Extension Factory Builder
02/09/2011 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Un défilé sert-il à quelque chose ? Certainement. Sinon, des milliers de personnes ne se rassembleraient pas, sans la moindre contrainte, pour voir marcher des milliers d’autres, des heures durant. Eva Joly, la candidate écologiste à la présidentielle française de 2012, en sait quelque chose. Pour avoir proposé, il y a plus d’un mois de cela, la suppression du défilé militaire organisé chaque 14 juillet, elle a provoqué l’ire de toute la classe politique. Certains n’ont pas hésité à évoquer sournoisement ses origines étrangères pour expliquer ce qui, à leurs yeux, était pure hystérie. Sans aucun doute, voir défiler les « forces vives de la nation » est l’une des choses les plus partagées au monde. Il faut donc admettre que le défilé est vraiment utile.

Le 15 août, je me suis retrouvé à Ewo (on dit Evo, même s’il semble bizarre que dans nos langues le « w » soit prononcé « v » comme en allemand). Cette petite agglomération est le chef-lieu du département de la Cuvette-Ouest, à plus de 700 bornes au nord de Brazzaville. Le 15 août, pour ceux qui ne le savent pas, est le jour de la fête nationale du Congo-Brazzaville. Me voici sur un boulevard fraîchement asphalté. Une foule importante s’est invitée à la fête. Y compris ce petit chien maigrichon qui, une fois que les canons se sont mis à tonner, perd son self-control. Pris de panique, il quitte la foule où il avait trouvé sa place, traverse le boulevard comme s’il était pourchassé, en direction de la tribune d’honneur. Alors que tout le monde, amusé, s’attend au pire, le petit animal se réfugie sous la tribune, ne sachant pas comment se boucher les oreilles. Heureusement pour lui, la garde n’a pas eu le temps de dégainer !

Pour ma part, mon badge presse autour du cou, avec mon nom mal orthographié par un analphabète, je me fonds dans la foule, juste à l’endroit d’où partent les « défilants ». J’observe, l’oreille aux aguets. Une dame : « Pourquoi n’y a-t-il pas beaucoup de présidents ? Cela fait toujours du bien de recevoir beaucoup d’invités. » Il est vrai que le Camerounais Paul Biya, le Congolais Joseph Kabila, le Gabonais Ali Bongo Ondimba manquent à l’appel.

Si le défilé militaire est impeccable, celui des civils est désordonné. Ils sont habillés de façon hétéroclite et tiennent dans leurs mains divers objets, allant de la bouteille d’eau à la cannette de bière, que les militaires viennent leur arracher. Spectacle classique : les sapeurs, avec leurs tenues inattendues. L’un d’eux porte un abacost, une toque de léopard et tient une canne comme… Mobutu Sese Seko. L’assistance jubile. Quant aux membres de la communauté camerounaise d’Ewo, ils portent tous le maillot de l’équipe nationale de football. Pas n’importe lequel : le numéro 9, c’est-à-dire celui de Samuel Eto’o !

Le défilé tire en longueur. Dans le ciel d’Ewo, un pilote de chasse réalise des figures acrobatiques osées. Quelqu’un crie dans la foule : « C’est un héros ! » Une femme s’indigne : « Toutes ces pancartes n’ont qu’un objectif : pousser le président à dépenser de l’argent. Quand verrons-nous une pancarte sur laquelle on lui demande de nous donner du travail ? »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Famine dans la Corne de l'Afrique : au nom de la solidarité

POST-Sriptum Article précédent :
Allô Sarko ? Ici Khokho !

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Crise centrafricaine : Denis Sassou Nguesso fait marche-arrière et désavoue l'accord signé à Nairobi

Crise centrafricaine : Denis Sassou Nguesso fait marche-arrière et désavoue l'accord signé à Nairobi

Le président congolais rejette les conclusions des négociations qu'il avait lui-même initiées au Kenya. Il en a officiellement informé le président Kenyatta dans un courrier dont "J[...]

Congo - Centrafrique : entre Sassou Nguesso et Samba-Panza, le torchon brûle

Les relations entre la présidente de la transition centrafricaine Catherine Samba-Panza et le président congolais Denis Sassou Nguesso (DSN), médiateur officiel pour la Centrafrique, sont aujourd'hui[...]

CAN 2015 : derby explosif RDC-Congo en quarts de finale

La RDC, qui s'est qualifié en décrochant un nul face à la Tunisie lundi (1-1), retrouvera son frère rival, le Congo, en quarts de finale de la CAN 2015. Un derby qui s'annonce électrique. Mais[...]

CAN 2015 : "C'est un exploit pour la nation", disent les Congolais

L'émotion était très forte dans le vestiaire congolais dimanche après la victoire face au Burkina Faso (2-1), synonyme de qualification pour les quarts de finale de la CAN. Une première depuis[...]

C'est la CAN des surprises, le Congo et la Guinée équatoriale en quarts !

Le Congo, tombeur du Burkina Faso (2-1), et la Guinée équatoriale, vainqueur du Gabon (2-0), sont tous les deux qualifiés pour les quarts de finale de la CAN 2015 dans le groupe A. Les Diables rouges terminent[...]

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n'est plus qu'à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

CAN 2015 : Le Congo, quel exploit !

Le Congo, vainqueur du Gabon (1-0) dans le groupe A, s'est offert son premier succès en phase finale de la CAN depuis 1974 ! Pour en arriver là, les hommes de Claude Leroy, qui s'impose de plus en plus comme un[...]

CAN 2015 : Emilio Nsue, le héros de la Guinée équatoriale

La Guinée équatoriale a été tenue en échec lors du match d'ouverture de la CAN 2015 face au Congo (1-1), samedi à Bata. Le pays organisateur doit son salut à son attaquant Emilio[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers