Extension Factory Builder
01/08/2011 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Professeur de philosophie à l’université Columbia (New York) et à l’université Cheikh-Anta-Diop (Dakar)

La philosophe Barbara Cassin, parlant du moment où fut remis à Nelson Mandela, en 1998, le rapport de la Commission Vérité et Réconciliation de l’Afrique du Sud post­apartheid, a déclaré qu’il s’agissait là de « l’un des rares moments encourageants du XXe siècle ».

Elle sait parfaitement, bien sûr, à quel point le siècle dernier fut fertile en génocides et autres crimes contre l’humanité, offrant donc aussi autant de « moments encourageants » chaque fois qu’au désastre a succédé l’heure de faire justice. Mais ce qui fit de cet instant, où les mains de Desmond Tutu et Nelson Mandela tinrent ensemble ce rapport, un luminaire pour notre temps, c’est précisément le sens et le contenu nouveaux qu’il a donnés à cette expression : faire justice. Certes, la Commission Vérité et Réconciliation d’Afrique du Sud n’a pas inventé le concept d’une justice transitionnelle, c’est-à-dire celle qui, au contraire d’une justice de rétribution, se propose moins de punir que de rouvrir la possibilité de vivre ensemble un avenir commun, non empêché par « la haine » dont Plutarque notait, dans sa Vie de Solon, que le geste politique par excellence, le geste fondateur de la Cité, était celui qui parvenait à lui ôter son « éternité ».

Ce concept continue de se chercher depuis au moins la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque s’est imposée, devant l’inexpiable, la nécessité d’établir une vérité dont le sens serait à la fois d’empêcher que le crime ne se répète et d’ouvrir la possibilité de (re)créer la communauté : une vérité pour la réconciliation et l’avenir, pour vivre ensemble, pour, ensemble, vaincre le crime en « faisant humanité ». Cela, justement, la Commission l’a nommé ubuntu, et elle est devenue désormais, si elle ne l’a pas inventée, le parangon même de la justice transitionnelle. Celle-ci est donc bien fille de cette sagesse africaine qui s’est incarnée de notre temps en Mandela, en Desmond Tutu…

Aujourd’hui, une Côte d’Ivoire trop longtemps et profondément meurtrie mais résiliente a vocation à en renouveler la signification. Que les autorités ivoiriennes aient voulu que leur Commission Vérité et Réconciliation fût aussi, fût d’abord, de « dialogue » laisse bien augurer de ce que sera sa mission d’ouvrir l’avenir en prenant exemple sur l’Afrique du Sud, mais en puisant avant tout dans le meilleur de sa tradition politique, faisant ainsi appel à une vertu qui fut tant prônée et pratiquée par le père de la nation, Houphouët-Boigny.

Le dialogue a pour fonction de continûment créer le consensus premier, originel, sur fond duquel pourront se décliner les différences et divergences politiques les plus affirmées, sans plus jamais remettre en cause l’essentiel. Mais c’est parce qu’il est d’abord et surtout ce pouvoir, aujourd’hui crucial pour la Côte d’Ivoire, de transformer en interlocuteurs égaux – dans l’échange de la parole qui dit la justice pour l’avenir – ceux que le rapport de forces avait distribués en vainqueurs et vaincus. Seuls de tels interlocuteurs pourront convenir ensemble que nul crime ne doit rester impuni sans que ce simple principe traduisant le respect qu’il faut avoir pour toutes les victimes soit entendu comme ce qu’il faut à tout prix éviter : une justice des vainqueurs.

Il est permis d’avoir confiance lorsqu’on entend, venant des différents côtés, les voix raisonnables, soucieuses d’avenir, les voix proprement politiques qu’avaient trop longtemps couvertes ou réduites au silence les vociférations. Ainsi était-il encourageant de constater, dans l’entretien que Mamadou Koulibaly, alors à la tête du Front populaire ivoirien (FPI), donnait à Jeune Afrique dans le numéro 2630, que la rationalité s’exprimait de nouveau dans le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo. Voilà qui devrait permettre à la vérité de se dire et à la réconciliation de se faire dans le dialogue de toutes les parties. Dont l’enjeu, à l’évidence, va bien au-delà de la seule Côte d’Ivoire. L’Ouest africain dans son ensemble, qu’il est urgent de construire, attend du dialogue ivoirien que l’avenir lui soit ouvert.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Pierre Vidal-Naquet, le passeur

Forum-Tribunes Article précédent :
Un climat des affaires plus clément

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour... Le dernier déplacement aux États-Unis du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers