Extension Factory Builder

Gervais Koffi Djondo : "L'avenir de l'aérien n'est pas dans la multiplication des compagnies"

20/08/2011 à 09:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ancien ministre togolais de l'Industrie, Gervais Koffi Djondo est aussi cofondateur d'Ecobank. Ancien ministre togolais de l'Industrie, Gervais Koffi Djondo est aussi cofondateur d'Ecobank. © D.R.

Le dirigeant d’Asky Airlines, Gervais Koffi Djondo, revient sur le bilan et les objectifs du transporteur. Tout en réaffirmant sa vocation régionale.

Jeune Afrique : Un an et demi après le lancement d’Asky Airlines, quel bilan tirez-vous ?

Gervais Koffi Djondo : Globalement, nous sommes satisfaits ! Nous transportons en moyenne 8 000 passagers par semaine. Cela dit, il nous reste beaucoup de choses à mettre en place. Asky utilise encore le système de réservation d’Ethiopian Airlines, mais d’ici à octobre cela va changer. La Société internationale de télécommunication aéronautique se charge de mettre en place notre système de gestion des passagers. Dans quelques semaines, Asky sera vendu avec son propre code IATA, ouvrira son propre bureau dans les marchés majeurs et aura sa propre personnalité.

Vous revendiquez une vocation communautaire, bien que vous soyez une filiale d’Ethiopian Airlines…

Il faut savoir une chose : une compagnie qui se crée a nécessairement besoin d’un partenaire technique, ne serait-ce que pour la maintenance de ses appareils. Ethiopian Airlines, à qui nous avons demandé d’entrer au capital, a accepté de devenir notre partenaire stratégique. C’est ce qui fait qu’on nous reproche de ne pas être indépendant, nous citant l’exemple de concurrents qui ont démarré récemment sans nouer de liens capitalistiques avec d’autres compagnies [Camair Co et Sénégal Airlines, NDLR]. Il ne faut pas oublier que ces compagnies ont été lancées sur des bases anciennes, bénéficiant ainsi des structures existantes. Nous, nous sommes partis de zéro.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a annoncé son intention de créer sa propre compagnie régionale, Eco Air. Qu’en pensez-vous ?

Asky offre déjà une très bonne base pour un transporteur régional. Aujourd’hui, plus de 25 nationalités travaillent pour en faire une compagnie aérienne solide. L’avenir de l’aérien sur le continent ne se trouve pas dans une multitude de compagnies. Regardez ce qui se passe ailleurs dans le monde. Les plus grandes fusionnent entre elles pour être encore plus concurrentielles. C’est ce que nous devons faire pour exister.

Cela fait plus d’un an qu’Asky peine à obtenir le droit de trafic au Sénégal. Quel est le problème ?

C’est surtout l’accord de siège que nous avons conclu avec le Togo – et qui nous accorde des avantages fiscaux – que remet en cause le Sénégal, le jugeant anticoncurrentiel. Et pourtant, cela se fait partout, même dans les pays européens. J’ai recruté des experts qui ont sillonné la sous-région pour trouver le pays qui nous offrirait le plus d’avantages pendant les premières années de lancement. Si on veut que le transport aérien se développe pleinement en Afrique, il faudrait le libéraliser, mais force est de constater que tous les pays signataires ne respectent pas la décision de Yamoussoukro à ce sujet.

Où en êtes-vous de vos ambitions à l’international ?

Il nous reste encore beaucoup de pays africains à desservir : l’Afrique du Sud, les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique du Nord… Voilà les prochaines étapes qui nous attendent. Cela ne veut pas dire que nous abandonnons notre ambition sur l’international. Nous irons en Asie, en Amérique et en Europe. Mais le moment venu. 

__

Propos recueillis à Lomé par Stéphane Ballong

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour 'endiguer' l'épidémie en Afrique

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour "endiguer" l'épidémie en Afrique

L'Union européenne a annoncé lundi son engagement à débloquer 500 millions d'euros d'aide pour "endiguer" Ebola dans les pays africains touchés.[...]

"Angolagate", l'affaire qui empoisonne la vie politique centrafricaine

L'affaire des 10 millions de dollars donnés par Luanda continue d'affecter la sphère publique à Bangui. Cette fois, c'est le Parlement centrafricain de transition qui s'en mêle.[...]

Comment le Nigeria a su étouffer l'épidémie d'Ebola

Alors que la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia sont sévèrement touchés, le géant régional qu'est le Nigeria est jusqu'ici parvenu à empêcher le virus Ebola de se [...]

L'OMS confirme la fin de l'épidémie d'Ebola au Nigeria

"L'épidémie (d'Ebola) a été stoppée au Nigeria. Il s'agit d'une réussite spectaculaire qui montre au monde entier que l'Ebola peut être stoppé", a[...]

Gabon : petits ajustements pour grande échéance

Les piliers du gouvernement gabonais ont été maintenus dans leurs fonctions, le 3 octobre, mais ils ont senti passer le vent du boulet. Le chef de l'État Ali Bongo Ondimba est bien[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers