Extension Factory Builder

Hasni Abidi : "Kaddafi peut toujours semer la pagaille" en Libye

09/09/2011 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hasni Abidi dit craindre une 'somalisation' de la Libye post-Kaddafi. Hasni Abidi dit craindre une "somalisation" de la Libye post-Kaddafi. © D.R.

Hasni Abidi est directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen de Genève. Il revient sur la capacité de nuisance de Mouammar Kaddafi en Libye, même après son éviction du pouvoir.

Jeune Afrique : La menace d’une contre-insurrection est-elle réelle en Libye ?

Hasni Abidi : Un dictateur au pouvoir depuis quarante-deux ans prépare forcément une riposte en cas de tentative de putsch. C’est d’ailleurs la seule mission d’une unité de la 32e brigade dirigée par Khamis, le fils du « Guide ». Le clan Kaddafi peut continuer à narguer les nouvelles autorités avec des petits groupes de résistance, autonomes et pas forcément coordonnés. À cela s’ajoutent les combattants loyalistes fondus dans la foule, difficiles à neutraliser.

Le sort de Kaddafi – qu’il soit capturé mort ou vif, ou jugé – pèsera sur l’avenir du pays…

En cas de fuite du colonel, les éventuels pays d’accueil pourront difficilement résister aux pressions internationales pour qu’il soit livré, d’autant que des poursuites ont été engagées par la Cour pénale internationale (CPI). D’où la stratégie de Kaddafi : résister par les armes pour peser sur les négociations (« Je suis encore là, si vous voulez la paix, composez avec moi »).

Peut-on s’attendre à un risque de partition du pays entre la Cyrénaïque, dans l’Est, bastion des insurgés, et la Tripolitaine, dans l’Ouest ?

Tout dépendra de la gestion du Conseil national de transition (CNT). Son impatience à transférer son pouvoir de Benghazi vers Tripoli traduit cette inquiétude. Si les appartenances tribales sont très importantes, les tribus n’ont pas de délimitations géographiques strictes et nouent des alliances entre elles. Kaddafi a joué là-dessus pour asseoir son pouvoir. Par exemple, sa femme n’est pas de la tribu des Gueddafa [centre du pays, NDLR] comme lui, mais d’une tribu située dans l’Est. Ces parentés tribales sont de nature à transcender d’éventuelles tentations autonomistes. Le CNT a bien compris la nécessité de représenter toute la diversité du pays. Le numéro un, Mustapha Abdeljalil, est originaire de l’Est, mais sa tribu est également présente dans l’Ouest. Le numéro deux, Mahmoud Jibril, est un Warfala (Est), la tribu qui a subi les pires représailles du régime de Kaddafi.

Peut-on craindre une "somalisation" de la Libye ?

Oui, car les armes circulent largement. D’où la nécessité pour le CNT de construire rapidement une nouvelle armée, avec des militaires issus de la rébellion et des éléments des forces de sécurité qui ont servi le régime déchu. On ne peut pas confier les opérations de police et de sécurité aux seuls insurgés.

Quel est le poids des islamistes dans les rangs du CNT ?

La menace d’Abdeljalil de démissionner, le 22 août, était un avertissement en direction de certains mouvements islamistes pour les empêcher de profiter du changement en cours. Leur rôle a été important dans la bataille de Tripoli. L’un des chefs militaires, Abdelhakim Belhaj, est un leader islamiste. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces