Extension Factory Builder

États-Unis - Maroc : Hisham Oumlil, le maître des costards de star

26/08/2011 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La mode, Oumlil en parle comme d'un aimant. La mode, Oumlil en parle comme d'un aimant. © D.R.

Installé à New York, ce natif de Casablanca officie dans le rôle de tailleur à temps complet pour le gotha américain.

Il a le regard brun électrique, un corps taillé en un V parfait et une tête-sculpture en ovale idéal. N’était sa carrure d’athlète, Hisham Oumlil aurait tout d’un Hedi Slimane bis. Les deux hommes ont à peu près le même âge (38 et 43 ans), un pied au Maghreb (Maroc pour l’un, Tunisie pour l’autre), une vision de la mode assez proche – des vêtements qui subliment, près du corps – et une clientèle aussi huppée que cosmopolite. La comparaison s’arrête là. Contrairement à l’homme allumette, ex-gourou du slim chez Dior et Yves Saint Laurent, Hisham Oumlil cavale en solo loin des grandes marques, mais avec un talent comparable. En témoigne la liste de ses clients (lui récuse le mot et préfère dire « mes hommes ») : des banquiers, des diplomates et des marchands d’art.

Le tableau de chasse ne cesse de s’allonger. On y trouve André Balazs, hôtelier en vogue, et Andrew Malloy, héritier des magasins Bergdorf Goodman. Ou encore Jorge Nemr, star du barreau brésilien. À l’occasion, Oumlil donne quelques coups de ciseaux pour les acteurs Jon Hamm (Mad Men) et Ed Westwick (Gossip Girl). Dernièrement, c’est Oliver Stone qui a eu droit à son triple essayage. « Il m’a demandé si je pouvais faire aussi bien que Dior… » Résultat ? « Il était très satisfait. »

Dans ses bureaux de Manhattan, entre Chelsea et Madison Square, Oumlil vit tel un poisson dans l’eau. Le salon d’essayage (rangées de costumes, large table et miroirs en veux-tu, en voilà) donne sur son salon, à lui. Décoration ultra-design et piles de livres – on y trouve une biographie du couturier Ralph Rucci et une monographie du photographe Eugène Atget. Oumlil aurait donc tout de l’intellectuel au sens manuel, et inversement.

Car, loin de coller à l’image du tailleur œuvrant sur commande, il ne travaille qu’à l’instinct. « Avant de prendre des mesures, je discute. J’en apprends plus sur la personne qui se trouve en face de moi. » Récemment, un client venu se faire tailler un costume Tom Ford est reparti comblé avec un autre, signé Oumlil. « J’ai rallumé en lui quelque chose qui était éteint. » Parfaite synthèse entre un psychanalyste branché et un physionomiste de haute voltige ? Mehdi Qotbi, le peintre marocain, confirme : « C’est un perfectionniste. Ses vêtements ressemblent à ceux qui les portent. »

Né à Casablanca en 1972, débarqué bac en poche à San Francisco à l’âge de 21 ans, Oumlil s’est colleté avec la réalité du métier en apprenant sur le tas. Jusqu’à devenir directeur du sur-mesure dans la maison de l’Italien Loro Piana, en 2003. Une trajectoire de météore couronnée deux ans plus tard par le lancement de sa marque, Oumlil, pour laquelle il s’est associé avec le tailleur de légende Rocco Ciccarelli. Rapidement, la presse s’est intéressée à ce profil atypique – un trentenaire marocain, tailleur et styliste à la fois. La reconnaissance des pairs a suivi. En 2008, le livre American Beauty le classe parmi les plus grands créateurs américains depuis 1930. Il dit : « C’était un honneur. » Ajoute aussitôt : « J’étais surpris. » Se rappelle en souriant son enfance et les mercredis passés dans la médina de Casa pour échanger des vêtements venus d’Europe.

La mode, Oumlil en parle comme d’un aimant, explique y avoir songé dès l’âge de 11 ans, après que ses parents lui ont offert un complet en sirsacas (une étoffe de coton indien) et des sandales. « C’était horrible. J’ai exigé qu’on les échange contre un veston et des bottines. » Son style ? Des vêtements souples, comme une seconde peau. Mélange de classique et de moderne taillé à coups de faux tons, gris bleu ou blanc cassé. Une touche qui n’est pas sans rappeler la période American Gigolo d’Armani, l’arrogance en moins. « La mode doit être un moyen pour être libre et respecté plutôt que craint et redouté. Il s’agit de révéler qui l’on est, pas d’écraser les autres. » Formé à l’américaine, Oumlil revendique néanmoins l’influence des Européens : Lanvin pour « sa ligne parfaite » et Balenciaga pour la structure de ses créations.

Régulièrement présent à la Fashion Week de New York – il y sera en septembre –, l’homme, qui compte une dizaine de collections à son actif, lorgne désormais du côté de Paris, « un passage obligé pour acquérir une notoriété ». Et le Maroc ? Entre les deux, presque vingt ans se sont écoulés. Oumlil y revient souvent. Garde, mi-souvenir mi-totem, une photo de son père en complet gris sur son bureau de Manhattan. « Ses costumes passaient tous chez le tailleur. Ça lui donnait du charisme et de la dignité. Autant de qualités qui me poussent à continuer dans cette voie : révéler ce que les hommes ont de plus beau. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités lun[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Le Maroc, la présentatrice égyptienne et les travailleurs du sexe

Les Marocains dénoncent des assauts d’"antimarocanisme" primaire de la part des médias égyptiens. En cause : les scènes caricaturales d’une série télé et,[...]

Mohammed VI : mosquées marocaines sous surveillance

En interdisant aux imams toute activité politique ou syndicale, le roi du Maroc Mohammed VI renforce son ascendant sur les lieux de culte. Un processus entamé il y a plus de dix ans.[...]

Les secrets du succès des Chaabi

Il y a le père, Miloud, berger devenu milliardaire. Et ses enfants, qui règnent avec lui sur Ynna Holding, groupe présent de l'immobilier à la grande distribution. Visite d'un empire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers