Extension Factory Builder

Hasni Abidi : "Kadhafi peut toujours semer la pagaille" en Libye

09/09/2011 à 18:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hasni Abidi dit craindre une 'somalisation' de la Libye post-Kaddafi. Hasni Abidi dit craindre une "somalisation" de la Libye post-Kaddafi. © D.R.

Hasni Abidi est directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen de Genève. Il revient sur la capacité de nuisance de Mouammar Kadhafi en Libye, même après son éviction du pouvoir.

Jeune Afrique : La menace d’une contre-insurrection est-elle réelle en Libye ?

Hasni Abidi : Un dictateur au pouvoir depuis quarante-deux ans prépare forcément une riposte en cas de tentative de putsch. C’est d’ailleurs la seule mission d’une unité de la 32e brigade dirigée par Khamis, le fils du « Guide ». Le clan Kadhafi peut continuer à narguer les nouvelles autorités avec des petits groupes de résistance, autonomes et pas forcément coordonnés. À cela s’ajoutent les combattants loyalistes fondus dans la foule, difficiles à neutraliser.

Le sort de Kadhafi – qu’il soit capturé mort ou vif, ou jugé – pèsera sur l’avenir du pays…

En cas de fuite du colonel, les éventuels pays d’accueil pourront difficilement résister aux pressions internationales pour qu’il soit livré, d’autant que des poursuites ont été engagées par la Cour pénale internationale (CPI). D’où la stratégie de Kadhafi : résister par les armes pour peser sur les négociations (« Je suis encore là, si vous voulez la paix, composez avec moi »).

Peut-on s’attendre à un risque de partition du pays entre la Cyrénaïque, dans l’Est, bastion des insurgés, et la Tripolitaine, dans l’Ouest ?

Tout dépendra de la gestion du Conseil national de transition (CNT). Son impatience à transférer son pouvoir de Benghazi vers Tripoli traduit cette inquiétude. Si les appartenances tribales sont très importantes, les tribus n’ont pas de délimitations géographiques strictes et nouent des alliances entre elles. Kadhafi a joué là-dessus pour asseoir son pouvoir. Par exemple, sa femme n’est pas de la tribu des Gueddafa [centre du pays, NDLR] comme lui, mais d’une tribu située dans l’Est. Ces parentés tribales sont de nature à transcender d’éventuelles tentations autonomistes. Le CNT a bien compris la nécessité de représenter toute la diversité du pays. Le numéro un, Mustapha Abdeljalil, est originaire de l’Est, mais sa tribu est également présente dans l’Ouest. Le numéro deux, Mahmoud Jibril, est un Warfala (Est), la tribu qui a subi les pires représailles du régime de Kadhafi.

Peut-on craindre une "somalisation" de la Libye ?

Oui, car les armes circulent largement. D’où la nécessité pour le CNT de construire rapidement une nouvelle armée, avec des militaires issus de la rébellion et des éléments des forces de sécurité qui ont servi le régime déchu. On ne peut pas confier les opérations de police et de sécurité aux seuls insurgés.

Quel est le poids des islamistes dans les rangs du CNT ?

La menace d’Abdeljalil de démissionner, le 22 août, était un avertissement en direction de certains mouvements islamistes pour les empêcher de profiter du changement en cours. Leur rôle a été important dans la bataille de Tripoli. L’un des chefs militaires, Abdelhakim Belhaj, est un leader islamiste. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dialogue interlibyen au Maroc : les camps rivaux et l'ONU confiants

Les représentants des deux Parlements rivaux, qui tiennent des discussions indirectes au Maroc, ainsi que le médiateur de l'ONU ont affiché leur confiance vendredi quant à la possibilité d'un[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers