Extension Factory Builder

Bertrand Badie : "Les grands de ce monde privilégient l'immobilisme"

08/08/2011 à 12:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Les alliances n'ont plus la discipline qu'elles avaient autrefois'. "Les alliances n'ont plus la discipline qu'elles avaient autrefois". © Vincent Fournier/J.A

Dans son dernier essai, l’universitaire français Bertrand Badie analyse les dérives oligarchiques du système international. Pour Jeune Afrique, il décrypte leurs effets sur le monde arabe.

Jeune Afrique : Qu’entendez-vous par « diplomatie de connivence » ?

Bertrand Badie : C’est la restauration d’un directoire du monde dont la tradition remonte au congrès de Vienne de 1815. À la fin de la guerre froide et de la bipolarité, l’organisation oligarchique s’est reconstituée, avec le G6 puis le G8. Lorsque 8 puissances veulent cogérer un monde de 193 États, leurs relations ne peuvent être ni de coopération ni de compétition totale. À mi-chemin se trouve la connivence : un accord tacite par lequel les dirigeants du monde s’obligent à ne pas se créer de difficultés et, donc, à gérer les affaires du monde de la manière la plus immobiliste qui soit.

Et le Moyen-Orient dans ce schéma ?

Il est perdant. Du temps de la bipolarité, la cogestion américano-soviétique avait l’avantage d’y assurer un équilibre. Aujourd’hui, le patronage américain s’est relâché et les alliances n’ont plus la discipline qu’elles avaient autrefois. Israël obéit de moins en moins aux États-Unis, l’Arabie saoudite s’en éloigne… Le Moyen-Orient a gagné en autonomie, mais il a perdu le semblant d’équilibre qui permettait aux uns et aux autres de perdurer. Il est remplacé par un statu quo, entretenu par un accord tacite entre des puissances qui tiennent l’immobilisme pour seul possible dénominateur commun, ce qui est une régression. Il n’y a plus d’alignement clair, mais un flou de connivence, qui rend la définition de solutions bien plus difficile.

Que signifient les mouvements venus « d’en bas », de la société, pour les oligarchies internationales et arabes ?

On pensait que l’autoritarisme répressif en place dans le monde arabe empêcherait toute mobilisation sociale. Mais partout, en Tunisie, en Égypte, en Syrie, au Yémen, à Bahreïn, les sociétés sont intervenues au sein d’un jeu politique dont elles avaient été très exclues. Avec le « printemps arabe », le temps social l’a emporté sur le temps politique. L’enjeu est de savoir si ce temps social pourra être reconverti en temps politique et si cette mobilisation des peuples pourra aboutir à des réinventions politiques.

La communauté internationale a été profondément déstabilisée…

En effet. Au Moyen-Orient, elle ne voit que les leaders et ne sait pas gérer le temps social ni prendre en compte sa dynamique. D’où son premier réflexe très conservateur, dicté par la crainte que ces mouvements entraînent un flux migratoire, mettent en péril la sécurité d’Israël. Et l’approvisionnement énergétique du monde.

Pourquoi parler d’inertie européenne ?

L’Europe aurait pu tenter une médiation. Mais, entre les États-Unis piégés par leur alliance israélienne et une Russie tout aussi déficitaire, elle s’est abstenue. Consciente de son impuissance diplomatique et militaire, elle s’est résignée à l’immobilisme et a préféré laisser le dossier entre les mains des connivents. Au mieux, elle a pu jouer un rôle d’auxiliaire, en frappant à la porte de prétendues grandes négociations internationales pour n’y occuper qu’un strapontin.

Pourtant, la France et le Royaume-Uni ont été à l’origine de l’initiative de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) en Libye…

L’épisode libyen a été un élément fort de redéfinition de la diplomatie européenne qui a réussi à prendre les États-Unis de vitesse. Peut-être pour remettre en question les équilibres internes de l’Otan. Peut-être aussi pour reconstituer un axe politico-militaire Paris-Londres correspondant aux options stratégiques du président français, qui entend se démarquer de la classique diplomatie du couple franco-allemand. Peut-être, enfin, dans l’idée de réussir un coup médiatique auprès des opinions publiques nationales.

Mais la logique de connivence s’est très vite reconstituée quand il est apparu que seule l’Otan pouvait gérer cette opération. Avec l’application du principe de la responsabilité de protéger, l’initiative de la résolution 1973 aurait pu être fondatrice. D’abord soutenue par la Ligue arabe et l’Union africaine, elle s’est très vite transformée en une opération occidentale en Libye, sous l’égide du triangle franco-anglo-américain, et n’exprimait plus le choix de la communauté internationale.

L’aggravation de la situation en Syrie montre les limites de cette initiative…

En choisissant d’intervenir en Libye, l’Otan s’interdisait d’intervenir en Syrie. Alors que le front irakien n’est pas encore éteint et que celui d’Afghanistan est encore actif, il n’est pas possible d’ouvrir deux fronts en même temps au Moyen-Orient. Bachar al-Assad pouvait facilement déduire de l’initiative libyenne que les puissances de l’Otan le laisseraient poursuivre sa répression. Paradoxalement, l’opération en Libye a libéré les initiatives répressives des dictateurs yéménite, bahreïni et syrien.

Quels sont les impacts sur Israël ?

C’est une très mauvaise nouvelle pour Israël, à court terme en tout cas. Depuis 1973, le jeu de l’État israélien visait à préserver un statu quo à tout prix. Avec la chute de Moubarak, les éléments constitutifs de ce statu quo ont assez largement disparu. Si cette remise en question était accentuée par une déstabilisation de la Syrie, le modèle de paix interétatique latente qui s’est construit à partir de 1973 viendrait à disparaître.

La contestation peut-elle s’étendre à d’autres régions ?

Étonnamment, le mouvement s’est arrêté aux frontières de l’arabité. Il aurait pu déborder sur l’Iran, les républiques autocratiques de l’Asie centrale et du Caucase ou les régimes autoritaires d’Afrique subsaharienne. Cela n’a jamais été le cas.

C’est la preuve que le panarabisme, mal en point au niveau étatique, est vivace sur le plan de la contestation et des comportements sociaux. C’est aussi un défi lancé à la diplomatie de connivence qui gelait le monde arabe dans le statu quo, pour le malheur de ses peuples. Si on ne prend pas conscience du danger de marginaliser les sociétés, nous risquons d’aller vers une situation de plus en plus explosive.

____

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Quand les Algériens noirs frappent à la porte

Quand les Algériens noirs frappent à la porte

Peu présents dans les instances du pouvoir algérien, les habitants du Grand Sud se distinguent dans le sport, la musique... et les études.[...]

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la[...]

Mehdi Jomâa : "Redresser l'État tunisien est une obligation"

Alors qu'il achève une tournée diplomatique visant à mobiliser les partenaires de la Tunisie pour la sortir du marasme, le Premier ministre Mehdi Jomâa s'est livré à Jeune Afrique. Il[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Sahara occidental : le Conseil de sécurité de l'ONU va adopter une résolution modérée

Une résolution sur le Sahara occidental devrait être adoptée le 29 avril par le Conseil de sécurité de l'ONU. Selon des sources diplomatiques, celle-ci ne prévoira pas de système de[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces