Extension Factory Builder

Algérie : Mohamed Baïri, parti en pole position

08/09/2011 à 15:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. © Samir Sid

Patron d’Ival, distributeur de Fiat, Iveco et Mazda, le président de l’association des concessionnaires a vu venir très tôt l’essor du marché automobile en Algérie.

Passionné de voitures européennes, Mohamed Baïri est à la tête d’Ival, distributeur exclusif des marques Fiat, Iveco et Mazda. Cet homme de 39 ans est également président de l’Association des concessionnaires automobiles d’Algérie (AC2A). Pourtant, rien ne le destinait à une telle carrière. Chez les Baïri, famille de notables de la région de Lakhdaria, au sud-est d’Alger, on est plutôt spécialisés dans l’agriculture et le commerce de matériaux de construction. Mais très jeune, Mohamed a compris que le marché automobile serait appelé à se développer. « J’ai lancé ma première affaire en 1988. À l’époque, je vendais des pièces détachées Sonacome, le constructeur algérien de camions et de bus. C’était du temps où l’État avait le monopole sur tout », explique-t-il.

Le monopole public sera levé au début des années 1990. « Le parc automobile algérien a vite pris de l’ampleur, se souvient Baïri. Il fallait répondre à une demande très importante en termes de pièces de rechange. Cela ne pouvait se faire qu’à travers des opérations d’importation. Nous avons fini par tisser un partenariat solide avec Necotrans, un groupe français présent sur l’ensemble du continent. » En 1999, les deux parties renforcent leur partenariat en créant Ival Spa. Cette entreprise de droit algérien, dotée d’un capital social de 4 millions d’euros, importe et distribue des véhicules industriels, utilitaires et de tourisme.

Le boom de l’automobile qu’avait prévu Mohamed Baïri intervient au début des années 2000. Le lancement du crédit à la consommation permet aux ménages d’acquérir des véhicules neufs. C’est le moment où Ival fait son entrée sur le marché. Iveco en 2000, Fiat en 2004, puis Mazda en 2005 : le trio permet au groupe de vendre 5 000 véhicules par an en moyenne. Ival, qui ne donne pas son chiffre d’affaires, emploie près de 300 personnes et dispose d’un réseau d’agents agréés dans tout le pays. En dix ans, il a investi 9 millions d’euros.

Industrie nationale

L’un de ses partenaires, Fiat, avait signé dans les années 1990 un contrat avec le gouvernement pour fabriquer la première voiture algérienne. Abandonné, ce projet pourrait-il renaître ? « Fiat ne compte pas s’installer en Afrique. Notre priorité consiste à développer notre réseau et nos services pour nous rapprocher de notre clientèle », souligne Baïri, qui n’en milite pas moins, en sa qualité de président de l’AC2A, pour le développement d’une industrie automobile algérienne. Mais personne ne sait quand celle-ci verra le jour… 

___

Ahmed Bey, à Alger.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Si le mois de ramadan était jusqu'ici utilisé par Abdelaziz Bouteflika pour examiner les performances de ses ministres, cette année ce sont ses conseillers qui ont été passés au cr[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Le DC9 du vol Ouaga-Alger AH5017, affrété par la compagnie Air Algérie, a été retrouvé jeudi après son crash, la nuit précédente, dans la zone de Gossi, au nord du[...]

Crash du vol AH5017 : pour Hollande, "tout laisse penser que cet avion s'est écrasé au Mali"

L'avion de la compagnie Air Algérie, disparu cette nuit alors qu'il faisait route vers Alger, a été victime d'un crash, selon un officiel de l'aviation algérienne. Les recherches se poursuivaient jeudi[...]

Air Algérie : le vol Ouaga-Alger AH 5017 disparaît avec 116 personnes à bord

La compagnie aérienne nationale algérienne a annoncé avoir perdu le contact avec l'un de ses avions parti de Ouagadougou. Il y avait entre 110 passagers et 6 membres d'équipage à bord.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers