Extension Factory Builder

Algérie : Mohamed Baïri, parti en pole position

08/09/2011 à 15:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. © Samir Sid

Patron d’Ival, distributeur de Fiat, Iveco et Mazda, le président de l’association des concessionnaires a vu venir très tôt l’essor du marché automobile en Algérie.

Passionné de voitures européennes, Mohamed Baïri est à la tête d’Ival, distributeur exclusif des marques Fiat, Iveco et Mazda. Cet homme de 39 ans est également président de l’Association des concessionnaires automobiles d’Algérie (AC2A). Pourtant, rien ne le destinait à une telle carrière. Chez les Baïri, famille de notables de la région de Lakhdaria, au sud-est d’Alger, on est plutôt spécialisés dans l’agriculture et le commerce de matériaux de construction. Mais très jeune, Mohamed a compris que le marché automobile serait appelé à se développer. « J’ai lancé ma première affaire en 1988. À l’époque, je vendais des pièces détachées Sonacome, le constructeur algérien de camions et de bus. C’était du temps où l’État avait le monopole sur tout », explique-t-il.

Le monopole public sera levé au début des années 1990. « Le parc automobile algérien a vite pris de l’ampleur, se souvient Baïri. Il fallait répondre à une demande très importante en termes de pièces de rechange. Cela ne pouvait se faire qu’à travers des opérations d’importation. Nous avons fini par tisser un partenariat solide avec Necotrans, un groupe français présent sur l’ensemble du continent. » En 1999, les deux parties renforcent leur partenariat en créant Ival Spa. Cette entreprise de droit algérien, dotée d’un capital social de 4 millions d’euros, importe et distribue des véhicules industriels, utilitaires et de tourisme.

Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. Le lancement du crédit à la consommation permet aux ménages d’acquérir des véhicules neufs. C’est le moment où Ival fait son entrée sur le marché. Iveco en 2000, Fiat en 2004, puis Mazda en 2005 : le trio permet au groupe de vendre 5 000 véhicules par an en moyenne. Ival, qui ne donne pas son chiffre d’affaires, emploie près de 300 personnes et dispose d’un réseau d’agents agréés dans tout le pays. En dix ans, il a investi 9 millions d’euros.

Industrie nationale

L’un de ses partenaires, Fiat, avait signé dans les années 1990 un contrat avec le gouvernement pour fabriquer la première voiture algérienne. Abandonné, ce projet pourrait-il renaître ? « Fiat ne compte pas s’installer en Afrique. Notre priorité consiste à développer notre réseau et nos services pour nous rapprocher de notre clientèle », souligne Baïri, qui n’en milite pas moins, en sa qualité de président de l’AC2A, pour le développement d’une industrie automobile algérienne. Mais personne ne sait quand celle-ci verra le jour… 

___

Ahmed Bey, à Alger.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex