Extension Factory Builder

Yannick Morillon : "À la demande d'Alpha Condé, nous allons relancer la filière cotonnière"

30/08/2011 à 12:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Également directeur général administrateur du holding Advens, il est en poste depuis janvier. Également directeur général administrateur du holding Advens, il est en poste depuis janvier. © D.R.

L’accord signé le 24 juin avec Conakry doit faire repartir un secteur sinistré. Et marque, pour la filiale d’Advens que dirige le Franco-Sénégalais Abbas Jaber, le début d’une nouvelle expansion en Afrique de l’Ouest.

Jeune Afrique : Pourquoi revenir en Guinée, un pays que votre entreprise avait quitté en 1998 à la suite de conflits avec vos partenaires de l’époque ?

Yannick Morillon : Parce qu’il existe une forte volonté politique des autorités guinéennes pour que nous y retournions ! Le président Alpha Condé est venu nous voir à Paris en avril, pour nous demander de l’aider à redémarrer la filière. Originaire de la région cotonnière de Kankan, il savait que la Compagnie française pour le développement des fibres textiles [CFDT, ancêtre de Geocoton, NDLR] avait laissé un bon souvenir chez les agriculteurs guinéens. Présents de 1985 à 1998, nous avions poussé la production annuelle jusqu’à 46 000 tonnes de coton graine [contre moins de 1 000 t aujourd’hui]. Et cela même si nous étions en désaccord avec certains partenaires non agricoles et le gouvernement de l’époque.

Quelle est votre stratégie pour relancer la filière ?

L’accord signé fin juin concerne la campagne cotonnière 2011-2012 : il s’agit de relancer les plantations et d’auditer l’outil industriel. Quatre experts de Geocoton ont été dépêchés sur place avec 300 t de semences. Cela représente 1 million d’euros d’investissement. Aujourd’hui, 6 000 hectares ont déjà été ensemencés. Nous travaillons dans la région de Kankan, mais aussi dans le nord du Fouta-Djalon. Nous répondons ainsi à la demande d’Alpha Condé, qui souhaite montrer qu’il ne privilégie pas sa région d’origine au détriment des autres. Mais au-delà des plantations, deux défis majeurs attendent le coton guinéen : l’alimentation en énergie des usines et la logistique. Deux chantiers que nous allons étudier en profondeur avant de faire des propositions.

Une fois la première campagne passée, quels sont vos objectifs à plus long terme ?

Si le gouvernement est d’accord, nous souhaitons créer, en association avec l’État, une société cotonnière où nous serions majoritaires. Nous pensons pouvoir produire 50 000 t par an, en nous inspirant de ce que nous faisons au sein de notre filiale burkinabè, la Société cotonnière du Gourma, où nous parvenons à des rendements de 1 t par hectare.

Êtes-vous dans une logique d’expansion en Afrique de l’Ouest ?

Nous terminons une phase de réorganisation. Nous cherchons à nous recentrer sur l’Afrique, où nous réalisons 90 % de notre chiffre d’affaires et pouvons mutualiser nos moyens. Nous restructurons aussi notre dette avec des partenaires bancaires présents sur le continent. Les effets de cette démarche se font déjà sentir, même si nous avons aussi été aidés par la bonne tenue des cours. En 2010, nous avions un chiffre d’affaires de 301 millions d’euros, qui devrait croître de 9 % en 2011. Notre plan stratégique en quatre ans doit nous amener à 460 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014. Nous sommes donc prêts à saisir les opportunités africaines…

Justement, la Compagnie malienne des textiles [CMDT] est engagée dans un processus de privatisation, qui semble enlisé pour le moment… Êtes-vous intéressé ?

La CMDT est l’une des plus belles sociétés cotonnières ouest-africaines. Nous sommes intéressés, bien sûr, mais à condition d’avoir toutes les informations sur chacun des quatre lots mis en vente, ce qui n’était pas le cas lors du premier appel d’offres, en janvier. Nous avions alors renoncé à présenter une offre. Si la donne change, nous pourrions revoir notre position. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Moussa Dadis Camara sur le grill

L'enquête sur le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry reprend. Des magistrats guinéens devraient prochainement interroger à nouveau, à Ouagadougou, l'ancien chef de la junte Moussa Dadis[...]

Guinée : huit membres d'une équipe de sensibilisation à Ebola tués dans le Sud

Les corps de huit personnes ont été retrouvés jeudi dans la région de N'Zérékoré (sud de la Guinée). Ils étaient tous membres d'une mission de sensibilisation au[...]

Ebola : l'OMS dénonce le marché noir du "sang de survivants"

Dans la lutte contre le virus Ebola, qui a déjà fait 2 630 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la recherche d'un sérum a provoqué des effets pervers.[...]

Ebola : le Sierra Leone va confiner sa population pendant trois jours

Le Sierra Leone s'apprête à lancer une opération géante de porte-à-porte à destination de ses six millions d'habitants. La population est invitée, à partir de jeudi soir,[...]

Ebola : la mobilisation internationale suscite l'espoir en Afrique de l'Ouest

Les pays ouest-africains les plus touchés par Ebola espèrent un tournant grâce à l'aide militaire promise mardi par les États-Unis. Autre motif d'espoir : l'examen, ce jeudi, par le Conseil de[...]

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Pour la banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la[...]

Ebola : le plan d'Obama en six questions

Barack Obama a annoncé mardi soir le déploiement de 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour lutter contre la propagation d'Ebola. Point par point, voici ce que prévoit Washington pour[...]

Ebola : il faut un milliard de dollars pour lutter contre l'épidémie, selon l'ONU

À l'issue d'une réunion à huis-clos à Genève, mardi, le Dr David Nabarro, coordonnateur de l'ONU contre l'épidémie d'Ebola, a indiqué que les Nations unies avaient besoin[...]

Sam Pa, très sulfureux intermédiaire

Depuis dix ans, le nom de ce businessman - et ancien espion chinois ? - apparaît dans de nombreux contrats miniers passés entre Pékin et l'Afrique. Son parcours sinueux commence en Angola[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex