Extension Factory Builder

Gervais Koffi Djondo : "L'avenir de l'aérien n'est pas dans la multiplication des compagnies"

20/08/2011 à 09:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ancien ministre togolais de l'Industrie, Gervais Koffi Djondo est aussi cofondateur d'Ecobank. Ancien ministre togolais de l'Industrie, Gervais Koffi Djondo est aussi cofondateur d'Ecobank. © D.R.

Le dirigeant d’Asky Airlines, Gervais Koffi Djondo, revient sur le bilan et les objectifs du transporteur. Tout en réaffirmant sa vocation régionale.

Jeune Afrique : Un an et demi après le lancement d’Asky Airlines, quel bilan tirez-vous ?

Gervais Koffi Djondo : Globalement, nous sommes satisfaits ! Nous transportons en moyenne 8 000 passagers par semaine. Cela dit, il nous reste beaucoup de choses à mettre en place. Asky utilise encore le système de réservation d’Ethiopian Airlines, mais d’ici à octobre cela va changer. La Société internationale de télécommunication aéronautique se charge de mettre en place notre système de gestion des passagers. Dans quelques semaines, Asky sera vendu avec son propre code IATA, ouvrira son propre bureau dans les marchés majeurs et aura sa propre personnalité.

Vous revendiquez une vocation communautaire, bien que vous soyez une filiale d’Ethiopian Airlines…

Il faut savoir une chose : une compagnie qui se crée a nécessairement besoin d’un partenaire technique, ne serait-ce que pour la maintenance de ses appareils. Ethiopian Airlines, à qui nous avons demandé d’entrer au capital, a accepté de devenir notre partenaire stratégique. C’est ce qui fait qu’on nous reproche de ne pas être indépendant, nous citant l’exemple de concurrents qui ont démarré récemment sans nouer de liens capitalistiques avec d’autres compagnies [Camair Co et Sénégal Airlines, NDLR]. Il ne faut pas oublier que ces compagnies ont été lancées sur des bases anciennes, bénéficiant ainsi des structures existantes. Nous, nous sommes partis de zéro.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a annoncé son intention de créer sa propre compagnie régionale, Eco Air. Qu’en pensez-vous ?

Asky offre déjà une très bonne base pour un transporteur régional. Aujourd’hui, plus de 25 nationalités travaillent pour en faire une compagnie aérienne solide. L’avenir de l’aérien sur le continent ne se trouve pas dans une multitude de compagnies. Regardez ce qui se passe ailleurs dans le monde. Les plus grandes fusionnent entre elles pour être encore plus concurrentielles. C’est ce que nous devons faire pour exister.

Cela fait plus d’un an qu’Asky peine à obtenir le droit de trafic au Sénégal. Quel est le problème ?

C’est surtout l’accord de siège que nous avons conclu avec le Togo – et qui nous accorde des avantages fiscaux – que remet en cause le Sénégal, le jugeant anticoncurrentiel. Et pourtant, cela se fait partout, même dans les pays européens. J’ai recruté des experts qui ont sillonné la sous-région pour trouver le pays qui nous offrirait le plus d’avantages pendant les premières années de lancement. Si on veut que le transport aérien se développe pleinement en Afrique, il faudrait le libéraliser, mais force est de constater que tous les pays signataires ne respectent pas la décision de Yamoussoukro à ce sujet.

Où en êtes-vous de vos ambitions à l’international ?

Il nous reste encore beaucoup de pays africains à desservir : l’Afrique du Sud, les pays d’Afrique de l’Est et d’Afrique du Nord… Voilà les prochaines étapes qui nous attendent. Cela ne veut pas dire que nous abandonnons notre ambition sur l’international. Nous irons en Asie, en Amérique et en Europe. Mais le moment venu. 

__

Propos recueillis à Lomé par Stéphane Ballong

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

Mercenaires sud-africains, les soldats perdus de l'apartheid

Ils ont appris à se faire discrets : officiellement, Pretoria interdit le mercenariat. Mais d'anciens militaires formés du temps du régime ségrégationniste vendent encore leurs services[...]

Côte d'Ivoire : Abidjan se rêve en capitale africaine du reggae

Abidjan, nouvelle "Zion City" ? C'est ce que souhaite le ministre d'État Moussa Dosso, qui lance en avril un festival de musique doublé d'un colloque international entièrement dédiés au[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : le patron de la Cosatu, Zwelinzima Vavi, démis de ses fonctions

Après des années de luttes internes, le patron de la Cosatu a été démis de ses fonctions lundi. L'expulsion de Zwelinzima Vavi, à la tête de la plus puissante centrale syndicale[...]

Bénin, qu'as-tu fait de ta démocratie ?

Le Bénin fait figure de modèle en Afrique de l'Ouest. Pourtant, entre la versatilité de la classe politique, un affairisme endémique et des grèves à répétition, le[...]

Nigeria : les armées du Niger et du Tchad reprennent Malam Fatori, stratégique pour Boko Haram

Les armées du Tchad et du Niger ont repris mardi aux islamistes de Boko Haram la localité stratégique de Malam Fatori, dernier bastion de la secte islamiste dans le nord-est du Nigeria.[...]

Nigeria : retour en images sur la victoire de Muhammadu Buhari à la présidentielle

Les résultats officiels de la présidentielle nigériane ont été proclamés mardi par la commission électorale. Pour la première fois dans le pays, le candidat de[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Aubameyang : "Je suis optimiste pour l'avenir des Panthères" du Gabon

À 25 ans, Pierre-Emerick Aubameyang est l'un des meilleurs attaquants africains évoluant en Europe. Le capitaine des Panthères du Gabon et buteur du Borussia Dortmund (Allemagne), très efficace ces[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces