Extension Factory Builder

La victime, le bourreau et les médias

01/08/2011 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Sommes-nous à ce point amnésiques pour ne retenir aucune leçon du passé ? Certes, de l’affaire Dreyfus au procès d’Outreau, en passant par les machinations contre Dominique Baudis ou Abdelaziz Bouteflika (qui, après la mort de Boumédiène, fut accusé de tous les maux avant d’être innocenté), le lynchage médiatico-judiciaire précipité a toujours existé. Mais le phénomène est aujourd’hui exacerbé par le Net et le sacro-saint «buzz ». Nul besoin de présenter une information fiable et nuancée : il suffit de tirer le premier,à boulets rouges de préférence, pour livrer un personnage public en pâture à ses lecteurs.

L’affaire DSK passionne les foules. Soit. Mais le traitement auquel ont droit ses protagonistes principaux, le violeur et la victime présumés, pose problème. Depuis le début de ce sordide feuilleton, le 14 mai, tout et son contraire a été dit et, surtout, écrit. Au gré du vent, des humeurs, des pseudo-révélations qui courent sur internet, des certitudes de chacun et des avis, forcément éclairés, de tous...

Les tabloïds américains, mais pas seulement, s’en sont donné à coeur joie, lynchant un jour pour mieux innocenter le lendemain. DSK, ce « crapaud lubrique », était forcément coupable, et Nafissatou, réputée pieuse et sérieuse – enfin, au début –, ne pouvait être que la victime de cet horrible « perv ».Mais Nafissatou, comme des milliers d’autres demandeurs d’asile, africains ou non, amenti. Son histoire personnelle en Guinée, par exemple, n’a pas forcément été le cauchemar qu’elle a évoqué devant les autorités américaines pour obtenir le droit de vivre aux États-Unis. Aussitôt, la sainte est devenue une « pute », qui avait donc inventé de toutes pièces cette histoire de viol. DSK était sorti d’affaire, le procès n’aurait pas lieu. Ah bon? Alors, on ne protège que les gens « clean » ? Violer une femme de chambre qui a menti pour obtenir ses papiers et cultive certaines relations troubles est donc une peccadille ? Et tout le monde d’oublier que DSK, par le biais de ses avocats, a lui aussi menti en prétextant, dès son arrestation, que les faits qui lui étaient reprochés ne pouvaient être que mensongers puisqu’il disposait d’un alibi en béton – ce déjeuner avec sa fille à l’heure de la présumée agression –, avant d’admettre, contraint et forcé par les analyses ADN, une relation sexuelle consentie...

Jusqu’à l’écoeurement, nous aurons eu à subir les pires insanités. L’érotomane libertin serait en réalité un « sexopathe » compulsif. La femme de chambre aurait le sida et, comme elle est pauvre, elle aurait fait tout ça pour de l’argent. Bref, n’importe quoi. Corriger ses erreurs ? S’excuser ? Vous plaisantez ? Tiens, si mes souvenirs sont bons, Ben Ali était il y a quelques semaines dans le coma, mort peut-être. Une certitude confirmée de « bonne source » et reprise en boucle sur la Toile. Apparemment, personne ne s’étonne que l’ancien président tunisien n’ait toujours pas été mis en bière… Le public veut du sang, du sexe et des larmes. Le croit-on assez bête pour ne pas croire qu’il veuille, surtout, la vérité ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Courage, camarade Alpha !

Editorial précédent :
De Tunis à Hama

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers