Extension Factory Builder
31/08/2011 à 18:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C’est désormais plus qu’une apparence : après deux décennies de stagnation, le Congo décolle enfin. Taux de croissance flirtant avec les deux chiffres, nouveaux champs pétroliers offshore, bétonnage à tout-va, liaisons quotidiennes surbookées avec l’Europe, et jusqu’à ce bon vieux Parti congolais du travail (PCT) qui vire du rouge sectaire au rose accueillant. Reste que le risque de voir ce pays de 4 millions d’habitants contracter le syndrome de la croissance sans développement – ce mal qui frappe nombre de pétroliers émergents, avec PIB par tête en hausse et indice de développement humain (IDH) à la traîne – est loin d’être écarté. On peut être sur la voie de la semi-prospérité comme l’est le Congo et demeurer fragile parce que l’éducation, l’emploi, le social ne suivent pas. Comment faire ?

Il en va, bien sûr, de la responsabilité primordiale de l’État, du gouvernement, et du commandant de bord – Denis Sassou Nguesso en l’occurrence. C’est en effet une évidence que la gouvernance doit chaque jour être améliorée. Mais cette exigence est aussi, dans une certaine mesure, l’arbre qui cache la forêt. Car c’est à une véritable introspection culturelle que tous les Congolais doivent se livrer s’ils veulent véritablement entrer dans la modernité et la mondialisation.

À quoi servent, par exemple, les dispositifs très avantageux d’aide à la création d’entreprise adoptés en Conseil des ministres il y a trois mois, s’il n’y a personne ou presque pour prendre le risque du privé ? Les Congolais jugeront peut-être ces lignes excessives, mais il faut qu’ils le sachent : qu’ils cessent de tout attendre du chef et de l’État providence, qu’ils sortent de leur mentalité d’assistés, séquelle d’une époque révolue où la fonction publique recrutait à tour de bras, et ils participeront enfin à la maîtrise de leur propre avenir.

Que les Congolais cessent de tout attendre du chef et ils participeront enfin à la maîtrise de leur propre avenir.

L’esprit d’initiative et de responsabilité, la culture d’entreprise, l’existence d’un vrai secteur privé qui ne vive pas en parasite sur les marchés de l’État, la volonté de prendre des risques pour réussir, tout cela manque encore terriblement au Congo – et ce clivage est bien plus fondamental que celui qui sépare ceux qui ont accès à la table du pouvoir de ceux qui rêvent d’y parvenir. D’autant que, conséquence perverse de sociétés traditionnelles égalitaristes et d’une éducation qui prône la méfiance aux enfants pour se protéger, les Congolais jalousent les réussites individuelles et ne s’aiment guère entre eux.

Tant que l’on préférera tirer vers le bas ceux qui montent plutôt que de les appuyer afin qu’ils aident leurs compatriotes, plus tard, à sortir du trou ; tant que la vertu de solidarité, l’une des bases essentielles du développement, sera noyée sous les jérémiades de l’envie et de la défiance mutuelle, la croissance reposera sur des sables mouvants. Il faut que tout change. On appelle cela une révolution culturelle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
(Des)ordre mondial

Editorial précédent :
L'Afrique humiliée, mais l'Afrique libérée...

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Congo-Brazzaville : les musulmanes interdites de port du voile intégral

Congo-Brazzaville : les musulmanes interdites de port du voile intégral

Épargné par les violences islamistes qui touchent son voisin camerounais, le Congo a décidé d'interdire aux musulmanes de porter le voile intégral dans les lieux publics "pour préveni[...]

Congo-Brazzaville : Kolélas contre Kolélas...

À quatorze mois de l'élection présidentielle, le camp du pouvoir peine à clarifier ses positions sur la question d'une nouvelle candidature de Denis Sasssou Nguesso.[...]

"Le Méridional" : Henri Lopes, un étranger sur l'île

Pour qui n'a jamais lu un roman de l'écrivain congolais Henri Lopes, Le Méridional serait une porte d'entrée idéale.[...]

Airtel Trace Music Star : la star Akon adoube Mayunga, un jeune prodige tanzanien

Les chaînes musicales de Trace ont diffusé le 18 avril la finale d'Airtel Trace Music Star. Un concours étalé sur six mois à l'issue duquel le jury présidé par la star[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Guinée Équatoriale : Malabo contre Boko Haram

Face aux terroristes nigérians, Teodoro Obiang Nguema souhaite s'imposer comme le garant financier de la sécurité régionale. L'occasion de se rendre incontournable à un an de la[...]

Congo-Brazzaville : enquête sur l'étrange contrat d'un négociant pétrolier suisse

 Dans un rapport détaillé, l'ONG suisse la Déclaration de Berne dénonce les conditions, jugées anormalement avantageuses, d'un contrat attribué par l'entreprise publique congolaise[...]

Sénégal - Ghana au Havre... et autres matchs amicaux en France

Un match amical de prestige opposera les Lions de la Teranga du Sénégal aux Black Stars du Ghana, le 28 mars au stade Océane du Havre. D'autres sélections africaines ont également prévu[...]

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans[...]

Congo : la fausse une de J.A. qui affole le web

Une fausse une de "Jeune Afrique" circule depuis vendredi sur les réseaux sociaux. Une manipulation que nous dénonçons avec la plus grande fermeté.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces