Extension Factory Builder

La victime, le bourreau et les médias

01/08/2011 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Sommes-nous à ce point amnésiques pour ne retenir aucune leçon du passé ? Certes, de l’affaire Dreyfus au procès d’Outreau, en passant par les machinations contre Dominique Baudis ou Abdelaziz Bouteflika (qui, après la mort de Boumédiène, fut accusé de tous les maux avant d’être innocenté), le lynchage médiatico-judiciaire précipité a toujours existé. Mais le phénomène est aujourd’hui exacerbé par le Net et le sacro-saint «buzz ». Nul besoin de présenter une information fiable et nuancée : il suffit de tirer le premier,à boulets rouges de préférence, pour livrer un personnage public en pâture à ses lecteurs.

L’affaire DSK passionne les foules. Soit. Mais le traitement auquel ont droit ses protagonistes principaux, le violeur et la victime présumés, pose problème. Depuis le début de ce sordide feuilleton, le 14 mai, tout et son contraire a été dit et, surtout, écrit. Au gré du vent, des humeurs, des pseudo-révélations qui courent sur internet, des certitudes de chacun et des avis, forcément éclairés, de tous...

Les tabloïds américains, mais pas seulement, s’en sont donné à coeur joie, lynchant un jour pour mieux innocenter le lendemain. DSK, ce « crapaud lubrique », était forcément coupable, et Nafissatou, réputée pieuse et sérieuse – enfin, au début –, ne pouvait être que la victime de cet horrible « perv ».Mais Nafissatou, comme des milliers d’autres demandeurs d’asile, africains ou non, amenti. Son histoire personnelle en Guinée, par exemple, n’a pas forcément été le cauchemar qu’elle a évoqué devant les autorités américaines pour obtenir le droit de vivre aux États-Unis. Aussitôt, la sainte est devenue une « pute », qui avait donc inventé de toutes pièces cette histoire de viol. DSK était sorti d’affaire, le procès n’aurait pas lieu. Ah bon? Alors, on ne protège que les gens « clean » ? Violer une femme de chambre qui a menti pour obtenir ses papiers et cultive certaines relations troubles est donc une peccadille ? Et tout le monde d’oublier que DSK, par le biais de ses avocats, a lui aussi menti en prétextant, dès son arrestation, que les faits qui lui étaient reprochés ne pouvaient être que mensongers puisqu’il disposait d’un alibi en béton – ce déjeuner avec sa fille à l’heure de la présumée agression –, avant d’admettre, contraint et forcé par les analyses ADN, une relation sexuelle consentie...

Jusqu’à l’écoeurement, nous aurons eu à subir les pires insanités. L’érotomane libertin serait en réalité un « sexopathe » compulsif. La femme de chambre aurait le sida et, comme elle est pauvre, elle aurait fait tout ça pour de l’argent. Bref, n’importe quoi. Corriger ses erreurs ? S’excuser ? Vous plaisantez ? Tiens, si mes souvenirs sont bons, Ben Ali était il y a quelques semaines dans le coma, mort peut-être. Une certitude confirmée de « bonne source » et reprise en boucle sur la Toile. Apparemment, personne ne s’étonne que l’ancien président tunisien n’ait toujours pas été mis en bière… Le public veut du sang, du sexe et des larmes. Le croit-on assez bête pour ne pas croire qu’il veuille, surtout, la vérité ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Courage, camarade Alpha !

Editorial précédent :
De Tunis à Hama

Réagir à cet article

International

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces