Extension Factory Builder

Famine dans la Corne de l'Afrique : au nom de la solidarité

04/08/2011 à 19:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« Nous sommes en train de mourir faute d’assistance humanitaire. Où est l’ONU ? Où est le monde musulman ? S’il vous plaît, venez nous aider. Nous souffrons beaucoup. » Vous avez vu l’image de cette femme somalienne appelant l’humanité au secours de son peuple en proie à la faim pour cause de sécheresse. Vous avez vu les corps décharnés, les yeux creusés de ces hommes, ces femmes, ces enfants somaliens errant tels des zombies. L’ONU a décrété l’état de famine dans cette République fantôme où 3,7 millions de personnes, c’est-à-dire plus du tiers de la population, sont en danger de mort. Toute la Corne de l’Afrique est menacée : 12 millions de personnes. Pour les sauver, l’ONU a lancé un SOS aux bailleurs de fonds. Classique.

J’ai beau tendre l’oreille, aucun chef d’État ne s’est exprimé sur cette tragédie annoncée. Rien, même pas un chuchotement. Comme d’habitude. Indifférence, fatalisme ? Si je comprends bien la signification de ce silence, j’imagine à quoi pensent nos dirigeants. Ils se disent : « Nous sommes pauvres, donc impuissants. » Ou encore : « Nous avons d’autres chats à fouetter. » Soit. Sauf que, à force de mettre en avant la pauvreté, on aboutit à la paralysie des neurones. Or, dans leurs discours, de quoi parlent les dirigeants ? De l’unité du continent. De solidarité africaine. Des mots, rien que des mots. Car, lorsque le malheur touche un des membres de la famille, ils adoptent l’attitude stérile du spectateur. À l’évidence, même dans les pays les plus fertiles, il n’existe aucune réserve alimentaire.

Que les chefs d’État africains renoncent pendant un an à la dotation présidentielle et aux fonds secrets

Pour exprimer notre solidarité – la vraie, pas celle des discours de circonstance – à l’égard de nos frères de la Corne, j’ai quelques pistes intéressantes. Première piste : que toutes les limousines achetées à l’occasion des sommets de l’Union africaine et des cinquantenaires soient vendues aux enchères pour trouver de l’argent. Deuxième piste : les chefs d’État doivent renoncer pendant un an à la dotation présidentielle et aux fonds secrets. Troisième piste : ils doivent mobiliser la population afin que chacun donne selon ses moyens. Les gens sont trop pauvres pour agir ? Peut-être. Mais pourquoi les pauvres roulent-ils en 4x4 ou en voiture de luxe ? Pourquoi boivent-ils les meilleurs champagnes, vins, spiritueux du monde ? Pourquoi entretiennent-ils ces deuxièmes, voire centièmes bureaux ? Frères africains, vous pour qui la vie est un long fleuve tranquille, vous dont le train de vie ne correspond pas à vos revenus officiels, ne pouvez-vous pas, un seul instant, y renoncer et sauver ceux dont les ventres n’ont plus d’oreilles ?

On me rétorquera qu’ailleurs il n’y a rien non plus à manger. Pas sûr : mes yeux ont vu des légumes et des fruits en quantité industrielle pourrir en Guinée ou au Bénin. J’ai vu des troupeaux de bovins en parfaite santé au Tchad ou au Rwanda, et j’en passe. Si chaque pays pouvait donner le peu qu’il a pour exprimer sa solidarité aux habitants de la Corne de l’Afrique, plutôt que de s’autoproclamer démuni, le pire serait évité. Vous me direz que je rêve éveillé. Non. Je suis un afro-optimiste impénitent. Sans rêve, pas d’avenir. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Tunisie, ce petit pays qui a tout d'un grand !

POST-Sriptum Article précédent :
Congo : Ordre militaire

Réagir à cet article

Continental

Pour MSF, 'le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola'

Pour MSF, "le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola"

Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que "six mois après son début, le monde est en train de perdre la bataille contre la pire épidémie d'Ebola de l'histoire".[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex