Extension Factory Builder

Gervais Koffi Djondo : "L'avenir de l'aérien n'est pas dans la multiplication des compagnies"

20/08/2011 à 09:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ancien ministre togolais de l'Industrie, Gervais Koffi Djondo est aussi cofondateur d'Ecobank. Ancien ministre togolais de l'Industrie, Gervais Koffi Djondo est aussi cofondateur d'Ecobank. © D.R.

Le dirigeant d’Asky Airlines, Gervais Koffi Djondo, revient sur le bilan et les objectifs du transporteur. Tout en réaffirmant sa vocation régionale.

Jeune Afrique : Un an et demi après le lancement d’Asky Airlines, quel bilan tirez-vous ?

Gervais Koffi Djondo : Globalement, nous sommes satisfaits ! Nous transportons en moyenne 8 000 passagers par semaine. Cela dit, il nous reste beaucoup de choses à mettre en place. Asky utilise encore le système de réservation d’Ethiopian Airlines, mais d’ici à octobre cela va changer. La Société internationale de télécommunication aéronautique se charge de mettre en place notre système de gestion des passagers. Dans quelques semaines, Asky sera vendu avec son propre code IATA, ouvrira son propre bureau dans les marchés majeurs et aura sa propre personnalité.

Vous revendiquez une vocation communautaire, bien que vous soyez une filiale d’Ethiopian Airlines…

Il faut savoir une chose : une compagnie qui se crée a nécessairement besoin d’un partenaire technique, ne serait-ce que pour la maintenance de ses appareils. Ethiopian Airlines, à qui nous avons demandé d’entrer au capital, a accepté de devenir notre partenaire stratégique. C’est ce qui fait qu’on nous reproche de ne pas être indépendant, nous citant l’exemple de concurrents qui ont démarré récemment sans nouer de liens capitalistiques avec d’autres compagnies [Camair Co et Sénégal Airlines, NDLR]. Il ne faut pas oublier que ces compagnies ont été lancées sur des bases anciennes, bénéficiant ainsi des structures existantes. Nous, nous sommes partis de zéro.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a annoncé son intention de créer sa propre compagnie régionale, Eco Air. Qu’en pensez-vous ?

Asky offre déjà une très bonne base pour un transporteur régional. Aujourd’hui, plus de 25 nationalités travaillent pour en faire une compagnie aérienne solide. L’avenir de l’aérien sur le continent ne se trouve pas dans une multitude de compagnies. Regardez ce qui se passe ailleurs dans le monde. Les plus grandes fusionnent entre elles pour être encore plus concurrentielles. C’est ce que nous devons faire pour exister.

Cela fait plus d’un an qu’Asky peine à obtenir le droit de trafic au Sénégal. Quel est le problème ?

C’est surtout l’accord de siège que nous avons conclu avec le Togo – et qui nous accorde des avantages fiscaux – que remet en cause le Sénégal, le jugeant anticoncurrentiel. Et pourtant, cela se fait partout, même dans les pays européens. J’ai recruté des experts qui ont sillonné la sous-région pour trouver le pays qui nous offrirait le plus d’avantages pendant les premières années de lancement. Si on veut que le transport aérien se développe pleinement en Afrique, il faudrait le libéraliser, mais force est de constater que tous les pays signataires ne respectent pas la décision de Yamoussoukro à ce sujet.

Où en êtes-vous de vos ambitions à l’international ?

Il nous reste encore beaucoup de pays africains à desservir : l’Afrique du Sud, les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique du Nord… Voilà les prochaines étapes qui nous attendent. Cela ne veut pas dire que nous abandonnons notre ambition sur l’international. Nous irons en Asie, en Amérique et en Europe. Mais le moment venu. 

__

Propos recueillis à Lomé par Stéphane Ballong

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Cameroun : les 'embrouilles' judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Cameroun : les "embrouilles" judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Hélène Nathalie Koah, l'ex-petite amie de Samuel Eto'o, accuse ce dernier d'avoir publié des photos d'elle dénudée sur le web. Le footballeur camerounais avait déjà porté pla[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Côte d'Ivoire : sale temps pour le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara

Le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara alias Wattao, figure emblématique des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), vient d'être démis de deux de ses fonctions au sein de[...]

Terrorisme : une "force armée multinationale" pour lutter contre Boko Haram

Quatre États riverains du lac Tchad vont mettre sur pied "une force armée multinationale" pour lutter contre la menace du groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.[...]

Togo : en attendant la présidentielle

À Lomé, la question taraude tous les esprits : dans quelles conditions se déroulera la prochaine élection présidentielle, prévue début 2015 ? À moins d'un an de[...]

Arts : Jimi Hope et la note bleue

Bluesman et grand admirateur de Jimi Hendrix, le musicien Jimi Hope sculpte et peint aussi. Rencontre avec un ovni de l'art.[...]

Nigeria : deux explosions font au moins 42 morts à Kaduna

Deux explosions ont eu lieu mercredi à Kaduna, dans le nord du Nigeria, et fait au moins 42 morts. Le premier attentat visait le convoi d'un dignitaire musulman très critique vis-à-vis de Boko Haram.[...]

Togo : en attendant la présidentielle, le gouvernement persévère

À moins d'un an de la présidentielle togolaise, le climat politique est relativement serein. L'occasion pour le pouvoir de poursuivre les réformes et d'améliorer le quotidien des Togolais.[...]

Togo : comme Nubukpo, ils ont répondu "présents, président !"

Ces quadras issus de grandes écoles ont tous fait une belle carrière à l'étranger. Le chef de l'État les a convaincus de mettre leurs compétences au service du pays.[...]

Somalie : mariés avec 95 ans d'écart

Début de lune de miel somalienne pour Safia (17 ans) et Ahmed (112 ans). Les mariages précoces sont encore légion, comme en attestent les nouvelles statistiques de l’Unicef. De la Somalie à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers