Extension Factory Builder

De Tunis à Hama

08/08/2011 à 10:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il faut bien donner des gages à une opinion avide de vengeance et qui doute des gouvernements qui mènent la transition, ici en Tunisie, là en Égypte. Il faut bien, aussi, que justice soit faite. Les procès Ben Ali et Moubarak en disent cependant long sur l’incapacité, pour l’instant, des « révolutionnaires » à se poser les bonnes questions. Juger de manière expéditive Ben Ali et sa clique a-t-il permis aux Tunisiens de réfléchir, entre autres, aux raisons profondes qui les ont conduits à accepter, pour ne pas dire plus, vingt-trois années durant, ce régime aujourd’hui voué aux gémonies ? Exhiber derrière les barreaux d’une cage un Hosni Moubarak alité et en pyjama et ses fils fait-il avancer la cause des « héros » de la place Al-Tahrir ?

Dans ces deux cas, qui ne sont pas sans rappeler, toutes proportions gardées, la parodie de procès à laquelle a eu droit Saddam Hussein et la sinistre mise en scène de sa pendaison, on semble préférer le simple exorcisme et le populisme à la recherche de la vérité, seul socle pourtant sur lequel peut être construit un avenir aujourd’hui incertain. Espérons, prions même, pour que le procès annoncé de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo ne s’inscrive pas dans cette série pathétique d’occasions manquées.

Conséquence immédiate, à quelques milliers de kilomètres du Caire, l’image de nos ex-dictateurs, jadis tout-puissants, buvant le calice de l’humiliation jusqu’à la lie ne fait que renforcer la détermination des autres satrapes arabes à s’accrocher à leur pouvoir vacillant. Si Kadhafi ne peut que compter les missiles hors de prix que l’Otan fait pleuvoir sur ses troupes et ses infrastructures – officiellement pour protéger les civils, ce qui finit par devenir franchement douteux –, le Syrien Bachar al-Assad, lui, héraut d’une minorité prête à faire couler le sang de l’écrasante majorité pour ne pas disparaître, a depuis longtemps franchi le Rubicon.

Le martyre de Hama, ville historiquement frondeuse, à l’instar de Benghazi en Libye, n’est que le dernier épisode de la folie meurtrière d’un régime aux abois. Mais qui refuse obstinément de subir le sort d’un Ben Ali contraint de fuir en Arabie saoudite ou d’un Moubarak livré à la vindicte populaire comme un misérable voleur de poules du Moyen Âge. Et comme la communauté internationale en est toujours à ergoter sur le vocabulaire à employer pour « condamner » les tueurs de Damas... Décidément, les doux rêves qu’ont fait naître les débuts du « printemps arabe » ont du mal à passer l’été...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
La victime, le bourreau et les médias

Editorial précédent :
(Des)ordre mondial

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Burundi : l'EAC convoque un nouveau sommet dimanche, Nkurunziza incertain

La Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) a annoncé mardi la tenue d'un nouveau sommet sur le Burundi ce dimanche 31 mai à Dar es Salaam. Mais l'incertitude demeure sur la présence de Pierre Nkurunziza qui[...]

Conflit en Libye : des chefs de tribus libyennes en réunion au Caire

Une centaine de chefs de tribus libyennes est réunie au Caire depuis lundi afin de trouver des solutions pour mettre un terme à la guerre en Libye. Cette réunion de quatre jours est organisée par l'&Eac[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un "man[...]

Le prix de la différence

Trois ans après la fin tragique du "Guide", le renversement d'alliances qui est en train de s'opérer en douceur a remis en selle une frange des partisans de l'ancien régime. Au nom de la guer[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Exhumation du corps de Sankara : le Burkina retient son souffle

Après l'ouverture, lundi, des tombes de deux de ses compagnons, l'exhumation du corps supposé de l'ex-président burkinabè Thomas Sankara, assassiné en 1987 lors d'un coup d'État, aura lieu[...]

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la pr&eac[...]

Affaire Sonatrach-Saipem : Bedjaoui face à la justice italienne

Impliqué dans une affaire de corruption internationale touchant les géants pétroliers Sonatrach et Saipem, l'homme d'affaires doit maintenant faire face à la justice italienne.[...]

Tanzanie : les élections présidentielle et législatives auront lieu le 25 octobre

L'annonce a mis fin aux rumeurs prêtant à l'actuel gouvernement du président Jakaya Kikwete, à qui la Constitution interdit de se représenter, l'intention de se maintenir au pouvoir après o[...]

Nigeria : 10 personnes tuées à la machette par Boko Haram

"Les assaillants sont arrivés dans le village (...) pendant que les habitants dormaient encore, et ils ont utilisé des machettes pour attaquer leurs victimes", a assuré un responsable local.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers