrique humiliée, mais l'Afrique libérée...

05/09/2011 à 10:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

"Au secours, Kaddafi arrive !" titrait J.A. à la une lors de l’accession du « Guide » à la tête de l’Union africaine (UA), en février 2009. « L’Afrique libérée », écrivons-nous cette semaine, alors que le même vient d’être balayé du pouvoir par son propre peuple.

On ne le répétera jamais assez : pour l’image, la respectabilité, la crédibilité de l’Afrique et de son organisation fédératrice, pour la sérénité des débats et la tranquillité de son président de Commission – Jean Ping ne me contredira pas sur ce point –, la chute de Kaddafi est une bénédiction. Tout comme l’Europe ne pouvait se construire avec Franco, Caetano et les colonels grecs, l’Afrique ne peut qu’être soulagée de voir son plus grand commun diviseur débarrasser enfin ses sommets de sa smala de dromadaires, de tentes caïdales et de roitelets bouffons.

Cette opinion, même si elle est pour nous une évidence et pour nos lecteurs une banalité tant nous l’exprimons dans ces colonnes depuis des décennies, choque, agace et irrite encore certains d’entre vous. Parmi ceux qui nous l’ont fait savoir et qui ont constitué sur la Toile nombre de groupes de soutien au « Guide éternel, militant et martyr du panafricanisme », c’est l’intervention de l’Otan, incarnée par Sarkozy, Cameron et Obama, qui tient lieu de catalyseur. Derrière le « Kaddafi forever » posté sur notre page Facebook apparaît très vite un profond ressentiment à l’encontre de l’Occident, perçu comme recolonisateur et prédateur. Hier Gbagbo, aujourd’hui Kaddafi : ce sont les mêmes internautesqui se manifestent, avec la même constance, aux côtés des mêmes hommes. Et ces intellectuels, démocrates sincères le plus souvent, suscitent de notre part la même question: combien d’entre eux accepteraient que dans leur propre pays, à l’instar de la Libye d’hier, les élections, les partis, les syndicats, les ONG et les médias indépendants soient interdits, qu’y règne à vie un leader et demain son fils ? Aucun. 

Et puis, il y a ceux pour qui Kaddafi n’a jamais été un héros. Son départ ne les chagrine pas, mais la manière avec laquelle l’Afrique a été dans cette affaire marginalisée par les puissances « blanches » les a blessés. Mis devant le fait accompli, consultés pour la forme alors que les décisions stratégiques étaient prises, accueillis avec condescendance quand ils pensaient tenir une solution de compromis, l’UA et les chefs d’État impliqués n’ont jamais eu leur mot à dire – même si ce mot était déjà dépassé par l’accélération de l’Histoire. Pour eux, « l’année des progrès majeurs de la démocratie en Afrique », célébrée par un Nicolas Sarkozy triomphant, aura été celle de l’impuissance et de l’amertume.

Nous aurions certes préféré que la révolution libyenne ressemblât à ses soeurs tunisienne et égyptienne, et que l’idole fût déboulonnée sans que les ex-colonisateurs y prissent la part déterminante que l’on sait. Mais un homme, par son comportement criminel et provocateur, en avait décidé autrement. Si cette libération a pour certains un arrière-goût d’humiliation, la responsabilité en incombe à Kaddafi. Fort heureusement, ce mauvais coup porté à l’Afrique par son mauvais génie aura été le dernier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens ajourné au 27 avril

La Cour pénale de Tripoli a décidé lundi d'ajourner au 27 avril le procès de 37 proches de Mouammar Kaddafi, dont son fils Seif el-Islam.[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Régime Kaddafi : le procès des anciens dignitaires libyens pourrait être ajourné

Censé s'ouvrir lundi, le procès de Seif el-Islam Kaddafi et d'une trentaine de responsables du régime déchu pourrait être reporté.[...]

Libye : vers un report du procès des dignitaires du régime Kaddafi

Censé s'ouvrir lundi, le procès de Seif el-Islam Kaddafi et d'une trentaine de responsables du régime déchu pourrait être reporté.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers