Extension Factory Builder

Algérie : Mohamed Baïri, parti en pole position

08/09/2011 à 15:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. © Samir Sid

Patron d’Ival, distributeur de Fiat, Iveco et Mazda, le président de l’association des concessionnaires a vu venir très tôt l’essor du marché automobile en Algérie.

Passionné de voitures européennes, Mohamed Baïri est à la tête d’Ival, distributeur exclusif des marques Fiat, Iveco et Mazda. Cet homme de 39 ans est également président de l’Association des concessionnaires automobiles d’Algérie (AC2A). Pourtant, rien ne le destinait à une telle carrière. Chez les Baïri, famille de notables de la région de Lakhdaria, au sud-est d’Alger, on est plutôt spécialisés dans l’agriculture et le commerce de matériaux de construction. Mais très jeune, Mohamed a compris que le marché automobile serait appelé à se développer. « J’ai lancé ma première affaire en 1988. À l’époque, je vendais des pièces détachées Sonacome, le constructeur algérien de camions et de bus. C’était du temps où l’État avait le monopole sur tout », explique-t-il.

Le monopole public sera levé au début des années 1990. « Le parc automobile algérien a vite pris de l’ampleur, se souvient Baïri. Il fallait répondre à une demande très importante en termes de pièces de rechange. Cela ne pouvait se faire qu’à travers des opérations d’importation. Nous avons fini par tisser un partenariat solide avec Necotrans, un groupe français présent sur l’ensemble du continent. » En 1999, les deux parties renforcent leur partenariat en créant Ival Spa. Cette entreprise de droit algérien, dotée d’un capital social de 4 millions d’euros, importe et distribue des véhicules industriels, utilitaires et de tourisme.

Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. Le lancement du crédit à la consommation permet aux ménages d’acquérir des véhicules neufs. C’est le moment où Ival fait son entrée sur le marché. Iveco en 2000, Fiat en 2004, puis Mazda en 2005 : le trio permet au groupe de vendre 5 000 véhicules par an en moyenne. Ival, qui ne donne pas son chiffre d’affaires, emploie près de 300 personnes et dispose d’un réseau d’agents agréés dans tout le pays. En dix ans, il a investi 9 millions d’euros.

Industrie nationale

L’un de ses partenaires, Fiat, avait signé dans les années 1990 un contrat avec le gouvernement pour fabriquer la première voiture algérienne. Abandonné, ce projet pourrait-il renaître ? « Fiat ne compte pas s’installer en Afrique. Notre priorité consiste à développer notre réseau et nos services pour nous rapprocher de notre clientèle », souligne Baïri, qui n’en milite pas moins, en sa qualité de président de l’AC2A, pour le développement d’une industrie automobile algérienne. Mais personne ne sait quand celle-ci verra le jour… 

___

Ahmed Bey, à Alger.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers