Extension Factory Builder

Canada : la Camerounaise Amina Gerba sur la vague bio

08/08/2011 à 17:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Originaire de Bafia, au Cameroun, cette entrepreneuse dynamique profite de sa réussite dans les cosmétiques pour militer en faveur d’une Afrique "qui rapporte".

Visage délicat, large sourire, difficile de croire de prime abord que cette mère de quatre enfants à la voix douce a été classée parmi les vingt-cinq femmes d’affaires les plus influentes au Québec par le journal économique Les Affaires, en 2008. Fondatrice et présidente de la société de consulting Afrique Expansion Inc., fondatrice de Kariderm et du Forum Africa, directrice générale du magazine Afrique Expansion, Amina Gerba jongle habilement avec les casquettes.

Originaire de Bafia, au Cameroun, Amina Gerba a poursuivi une scolarité classique jusqu’au lycée, puis décidé de se consacrer à sa famille. Elle a ensuite suivi son mari, Malam Gerba, rédacteur en chef à la radiotélévision camerounaise, lorsqu’il a obtenu une bourse d’enseignement au Canada, en 1986. « J’ai alors choisi de retourner aux études et de faire une année de cégep [collège d’enseignement général et professionnel, lycée québécois, NDLR] », se souvient-elle. Elle obtient un baccalauréat en administration, donne naissance à un deuxième enfant et décroche un MBA en marketing et études de marché à l’Université du Québec (Montréal). Elle devient dans la foulée directrice de projets chez SVS International, un cabinet de consultants qui encourage les investissements en Afrique. En tant que gestionnaire, elle aide les entreprises à préparer des dossiers pour obtenir des subventions du gouvernement et se déplace pour rencontrer les partenaires locaux. Petit à petit, elle se constitue son réseau d’affaires au Cameroun, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Burkina. Pendant un an et demi, elle accomplit toutes les recherches nécessaires aux entreprises pour investir dans son Afrique natale.

« Un jour, je me suis demandé : pourquoi ne pas le faire pour moi ? » C’est ainsi que naît, en 1995, Afrique Expansion Inc., une firme de marketing et communication. Le business plan n’a guère été difficile pour cette gestionnaire qui connaissait parfaitement le terrain et pouvait compter sur un réseau solide. Le gouvernement québécois encourageait à l’époque le lancement des entreprises dans le domaine des services. « Ma demande de prêt de 50 000 dollars a été acceptée et m’a permis de me payer mon salaire ainsi que les équipements de bureau. » C’est d’abord seule qu’Amina Gerba porte l’entreprise. « J’étais au four et au moulin. Je recherchais des partenaires pour les entreprises désireuses d’investir en Afrique, je me chargeais de monter les dossiers de subventions, de réaliser l’étude de marché, d’assurer leur accueil et ce jusqu’à la location de véhicules ! »

En 1996, alors qu’elle se rend au Burkina pour un client en cosmétiques, elle rencontre des femmes productrices de beurre de karité désireuses d’exporter leurs produits. « Je ne connaissais rien au karité », avoue-t-elle. Pourtant, elle saute sur l’occasion et accepte de distribuer au Canada le beurre de quelques productrices, en signant avec elles un contrat d’exclusivité. Dans la foulée, elle décide de lancer sa ligne de cosmétiques. Mais la réalité des affaires est cruelle. « Tous les producteurs étaient en sous-traitance, et 80 % de la production se faisait à l’extérieur. Rapidement, le projet s’est avéré peu rentable. »

En 1998, elle fait appel à un ancien collègue français, expert en karité, pour finaliser une étude. Ensemble, ils lancent Flash Beauté, qui cible la clientèle noire avec des produits d’éclaircissement. Rapidement elle s’aperçoit que sa formule a un coût trop élevé. Elle décide d’en changer et opte pour une production plus naturelle, avec une gamme certifiée bio. Elle propose le même virage aux productrices burkinabè de Songtaaba. Sur place, les productrices s’organisent et passent de 20 à 2 000. En 2007, Kariderm obtient une certification « équitable », et Amina en profite pour créer un fonds social qui permet de construire une infirmerie et une école dans le village burkinabè.

Le reste du temps, Amina Gerba se fait l’ambassadrice d’une Afrique positive. « J’ai été surprise du peu de connaissances que les Canadiens avaient de l’Afrique. Je me suis dit, pourquoi ne pas lancer un petit feuillet d’informations économiques sur l’Afrique ? » Afrique Expansion, né en 1998, est aujourd’hui un magazine trimestriel de 32 pages distribué à 15 000 exemplaires. Évidemment, Amina Gerba retourne souvent au Cameroun. « Mes affaires dépendent entièrement de l’Afrique, dit-elle. Il y a énormément d’avantages à y investir. Certains pays connaissent un boom, les gouvernements africains font des efforts, mais personne n’en parle. Les Chinois l’ont compris bien avant les Canadiens et les Européens, ils investissent en Afrique parce que ça rapporte. » 

___

Zora Aït El Machkouri, à Montréal.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces