Extension Factory Builder
31/08/2011 à 18:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C’est désormais plus qu’une apparence : après deux décennies de stagnation, le Congo décolle enfin. Taux de croissance flirtant avec les deux chiffres, nouveaux champs pétroliers offshore, bétonnage à tout-va, liaisons quotidiennes surbookées avec l’Europe, et jusqu’à ce bon vieux Parti congolais du travail (PCT) qui vire du rouge sectaire au rose accueillant. Reste que le risque de voir ce pays de 4 millions d’habitants contracter le syndrome de la croissance sans développement – ce mal qui frappe nombre de pétroliers émergents, avec PIB par tête en hausse et indice de développement humain (IDH) à la traîne – est loin d’être écarté. On peut être sur la voie de la semi-prospérité comme l’est le Congo et demeurer fragile parce que l’éducation, l’emploi, le social ne suivent pas. Comment faire ?

Il en va, bien sûr, de la responsabilité primordiale de l’État, du gouvernement, et du commandant de bord – Denis Sassou Nguesso en l’occurrence. C’est en effet une évidence que la gouvernance doit chaque jour être améliorée. Mais cette exigence est aussi, dans une certaine mesure, l’arbre qui cache la forêt. Car c’est à une véritable introspection culturelle que tous les Congolais doivent se livrer s’ils veulent véritablement entrer dans la modernité et la mondialisation.

À quoi servent, par exemple, les dispositifs très avantageux d’aide à la création d’entreprise adoptés en Conseil des ministres il y a trois mois, s’il n’y a personne ou presque pour prendre le risque du privé ? Les Congolais jugeront peut-être ces lignes excessives, mais il faut qu’ils le sachent : qu’ils cessent de tout attendre du chef et de l’État providence, qu’ils sortent de leur mentalité d’assistés, séquelle d’une époque révolue où la fonction publique recrutait à tour de bras, et ils participeront enfin à la maîtrise de leur propre avenir.

Que les Congolais cessent de tout attendre du chef et ils participeront enfin à la maîtrise de leur propre avenir.

L’esprit d’initiative et de responsabilité, la culture d’entreprise, l’existence d’un vrai secteur privé qui ne vive pas en parasite sur les marchés de l’État, la volonté de prendre des risques pour réussir, tout cela manque encore terriblement au Congo – et ce clivage est bien plus fondamental que celui qui sépare ceux qui ont accès à la table du pouvoir de ceux qui rêvent d’y parvenir. D’autant que, conséquence perverse de sociétés traditionnelles égalitaristes et d’une éducation qui prône la méfiance aux enfants pour se protéger, les Congolais jalousent les réussites individuelles et ne s’aiment guère entre eux.

Tant que l’on préférera tirer vers le bas ceux qui montent plutôt que de les appuyer afin qu’ils aident leurs compatriotes, plus tard, à sortir du trou ; tant que la vertu de solidarité, l’une des bases essentielles du développement, sera noyée sous les jérémiades de l’envie et de la défiance mutuelle, la croissance reposera sur des sables mouvants. Il faut que tout change. On appelle cela une révolution culturelle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
(Des)ordre mondial

Editorial précédent :
L'Afrique humiliée, mais l'Afrique libérée...

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Éric Jennings : 'L'Afrique a financé la résistance française'

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss[...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Détournements, disparitions, crashs... Les dix faits marquants de l'aviation africaine

Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu depuis plus de dix jours, passionne, autant qu'il inquiète. Ce n'est pourtant pas la première que l'aviation se retrouve sous les projecteurs, y compris[...]

Afrique centrale : la Cemac malade de la Centrafrique

Alors qu'elle fête son vingtième anniversaire, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), relocalisée de Bangui à Libreville, au Gabon, subit de plein[...]

Congo-Brazzaville : pour Le Roy, le calendrier de la CAF "manque totalement de cohérence"

Alors que le Congo-Brazaville va affronter la Libye mercredi en match amical à Tunis, Claude Le Roy, le sélectionneur des Diables rouges, s’étonne que la Confédération africaine de[...]

L'Afrique Centrale à l'heure des partenariats gagnant-gagnant

Le professeur Gaston Mandata N'Guérékata est ancien minsitre de la Recherche scientifique et Technique et porte-parole du président André Kolingba, doyen associé de la "Morgan State[...]

Vidéo : dans "Nkembo", Fredy Massamba met en scène une battle de sapeurs congolais

Dans le clip "Nkembo" de son nouvel album "Makasi", l'artiste musicien congolais Fredy Massamba rend hommage à la sape sur un ring de boxe. Avec des battles des sapeurs qui exhibent les marques de leurs[...]

Centrafrique : avec 19 tués depuis décembre, la Misca paie un lourd tribut sur le terrain

La force africaine en Centrafrique, la Misca, a perdu dix-neuf de ses soldats depuis décembre. Un bilan qui n'empêche pas la population de se méfier de ses diverses composantes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers